La banque espagnole BBVA n'en a pas fini avec le krach immobilier

 |   |  160  mots
BBVA a vu son bénéfice net chuter de près de 82%, au troisième trimestre 2012. Copyright Reuters
BBVA a vu son bénéfice net chuter de près de 82%, au troisième trimestre 2012. Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La banque a dû déprécier des actifs immobiliers à hauteur de 1,6 milliard d'euros, au troisième trimestre.

Les banques espagnoles traînent l'éclatement de la bulle immobilière comme un boulet. BBVA, la deuxième banque d'Espagne, a publié ce mercredi une chute de 81,8% de son bénéfice net, au titre du troisième trimestre, à 146 millions d'euros. Un montant encore inférieur à la prévision des analystes sondés par l'agence Bloomberg, lesquels n'étaient pourtant guère optimistes, avec une prévision de 186,4 millions d'euros.

Cette contre-performance résulte de dépréciations d'actifs d'un montant de 1,6 milliard d'euros, liées à la crise de l'immobilier qui fait rage depuis quatre ans que la bulle a explosé. BBVA indique avoir ainsi réalisé aux deux tiers la purge sur les actifs immobiliers imposée aux banques par le gouvernement espagnol.

Par ailleurs, le taux de créances douteuses de BBVA s'élevait à 4,8% fin septembre, contre 4,1% auparavant. Il demeure cependant inférieur de plus de moitié au taux moyen de créances douteuses des banques espagnoles.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :