Immobilier : trois vendeurs sur quatre seraient prêts à baisser leur prix.

 |   |  624  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : John Taylor)
La FNAIM estime qu'en 2013, le variation des prix des biens résidentiels devrait osciller entre -2% et 0%. Mais le problème ne réside pas tant dans la baisse des prix que dans celle de la chute des transactions. Un reflux vers 500.000 transactions annuelles pourrait avoir des conséquences catastrophiques.

Les transactions immobilières, on le sait, ont nettement diminué l?an passé. Les différents organes spécialisés sont unanimes sur le sujet : le reflux atteint 30% par rapport à 2011. Baisse de régime qui ne s?accompagne toutefois pas d?un recul similaire des prix dans le résidentiel ancien puisque selon les chiffres de la FNAÏM, ils ont augmenté de 0,8% sur la France entière. De fortes disparités demeurent entre l?Ile de France et le reste de l?Hexagone. Au jeu des pronostics auquel se livrent tous les professionnels de l?immobilier en ce début d?année, la FNAÏM se veut prudente : elle anticipe une évolution des prix comprise entre -2% et 0% pour l?année qui commence. En réalité,  la fédération professionnelle ne s?inquiète pas fondamentalement de cette tendance. Elle craint bien davantage le net ralentissement des transactions. Et à ce stade, elle les voit au mieux stagner par rapport à 2012 (à 655.000) voire baisser encore jusqu?à 600.000 transactions (pour enregistrer un nouveau repli de 8,5%) alors qu'on en avait compté 830.000 en 2005. « L?expert est celui qui se trompe avec certitude », prévient avec ironie Jean-François Buet, le nouveau président de la FNAÏM pour relativiser ses anticipations. Ce spécialiste se monter toutefois très inquiet à ce sujet pour 2013. « La France peut-elle vivre avec 500 ou 550.000 transactions par an ? Clairement non. La raison en est simple : le marché de la revente des logements est un marché de besoins. Ce sont les mutations professionnelles, les mariages, les séparations, les naissances, les décès qui le conditionnent à plus de 80%. Celui des résidences secondaires et de l?investissement locatif en constitue le solde. Si ce marché était parvenu au rythme de 800.000, c?est parce que c?était sa respiration naturelle », affirme le numéro un de la FNAÏM.

Des lois de finance rectificatives non favorables à la propriété.
Qui voit plusieurs raisons à ce phénomène de baisse et notamment les deux dernières lois de finances rectificatives avec la multiplication « gestes indélicats à l?encontre de la propriété ».« Le gouvernement commet deux erreurs : il ne voit pas que la resolvabilisation par la modération des prix a déjà eu lieu et qu?elle est même déjà à l??uvre à Paris. Il alourdit, en outre, le fardeau fiscal sur l?immobilier sans aucune contrepartie ».
L?alourdissement fiscal ne fait aucun doute. La modération des prix à Paris reste encore à prouver. Acheter un appartement parisien à un prix minimum de 7 à 8000 euros le mètre reste totalement hors de portée des primo accédants sans capital.

Les vendeurs repoussent leur décision d'achat
Pour appuyer ses propos, Jean-François Buet a commandé un sondage à l?Ifop. On y voit notamment que parmi les trois principaux facteurs expliquant la baisse de l?activité, la volonté de repousser à plus tard la décision d?achat arrive en tête, viennent ensuite des conditions d?obtention de crédit plus difficiles, puis des prix perçus comme trop élevés. Par ailleurs, 77% des personnes interrogées se disent prêtes à baisser leurs prix si l?hypothèse de la vente de leur bien se précise. Un résultat intéressant, à l?heure où les transactions souffrent en effet de l'opposition entre des vendeurs campés sur leur prix et des acheteurs attendant des heures plus propices. La preuve, s?il en était besoin, que le marché est arrivé à un point de non retour où les vendeurs vont être contraints (pour ceux qui doivent absolument vendre), d?abaisser leurs prétentions.

Pour aller plus loin :

Estimez votre bien immobilier

Les prix de l'immobilier rue par rue

Simulez votre crédit immobilier

Notre espace Diagnostic DPE
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2013 à 13:50 :
De toute façon le volume des ventes vont baisser car
1- il faut être inconscient pour augmenter sa part d'immobilier dans son portefeuille d'actif vu que la tendance est clairement baissière (quand à tout mettre et s?endetter c'est complètement fou)
2- la peur du chômage pousse les gens à favoriser la mobilité et donc à rester locataires
3- Le rendement net de l'immobilier est nul voir négatif, il est plus intéressant de louer
Les points 1 et 2 sont inéluctables. Seuls le point 3 peut éventuellement évoluer et changer la donne. Il est évident que au vu des finances publiques il n'y aura pas d'injection d'aides de l'état pour améliorer le rendement donc seule la baisse des prix peut améliorer le rendement et éventuellement faire revenir les acheteurs et encore pas tous: Seuls sont qui auront les reins solides reviendront et il n'en reste déjà plus beaucoup...
a écrit le 16/01/2013 à 10:30 :
Si les prix ne baissent pas, les personnes resteront locataires, cela revient moins cher, ce n'est pas une fin en soi d'être propriétaire !!!!!
Pourquoi s'endetter sur un produit surestimé, il manque des logements certes mais lorsqu'on est hébergé pourquoi acheter !!!
Réponse de le 16/01/2013 à 14:56 :
Locataires ? Mais c'est horrible...et comment feront-ils pour leur vieux jours ? Parce que, c'est bien connu, une maison ça ne coûte rien du tout à entretenir, les taxes foncières ne vont qu'en diminuant, etc...Donc, en étant propriétaire de votre masure, vous êtes "à l'abri"...tous les jours, la manne céleste tombera dans un coin de votre jardin, entre le barbecue et l'abri de chez Casto.

Tandis qu'un locataire de + de 70 ans, ça peut être expulsé comme ça, du jour au lendemain, c'est bien connu....

Et puis où placer ses économies (faudrait déjà pouvoir commencer à en faire, mais bon...), sinon dans l'immobilier ? Dans l'assurance vie ? Mais c'est dangereux, ça.
Pas comme l'immobilier, qui lui, "ne baisse jamais", croix de bois, croix de fer...etc...

Rembourser pendant 25 ou 30 ans l'équivalent de votre loyer pour un logement
plus petit, mal foutu, etc...où est le problème, puisque vous vous constituez
un capital...? Et quel capital...

Et puis vous aidez aussi les "professionnels-du-secteur-avec-des-emplois-non-délocalisables" à accroître le leur, de capital.

De toute façons, comment vont faire tous ces baby-boomers pour payer la maison de retraite ou la résidence médicalisée qui les attend à moyen terme si ils ne vendent pas 200 ce qu'ils ont acheté 100 avant 2000 ?

Le nombre des transaction a diminué de 25% en moyenne sur l'ensemble du territoire en 2012 par rapport à 2011. Cela montre bien que la demande est forte, et que le marché est prêt à repartir vers de nouveaux sommet.
L'offre et la demande, qu'on vous dit...c'est clair, non ?

Allez, soyez sympa, faites un effort, pensez aux autres, achetez, puisqu'on vous
dit que c'est le "bon moment", que "de toutes manières, ça baissera pas", qu'il
y a la "pénurie", que les taux sont "historiquement bas" (et les prix historiquement
hauts, mais ça, on insiste moins), que les vendeurs "campent sur leurs positions" (lesquels vendeurs sont des + 60 ans qui vont vivre éternellement...).
a écrit le 15/01/2013 à 16:27 :
A bon, d'ou sort cette nouvelle etude ?
Réponse de le 15/01/2013 à 21:01 :
Au choix :
- de l'imagination sans bornes du service communication de la FNAIM
- de la boule de cristal de J-F BUET

Plus généralement, et dans le cadre actuel de la Loi HOGUET :

"Mais le problème ne réside pas tant dans la baisse des prix que dans celle de la chute des transactions"

Effectivement, une baisse de 5 à 10% des prix de transaction n'entraine, au pire, qu'une baisse de 5 à 10% du CA des agences/mandataires (à taux de commissions égal)
Une diminution de 20 à 30% du volume des transactions entraine une diminution de 20 à 30% du CA des agences/mandataires....grosse nuance.

Le pire scénario étant une baisse forte des volumes couplées à une baisse des prix.

Les professionnels sont sans illusions sur l'avenir du marché à 10 ans, mais ils cherchent à "lisser" son évolution de façon à ce qu'il dégonfle progressivement pour avoir le temps de se restructurer (licencier les collaborateurs, fermer des agences).

D'où une communication à la fois en direction des vendeurs ("ça ne montera plus, ça ne peut que descendre, vendez maintenant") et en direction des acquéreurs ("ça ne baissera pas beaucoup, les taux sont bas, achetez maintenant").

Le seul problème des professionnels n'est pas le niveau des prix de l'immobilier en France à 5 ou 10 ans, c'est de bouffer, aujourd'hui et demain.
Pour cela, il faut effectuer des transactions, aujourd'hui et demain.

En même temps, la correction sur les prix, nécessaire pour limiter la baisse
des volumes, ne peut se faire qu'à travers la disparition d'une grosse proportion
des intermédiaires existants, leur multiplication entre 2000 et 2008 n'ayant fait qu'accentuer la spirale spéculative par une concurrence acharnée sur les mandats
de vente et la surévaluation des biens qui en découle encore.

Ceux qui observent les marchés provinciaux depuis 2008 ont remarqué que
les vendeurs rêveurs trouvent toujours un nouvel agent immobilier/mandataire
pour prendre le relais des autres, fatigués de proposer et de faire visiter un bien invendable car surévalué.

En tant qu'acquéreur, il est urgent d'attendre : toutes les conditions sont réunies pour favoriser la baisse des prix (effondrement du nombre des transactions, chômage,
endettement public rendant impossible les politiques de soutien à la "consommation immobilière, menaces sur le niveau des retraites notamment du secteur public, etc....)

Si votre loyer annuel actuel est inférieur à 5% du montant négociable actuellement demandé pour l'acquisition du type de bien que vous cherchez, attendez....

a écrit le 15/01/2013 à 15:31 :
La FNAIM, C21, les notaires...bizarrement, alors que notre pays dispose d'un service public de l'enregistrement des mutations de propriétés, ce sont toujours les mêmes communicants professionnels dont les "chiffres" sont repris par les tous médias qu'on entend. Juges et partie...Le nombre des transactions immobilières était, il y a à peine plus d'une dizaine d'années, de moins de 600 000/an en moyenne en France. Notre pays était-il alors au bord du gouffre ? Non, les agences immobilières étaient seulement moins nombreuses, et les agents immobiliers et les notaires (dont le nombre est limité par un numerus clausus contrairement aux premiers) un peu moins bien payés.
N'en déplaise à J-F Buet, il n'y a pas de rythme "naturel" du nombre des transactions immobilières en France, seulement une loi de l'offre et de la demande. Si celle-ci a permis au nombre des transactions de dépasser allègrement les 800.000/an dans les années 2000, c'est tout simplement parce qu'au moins 20% de ces transactions relevaient non d'une mobilité professionnelle ou personnelle, mais simplement de l'opportunité de vendre avec une plus-value dépassant les coûts cumulés de l'enregistrement, des travaux et des intérêts versés au titre des emprunts contractés. Tant que la majorité de la population a cru aux affirmations fantaisistes des professionnels du secteurs sur la pérennité d'augmentations annuelles très supérieures à l'inflation et au loyer de l'argent, les prix ont continué de croître sous la pression de ces 20% d'acquéreurs opportunistes/spéculateurs. Ce phénomène est en train de s'inverser, par une spéculation....à la baisse. Pour que celle-ci soit aussi puissante que celle qui l'a précédé à la hausse, il faudrait que les vendeurs, très majoritairement retraités et largement, voire totalement, dés-endettés, soient contraints de vendre pour assurer leur quotidien ou maintenir leur train de vie. Nous n'en sommes pas là, mais il n'est pas interdit aux candidats acquéreurs de faire déjà payer les intermédiaires en les frustrant d'une partie significative de leur chiffre d'affaire. Les réflexions des uns aideront la réflexion des autres.
a écrit le 15/01/2013 à 10:19 :
Encouragé par les spécialistes de l'immobilier - FNAIM au premier rang - le marché de la pierre a connu une croissance décorélée des réalités économiques, créant de criantes inégalités en France et détournant l'investissement vers un secteur peu générateur de croissance durable. Après 15 ans à s'engraisser, ce serait encore à l'Etat (donc au contribuable) de soutenir les professionnels de l'immobilier et les propriértaires ? Est-ce une blague ?? Le marché va naturellement revenir à la raison (-25% ?) malgré toutes les campagnes de relations publiques /relations presse des professionnels de l'immobilier.
a écrit le 14/01/2013 à 15:20 :
La France est paralysée par sa bulle ... le remboursement d'échéance exorbitante toute une vie ne contribue en rien pas au bon fonctionnement de l'économie. Si les prix ne baissent pas et que les acheteurs n'achètent pas, je conseille aux salariés du métier de l'immobilier à anticiper leur reconversion avant d'être licenciés en masse.
a écrit le 13/01/2013 à 9:06 :
Le Fait d'avoir fait passer la Durée au delà de laquelle l'Impôt sur la Plus Value (Vente) est nul de 15 Ans à 30 Ans - c'est un peu fort non ? - n'arrange rien, bien au contraire.
Merci qui : le précédent Gouvernement.
a écrit le 09/01/2013 à 19:14 :
Moi ce qui me fait enrager, ce sont les proprios, qui sont en train de vendre 540K?, leur baraque achetée en 1992 à 175K?. Le pire c'est qu'ils ne veulent pas baisser leur prix pour ne pas la "brader". Brader quoi ???
Je profite de mon message pour vous dire que je vends mon AX KWAY (4 vitesses) de 1992 pour 32.000 Euros. Pneus quasiment neuf, peinture refaite. Idéal pour jeune couple ou célibataire. A saisir vite !!! Pro s'abstenir. Merci de me contacter par mail.
Réponse de le 13/01/2013 à 9:03 :
Top là pour 35 000 Euros !
Réponse de le 14/01/2013 à 14:46 :
@kimmono : Si vous voulez vendre votre AX au plus vite, il faudrait peut-être revoir vos prétentions à la baisse. Au vu de l'état actuel du marché auto, je vous conseille de revenir à un tarif plus raisonnable (26.000 - 27.000 euros).
a écrit le 09/01/2013 à 14:54 :
C'est l'offre et la demande qui fixe leurs prix ?
Réponse de le 15/01/2013 à 21:03 :
A 100 acquéreurs pour 99 vendeurs, les prix montent.
A 100 vendeurs pour 99 acquéreurs, les prix baissent.
Surtout si parmi les 99 acquéreurs, il y en a 30 qui veulent que ça baisse beaucoup.
a écrit le 09/01/2013 à 11:42 :
perso je ne souhaite pas que les prix ni les loyers baissent.j'ai une retraite très moyenne et quand j'aurai 55-60 ans ,ces revenus me seront utiles pour me soigner et me faire aider
Réponse de le 09/01/2013 à 13:32 :
j espere que ton post est ironique, 55-60 ans, non mais tu vis sur quelle planète? toujours les memes qui se plaignent, en particulier les cas sociaux et les fonctionnaires. Pour ma part, j'ai 35 ans, notre génération achète a des prix stratosphériques et nous n'aurons pas de retraites. Alors bosse un peu feignasse et arrete de te regarder le nombril!
Réponse de le 09/01/2013 à 17:56 :
Retraité..et quand j'aurai 55 ans !!! C'est quoi ce délire. Arrête ton cinéma et va bosser. C'est à cause de gens comme toi que la France va mal.
Réponse de le 13/01/2013 à 13:32 :
Je suis fonctionnaire et j'ai aussi 35 ans, et je suis dans la même difficulté que toute ma génération non aidée par ses parents. La retraite à 55 ans, c'est n'importe quoi : qui va financer 30 ans d'espérance de vie à la place de ces gens ?
a écrit le 09/01/2013 à 11:03 :
Les prix dans le neuf ne baissent pas. Même en fin de programme, impossible de négocier le prix (5% max de rabais) alors qu'on vous offre volontiers le parquet, cuisine, frais de notaire. Au pire, les appartements sont vendus aux mairies pour faire du social. Alors la baisse de l'imo en Ile de France, je suis dubitative. Et pourtant cherchant à m'agrandir, ça m'arrangerai bien.
Réponse de le 09/01/2013 à 18:33 :
Vu que le marché de l'immobilier est bloqué dans l'Hexagone,certains "bons" propriétaires
préfèrent alors louer leurs biens aux touristes et aux professionnels des salons et expos qui
"stationnent" sur Paris,notamment...Le montant du "loyer" est celui qu'on paierait au mois,
pour 1 semaine...Voilà qui ne fera pas baisser les loyers et qui va restreindre les offres de
location pour les "citoyens" résidant dans Paris et IDF...
Réponse de le 10/01/2013 à 17:42 :
Louer aux étrangers, c'est valable dans le Marais et à Saint Germain, ailleurs oublie, trop de vacances pour être rentable.
a écrit le 09/01/2013 à 10:43 :
au soleil en Casamance, j'ai tout liquidé en france: coucou à tous les envieux de ce fil.
Réponse de le 09/01/2013 à 11:11 :
oui espérons juste pour vous qu une révolte n éclate pas au Sénégal et que vous perdiez tout ca serait dommage :)
Réponse de le 09/01/2013 à 11:12 :
Envieux?????Si cela vous rassure!!!! Non on va bien rigoler!!!
Réponse de le 09/01/2013 à 11:20 :
@Mordrakheen : vous êtes anti-Afrique ? Non parce qu'au vu de la situation européenne actuelle, c'est bien ici que ça risque de péter.
Réponse de le 09/01/2013 à 11:55 :
Anti Afrique? Quel rapport? Il me semble que ces trois derniéres années il y a eu plus de révoltes en Afrique qu en Europe non? Magrehb hors Maroc, Mali, Congo... Il me semble qu ils ont plus de raisons que nous de se révolter non?? Epargnez donc moi vos raisonnnements de bobos bien pensant à deux ronds
Réponse de le 09/01/2013 à 15:07 :
"ces trois dernières années" en effet, mais moi je vous parlais d'avenir. Pour être fair-play et honnête, il est vrai que je partage l'idée que l'Afrique va poursuivre sa route dans l'autodestruction, mais je pense (et cela m'attriste égoïstement plus) que l'Europe - en poursuivant son URSSisation - va la rejoindre.
a écrit le 09/01/2013 à 10:08 :
Completement logique ,perte de confiance ,en 81 on a vecu la meme chose avec un autre Francois aussi mauvais que celui qui sevit aujourd'hui .
a écrit le 09/01/2013 à 9:55 :
chers trentenaire (tout comme moi), oui les 68ards bailleurs en ont bien profité, oui certains se sont goinfrés avec l'immo

mais chers trentenaire, vous avez la vie devant vouss!

dites vous bien que ces gros riches, il ne leur reste que 10-15 ans a vivre et que leur blé tant convoités, ils ne l'emporteront pas dans leur tombe!
Réponse de le 09/01/2013 à 11:21 :
+1

Par contre, 10-15 ans que c'est long !!! J'espère que les buffets d'enterrement seront copieux histoire de soulager mon chagrin :D
Réponse de le 09/01/2013 à 11:55 :
Ils sont hilarants ces trentenaires qui regrettent même que les 68ards n ont pas connu de guéguerre !! Ba c est comme vous voulez , vous l aurez la votre ! Avec ou sans gégène ? Encore plus drôles ceux qui veulent encore plus de taxes sur les loyers
a écrit le 09/01/2013 à 9:47 :
Et ce serait ou cet ailleurs miraculeux ? ;)
a écrit le 09/01/2013 à 9:00 :
Je suis content de lire vos commentaires : les vendeurs ne vendent que pour réaliser des PV ! Dans ce cas il est urgent de taxer les résidences principales au même niveau que les résidences secondaires : j ai souvent demandé en quoi une PV sur résidence secondaire est moins "noble" qu une PV sur résidence principale . Expliquez moi cette super niche fiscale? Les PV ne sont pas l unique cause du blocage du marché mais y contribuent largement : expliquez moi enfin en qoui une taxe sur un produit fait baisser le prix? Perso je suis prêt à vendre et à baisser le prix de mon investissement locatif ( pour réaliser un autre projet et non pour faire une PV ) si l on revient au systeme fiscal d avant . FH avait dit qu il reviendrait au systeme des 22 ans ...j attends mais on est plus à un mensonge près .
a écrit le 09/01/2013 à 8:48 :
Si j'étais agent immobilier, j'essayerais de me montrer très préoccupé par les problèmes que rencontrent mes clients, à savoir le niveau élevé des prix, plutôt que d'étaler sur la place publique mes inquiétudes sur le nombre de transactions qui n'intéressent en rien mes clients. Je me battrais pour une baisse des prix en espérant que mes clients reviennent.
Réponse de le 09/01/2013 à 10:33 :
Ca c'est l'étape d?après quand les vendeurs obligés de vendre et les AI auront compris qu'ils n'ont pas choix !!! Pour l'instant ils ont peur après vient la résignation!!!!
Réponse de le 09/01/2013 à 10:45 :
Ce qu'il faut comprendre, c'est que le patron de la Fnaim se fiche de la réalité, puisque pour maintenir ses dividendes il lui suffira de dégraisser encore de l'AI comme en 2012 (-10% d'agences et de personnel). Il se fiche de la réalité de l'AI qui ne peut pas vendre de baisse des prix aux vendeurs, puisqu'on raconte partout que les prix stagnent et ne vont pas baisser. Merci M. Buet !
Réponse de le 09/01/2013 à 10:45 :
Ce qu'il faut comprendre, c'est que le patron de la Fnaim se fiche de la réalité, puisque pour maintenir ses dividendes il lui suffira de dégraisser encore de l'AI comme en 2012 (-10% d'agences et de personnel). Il se fiche de la réalité de l'AI qui ne peut pas vendre de baisse des prix aux vendeurs, puisqu'on raconte partout que les prix stagnent et ne vont pas baisser. Merci M. Buet !
Réponse de le 09/01/2013 à 21:59 :
On dirait que mon message de ce matin est parvenu aux oreilles de certains !
Réponse de le 15/01/2013 à 23:00 :
Très bonne remarque de Héhé !
Un cas de plus dans notre "cher et vieux pays" où des instances supposées "représentatives" (la FNAIM) tuent en direct leurs adhérents/cotisants en racontant des âneries...messages au AI : Buet, c'est toujours mieux que Pallincourt (pire n'était pas possible) mais il faudrait quand même lui fermer la bouche avec du TESA non-repositionable, de temps en temps.
a écrit le 09/01/2013 à 8:21 :
Je ne suis proprio que de ma maison (achetée avant la bulle) mais je gère les locations de ma mère ( 3 petites maisons) qui est sous tutelle : quand je fais le compte, entre les impôts, les travaux, les frais etc. et les loyers (quand ils rentrent bien) et bien il n'y a pas photo : pas rentable, moins qu'un livret A. Surtout s'il faut que je paye un jour des droits de succession. Bon déjà je vais revendre sa maison vite fait (elle est en maison de retraite) et pas à un tarif délirant pour que ça parte vite ! J'ai vendu pour elle déjà une résidence secondaire en 2008 et j'avais du baisser le prix deux fois (- 70.000 euros sur 250.000) pourtant c'était dans une chouette région du sud ! Conseil : n'écoutez pas ceux qui disent que l'immo ne peut que monter et qu'il y a pénurie : purs mensonges !!!
Réponse de le 09/01/2013 à 11:06 :
La penurie est relative en Fait, le probleme c est que les Bassin d emploi sont comme le reste hyper centralise (Region Parisienne, Agglo Lyonnaise....) ailleurs comme en Bretragne, Creuse.... les prix sont plus raisonnable et l offre est superieure a la demande mais y a pas de taf
a écrit le 09/01/2013 à 8:14 :
Qui se plaint à part les proprios qui pensent avoir la poule aux œufs d'or ? L'Etat, les collectivités (impôts) , les compagnies d'assurance (ça coûteuse assurances), les diagnostiqueurs, les locataires indélicats et les carences se chargent de leur rappeler qu'espérer 10% de rentabilité par an avec 0% de croissance et 5 millions de chômeurs, ainsi que 10% de plus values par an pendant des décennies (avec une baisse de niveau de vie de 97,5% de la population depuis 2008) c'est juste un argument commercial d'un promoteur immo ...
a écrit le 09/01/2013 à 7:42 :
Messieurs dames les proprios, je ne sais pas dans quelle langue il faut vous le dire : aux prix que certains d'entre vous exigent, il n'y a pas d'acheteurs parce que c'est trop cher et parce que les banques ne prennent plus aucun risque avec les primo accedants, en demandant des apports conséquents et de solides garanties ! Quand bien même, personne n'est obligé d'acheter en s'endettant pour 20 ans ! Surtout en cette période de crise et pour acheter un logement de mauvaise qualité ou tout est à refaire : chauffage, isolation, électricité etc. Bref, attendez si vous voulez : on s'en fout !
Réponse de le 09/01/2013 à 7:57 :
Achetez vous une tente Quechua en soldes aujourd'hui et arretez de vous plaindre et gemir comme tout bon francais aime le faire.
Réponse de le 09/01/2013 à 9:02 :
non c'est une constatation, et les gens en ont marre d'aller engraisser des rentiers.
Réponse de le 09/01/2013 à 9:02 :
En France il faut réhabiliter la valeur travail.
Réponse de le 09/01/2013 à 9:25 :
@constatation : ok vous engraissez les rentiers mais quel part de votre loyer sert à engraisser l état donc vous même ? Dites moi un chiffre?
Réponse de le 09/01/2013 à 9:44 :
@vous tous : L'etat preleve en moyenne 50% des revenus locatifs en impots... Vous payez 1000? de loyer, 50% vont a l'etat... Sans parler du coup du fiancement de l'entretient etc...
Quant un proprio vends, 50% en moyenne de sa PV va a l'etat... En gros, il faut vendre 25% plus cher qu'il y a 5 ans (alors que les prix etait largement plus bas) pour faire la meme PV net... Ce que je vois dans tout ca, c'est que c'est ni la faute du proprio (il veux recuperer sa mise c'est tout), ni celle du locataire (il subit des loyers elevés non par la faute de son proprio...) mais bien la faute de l'etat par sa fiscalité confiscatoire et un interventionnisme depassé depuis 30ans! Vous savez maintenant a qui vous en prendre!
Réponse de le 09/01/2013 à 10:37 :
Oui c'est vrai seul l'etat est vénal !!!! Les proprios, les promoteurs qui veulent faire la culbute cela n'existe pas!!!
Réponse de le 09/01/2013 à 14:53 :
@boaf : parce que quand vous faites quelques chose ce n'est pas pour gagner votre vie? Vous faites tout gratuit?
a écrit le 09/01/2013 à 5:56 :
Je suis résident fiscal au Maroc depuis ma retraite à 56 ans. Comme j'étais fonctionnaire et que mon beau frère est promoteur, j'ai largement investi pendant 15 ans en appartements De Robien, Borloo et Scellier. Les banques ne m'ont fait aucun problème, bien au contraire. Vu tous les investissements que j'ai menés, je n'ai pas envie que les prix et les loyers baissent ! Si monsieur Hollande mène une politique anti propriétaires, nous voterons contre lui en 2017, nous les proprietaires et même les jeunes fonctionnaires qui sont en train d'investir (seuls un couple de fonctionnaires peut le faire aujourd'hui)
Réponse de le 09/01/2013 à 9:19 :
un fonctionnaire en retraite à 56 ans !! et qui s'est gavé puisqu'il a pu faire des placements immobiliers. Oui à la suppression de tous les régimes spéciaux !
Réponse de le 09/01/2013 à 9:35 :
@ Papy Ponzi Quand on investit on se doit de le faire bien c'est à dire non pas en se basant sur des calculs hauts mais bien sur le bas c'est à dire avec un minimum de lucidité sur le marché au moment ou l'on décide d'investir et donc en intégrant les bulles et les retournements de situations dans ses calculs!!! Sinon vous pouvez bien voter pour qui vous voulez, la chute annoncée de très longue date va se produire et aucune mesure et aucun gouvernement n'est en mesure de l'enrayer!!!! Car les marchés sains sont toujours portés principalement par les primo accédants. Lorsque ceux ci n'ont plus accès à l'achat, le marché est porté par les investisseurs. Mais ça on le sait cela ne dure qu'un temps. Après les primo accédants reprennent naturellement leurs droits à l'achat comme à la location!!!!
a écrit le 09/01/2013 à 5:40 :
Vu hier dans la même agence en grande région parisienne : une maison 120m2 rénovée classe C avec jardin vendue par un couple de quadra : 261.000 euros. La seconde, même surface et nombre de pièces, classe F vendue par un couple de retraités : 475.000 euros. Devinez laquelle va partir et qui va se la garder des années en rêvant à la retraite à Marrakech ?
a écrit le 09/01/2013 à 4:03 :
Chine, avec une coissance imaginable, sont tj prêts à baisser leur prix .
a écrit le 09/01/2013 à 3:57 :
Normal c'est quatre sur quatre ... la question abordable c'est la croissance .
a écrit le 08/01/2013 à 23:56 :
les prix sont hauts à cause de la pénurie...c'est pour ça qu'à la campagne les prix ont egalement augmenté de 150% en 10 ans !
et puis de toute façon, il suffit de sortir de chez soi apres minuit pour voir des centaines de milliers de français qui dorment dehors !

les politiques parlent beaucoup, mais toujours pas de libération du foncier, toujours pas de modification du PLU , bref rien n'a encore été fait pour favoriser une baisse des prix !
JEUNES, vous avez réussi à bloquer le marché pour faire cesser ce hold up intergénerationnel, mais personne ne vous aidera dans cette tache, surtout pas nos politiques boomers !
donc souvenez vous...pour que les prix baissent c'est facile, il suffit de ne pas acheter !


Réponse de le 09/01/2013 à 7:01 :
T'inquiete Papis, on a pas de CDI on est 17% dans ce pays a gagner le SMIC (chiffre de l'INSEE). Les politiciens baby-boomer ont fait la politique des 35H et la baisse des charges sur les SMICARDS, du coup, les patrons ne veulent pas augmenter les salaires vu qu'ils perdent les avantages.Y a un tassements des salaires et les gens sont persuades que les bouc emissaires sont les riches et les immigres.
a écrit le 08/01/2013 à 23:16 :
Donnons la légion d'honneur à tout ceux qui baissent leur maison de 30%
a écrit le 08/01/2013 à 23:04 :
Il faut achetez quelque soit la période. Meme si on revend moins cher on rachète également beaucoup moins cher et on capitalise en même temps. Bref on est toujours gagnant dans la pierre. Les locataires frileux attendent toute leur vie la bonne affaire qui n'arrive jamais et ils se retrouvent à la retraite sans rien. A méditer
Réponse de le 09/01/2013 à 7:17 :
Alors là chapeau je crois qu'on peut fermer le sujet devant autant d'intelligence.
Réponse de le 09/01/2013 à 8:59 :
@achetez: vous trouveriez aussi des "repreneurs" désespérés provenant du désert de gobi ou de l'atoll de Dhalu? Montebourg pourra vous guider.
Réponse de le 09/01/2013 à 9:42 :
@najbar Ça c'est de la bonne idéologie de banquier et d'agent immobilier!!!! Les idées bêtes ont la vie dure!!! On en.... reparle dans 5 ans quand les prix vont faire le saut de l'ange et que tout un tas de courageux (au contraire des locataires frileux) vont être douchés sévère 1- en surpayant un bien de manière parfois spectaculaire 2- en se retrouvant avec des loyers en chute!!! Ah les winners!!!
Réponse de le 09/01/2013 à 9:58 :
@achetez.

Votre niveau en maths est affligeant, probablement au même niveau que celui en micro-économie et en crédit. Votre raisonnement n'est valable que dans le cas d'actifs achetés comptant, sans contraction de crédits et ni paiement de taxes (droits de mutation par exemple). Soit vous n'avez pas acheté depuis longtemps, soit jamais acheté de biens immobiliers, car cette classe d'actifs ne permet pas, hors rentiers/héritiers ou alors personne ayant d'énormes revenus pour amasser suffisamment de capitaux, d'être acheté sans crédits et encore moins sans taxation.....
Réponse de le 10/01/2013 à 0:56 :
vous avez tout faux
j'investit dans l'immobillier depuis 1990, j'ai connu la baisse de 92 puis celle de 2008.
J'en suis à mon 15ème bien immobillier acheté à crédit et revendu. Bilan : patrimoine de 2 millions d'euros en partant de pas grand chose. Je ne m'en vante pas, c'est le cas de milliers de personnes. Si j'avais été défaitististe comme 95% des blogueurs ici, je serai toujours locataire et sans aucun patrimoine. Bref j'ai appris que quelque soit le contexte y a toujours des opportunités à saisir.
Réponse de le 10/01/2013 à 1:13 :
cela fait dix ans, que les froussards me disent l'immo va se casser la gueule. N'empeche que 10 ans de plus value immo me permet aujourd'hui de vivre sans beaucoup travailler à 45 ans ! Pendant que les frustrés attendent toujours le krach. On est pas aux US les gars, y a pas de subprimes en france. Moi je continue d'investir sur de l'immo, baisse ou hausse j'y trouve mon compte.
Réponse de le 15/01/2013 à 10:27 :
@ achetez : heureusement que je paie beaucoup d'impôt, ça permettra de te payer le minimum vieillesse dans 10 ans :-) Tu me fais penser aux fanfarons de la bourse de janvier 2001. Ou peut être trouveras-tu, grâce à tes posts, des moutons pour t'acheter tes biens juste avant le démarrage des Soldes.
Réponse de le 16/01/2013 à 14:22 :
"N'empeche que 10 ans de plus value immo me permet aujourd'hui de vivre sans beaucoup travailler à 45 ans !" Merci d'apporter par votre témoignage de l'eau au moulin de ceux qui demandent que la fiscalité sur les actifs immobiliers soit considérablement augmentée. Comme vous y faites allusion, il est aussi grand temps que les PV lors de la vente de la résidence principale soit imposées (par réintégration dans l'IRPP) avec exonération progressive par la prise en compte de l'inflation. Puisque vous vous vantez d'avoir tiré des revenus confortables sans rien foutre, il faut vous faire payer pour ces revenus, comme ceux que vous auriez tiré d'un travail. Continuer à vous vanter ainsi, vous sciez la branche sur laquelle vous êtes assis, en faisant le jeu des gauchos de tous poils.
Réponse de le 29/01/2013 à 9:56 :
"Meme si on revend moins cher on rachète également beaucoup moins cher et on capitalise en même temps."
Si on revend moins cher, on a capitalisé quoi au juste ?
Evidemment, il faut vendre plus cher qu'on a acheté ! Ceux qui achètent aujourd'hui vont nécessairement faire l'inverse.
Avec 3 % de baisse annuelle (soit les chiffres actuels), la baisse paie le loyer et permet de gonfler l'apport et de réduire ainsi par la suite les intérêts d'emprunt. Les plus malins vendront, partiront en location et feront les soldes dans un an ou deux.
Réponse de le 29/01/2013 à 10:37 :
"Meme si on revend moins cher on rachète également beaucoup moins cher"
Mais on rachète rien : on s'est endetté pour le bien acheté trop cher et cet emprunt grève toute possibilité d'achat pendant que ceux qui ont su patienter font les bonnes affaires.
a écrit le 08/01/2013 à 22:52 :
le décrochage entre hausse des prix de l'immo et stagnation des salaires me semblent être l'explication principale de la baisse du nombre de bien vendu.
Pour l'immo d'investissement, la période transitoire entre 2 mesures fiscales explique la baisse des ventes et des engagements de constructions neuves. reste que l'immobilier redeviendra attractif et pour l'achat de la résidence principale et pour l'investisseur lorsque le prix du M2 redescendra sous 2 fois le smic pour le premier et un rendement brut de 5 % pour le second autant dire que les prix vont devoir corriger fortement pour les biens de gamme moyenne ou médiocre plus ou moins bien situés (au moins 15 %)
a écrit le 08/01/2013 à 22:13 :
Témoignage :
Bonjour, je voudrais témoigner, voilà j 'ai acheté seul un appartement f4 année 60 en 1990 à 250 000 francs payé en 9ans grâce à l'inflation.
Je l'ai revendu en 2007 à 300 000euros à un couple de deux pigeons qui ont amené un apport de 50 000euros ( soit environ 320 000francs plus cher que mon appartement) en s'endettant au taquet pour 25ans.
je suis déçus car je l'ai bradé, car je l'ai vendu pendant la crise. Dire que j'aurai pu en tirer 350 000euros en 2006, je suis dégouté.
Réponse de le 09/01/2013 à 9:53 :
excellent et pourtant tellement vrai...
Réponse de le 09/01/2013 à 14:18 :
à méditer en effet même s'il ne faut pas généraliser ni tomber dans le "bommer bashing"

Cette génération (vendeuse nette) se préoccupe t-elle du "parcours résidentiel" de ses enfants et des ses petits enfants qui ont du mal à trouver du travail bien payé, leur paie une retraite qu'ils n'auront pas eux-mêmes?
a écrit le 08/01/2013 à 22:04 :
N'achetez pas maintenant; ni demain! Attendez bien la baisse, même si vous manquez le plus bas du creux, vous n'allez jamais payer le prix d'aujourd'hui....Attendez.
Réponse de le 09/01/2013 à 5:50 :
Ne vendez pas maintenant; ni demain! Attendez...Attendez.
Réponse de le 09/01/2013 à 7:18 :
Vous avez raison : comme ça les prix baisseront davantage une foi qu'ils vont tous mettre leurs bien en vente en étant obligé de le faire.
Réponse de le 09/01/2013 à 8:36 :
@avendre: et oui la panique viendra; patience
Réponse de le 09/01/2013 à 11:28 :
Oh les gars et si on créait un collectif du type "Les Pigeons" pour faire la grève de l'achat (même si comme moi vous avez du blé)...voire la grève du paiement des loyers. Marre de jeter à fond perdu parce que les multi-propriétaires possèdent tout le foncier français.
Réponse de le 10/01/2013 à 1:17 :
bon courage à ceux qui espèrent la baisse de l'immobilier, j'entends ce discours depuis 15 ans, vous risquez d'attendre autant !
a écrit le 08/01/2013 à 21:50 :
Ne vous faites pas piéger par la propagande des taux bas, c'est un attrape nigaud! il faut tenir compte du capital emprunté, de la durée de l'emprunt et de l'apport financier. Vu les prix délirants, déconnectés du pouvoir d'achat d'une majorité de Français, de la situation économique et sociale il va y avoir une correction sévère.
Réponse de le 09/01/2013 à 11:40 :
je ne trouve pas les prix si déconnectés du pouvoir d'achat!si vous dépensez pour des betises style iphone et vacances clubmed,oui,il ne reste plus beaucoup d'argent.avec une retraite modeste(2100 euros) j'ai réussi a investir dans deux petits appartements que je vais louer quand j'aurai atteint les 55 -60 ans
Réponse de le 09/01/2013 à 13:54 :
N'importe quoi! Les prix sont completement deconnectés de la realité! Il faut choisir entre debourser 800000 euros pour un appart de 120m2 dans la banlieue ouest de Paris, ou bien louer un bien identique à 2400 euros. cela suppose que votre revenu net soit au moins de 7200 euros. Pour quelqu'un qui monte à Paris pour raisons professionnelles, il faut y reflechir à deux fois...
a écrit le 08/01/2013 à 21:47 :
Moi je ne conseille plus rien, parce que déjà en 2001 habitant Paris jeune employé, je n'ai pas voulu acheter parce que je trouvais les prix bien trop chers. Je mettais mes économies sur la bourse, parce que les experts disaient qu'à long terme la bourse gagne toujours ;-) Ils sont cons les experts, j'ai bien perdu avec la bourse ! ... Moi aussi d'ailleurs je suis con parce qu'aujourd'hui je me mords les doigts de ne pas avoir acheter ... Et bien sûr je trouve toujours les prix 100x trop chers, donc je ne veux tjrs pas acheter (et peut-être que je me trompe encore) ... J'suis peut-être tjrs con en fait ?
Réponse de le 09/01/2013 à 9:48 :
Les erreurs doivent surtout servir à apprendre à ne pas les refaire : appliquer cette règle quand tout le monde achète, vendez et quand tout le monde brade, achetez !!! L'intelligent est celui qui est à contre courant et cela est aussi vrai dans de très nombreux domaines!!!!
Réponse de le 09/01/2013 à 10:34 :
Il faut écouter les véritables experts de la Bourse qui sont de bon conseil. En 2000, j'affirmai que sur le long terme la Bourse est gagnante, 13 ans plus tard les actionnaires d'Alcatel (-99%), France Télécom (220 euros/8,5 ) et Vivendi (130 euros/16) me remercient...Tant qu'ils n'ont pas vendu, ils n'ont pas perdu !
Réponse de le 09/01/2013 à 10:59 :
@ JP G..: Il ne faut pas être expert pour savoir lire les stats. Il est indéniable que l'achat d'actions est bien plus rentable que l'achat d'immobilier sur le long terme; Pour être dans le déni, vous choissisez bien la période des dernieres 13 années et un portefeuille désolant; pour en sortir, vous prenez des périodes beaucoup plus longues, un portefeuille plus large et la rentabilité de l'immobilier devient catastrophique < 1 % en comparaison. Le réveil va être dure. N'achetez pas maintenant des actions de banques françaises par ailleurs!
Réponse de le 10/01/2013 à 1:06 :
la seule vérité c'est que personne ne peut prédire l'avenir. Il y aura toujours les frileux et jaloux qui espèrent un krach immo . Et puis les entrepreneurs qui cherchent les bonnes affaires, qui les revendent quelques années plus tard pour en acheter d'autres. Depuis 20 ans que j'investit dans l'immobilier, je n'ai jamais rencontré un perdant. A part les jaloux qui n'osent pas se lancer et qui espèrent le malheur des autres
a écrit le 08/01/2013 à 21:43 :
Si la filière immobilière est directement impactée par la chute des transactions, ses effets domino sont tout aussi inquiètants : frein à la mobilité professionnelle, chute des droits de mutation (qui finançaient un inventaire à la Prévert de dépenses départementales), stagnation du parc locatif, baisse de tous les marchés liés au "changement de domicile" (déménagements, rénovation,...) et des taxes et charges sociales perçues à cette occasion. Bref, un effet récessif important et de durée "quinquennale". Au moins, on saura à qui s'en prendre!
Réponse de le 09/01/2013 à 10:44 :
Ne vous inquiétez donc pas la nature a horreur du vide et quand certains y perdent d'autres y gagnent!!!! Quand on fait le con, faut bien à un moment que cela s'arrête!!! La bonne nouvelle c'est que les prix des matériaux vont enfin baisser!!!!!
a écrit le 08/01/2013 à 21:22 :
Pourriez-vous nous dispenser des "prévisions" de la FNAIM ?
Réponse de le 16/01/2015 à 19:04 :
Les économies passeront par la réduction des fontionnaires, fermeture d'administrations publiques en doublons ou sans utilités, par la privatisation de l'éducation nationale, sncf, ratp, etc, etc, etc. SEUL MANQUE LE COURAGE DES POLITIQUES DE DROITES COMME DE GAUCHE. CAR C'EST BIEN LA MONARCHIE PARLEMENTAIRES ET SES VASSAUX DE FONCTIONNAIRES QUI RUINENT NOTRE PAYS !!!!
a écrit le 08/01/2013 à 21:02 :
D'ici 10 ans un paquet de boomers vont partir en maison de retraite. Ça va en libérer des baraques d'un coup ! car ce ne sont pas leurs enfants qui vont payer (3.000 euros par mois une maison de retraite)
Réponse de le 09/01/2013 à 11:30 :
Ils auront la gratitude qu'ils méritent ;)
a écrit le 08/01/2013 à 20:58 :
D'un côté il y a les propriétaires "parvenus" de biens vétustes archaiques et de l'autre côté il y a les propriétaires qui se sont fait avoir, bernés par les malins qui leur ont vendu des baraquements fébriles, construits avec des matériaux qui ne supportent pas le vieillissement ... et ces 2 catégories représentent 95 % des biens à vendre ... sauf que dans leur imaginaire, dans leur rêve éveillés, 'ils pensent tous posséder et vendre des chateaux ... alors que ce ne sont que des baraques banales, mal isolées, fait pour ne pas durer, avec des pièces désusettes ... bref ils sont prisonniers de leurs rêves et pleurnichent sur leurs déconvenues qui ne feront que s'aggraver avec la volatilebulle qui va exploser ...
Réponse de le 10/01/2013 à 1:23 :
Quelle que soit la maison bien ou mal isolée, on l'achète toujours à son prix (20 ans d'experience dans l'immobilier). Donc n'écoutez pas tout ces aigris (mentalité typiquement française), cherchez la bonne affaire y en a toujours une quelque part et foncez
a écrit le 08/01/2013 à 20:57 :

les annees passees des agences immobilieres fleurissaient a tout va ..bilan trop juteux
appat du gain ............ c est fini
a écrit le 08/01/2013 à 20:48 :
2.4 millions d'actionnaires sont sortis de la bourse depuis 2010 our investir ailleurs .. je lacherai rien, j'en n'ai pas besoin. RDV dans 30 ans pour ma Plus Value defiscalisee.
En attendant, demain c'est les soldes chez Decathlon, achetez vous une Quechua les jaloux !
Réponse de le 09/01/2013 à 0:13 :
Il faut vraiment etre très optimiste pour croire à une plus value defiscalisée dans 30 ans, surtout vu l'état des finances publiques.
je me permet de vous rappeler que Fillon avait supprimé toute défiscalisation dans le temps, avant qu'un amendement de Carrez à la dernière minute ne rétablisse une durée ( surement pour que quelques politiques boomers soldent leur immo).Donc ne comptez pas sur l'UMP , ils iront chercher l'argent là ou il est, c'est à dire chez ceux qui ce sont enrichis en dormant depuis 10 ans !
Réponse de le 09/01/2013 à 7:14 :
Et bien ca sera mes enfants qui vendront, la patience est une qualite oubliee.
Ca fait 4 ans que les madame Soleil annoncent une baisse des prix, RDV dans 5 ans, les prix auront tres peu bouges et vous serez toujours locataire en train de ME payer des loyers. Et quand vous arriverez a la retraite avec une misere, et bien vous me payerez toujours un loyer. Belle perspective !
Réponse de le 09/01/2013 à 10:31 :
Ah la méthode Coué....
Réponse de le 09/01/2013 à 10:57 :
@ Home sweet home : arrogant et stupide!!! D'accord pour la patience (encore faut il pouvoir se le permettre) si c'est votre cas, tant mieux pour vous (personne n'a jamais dit le contraire) ! Par contre votre provocation arrogante de supériorité feinte eh bien ....je plains vos locataires.... vous devez être un piètre bailleur!!!!
a écrit le 08/01/2013 à 20:44 :
3 sur 4 sont près a baisser, c'est bien, mais j'ai peur pour eux, car vu la baisse moi ça me donnérai le vertige.... Mais ils ne seront pas a plaindre. Par contre ceux qui se sont scotché avec des prêts a 25 ans en investissant leur bas de laine, eux ils vont avoir mal au tamtam...
a écrit le 08/01/2013 à 20:30 :
Le temps travaille pour les jeunes : dans quelques années la génération des boomers va commencer à partir en maison de retraite et là on va rigoler ! Ça coûte tréééés cher une maison de retraite, ce ne sont pas les enfants qui vont sortir 3 à 4.000 euros par mois (par parent) ! Donc les boomies vont être acculés à vendre. Soyez patients les jeunes
Signé un boomer (pas encore croulant)
a écrit le 08/01/2013 à 20:25 :
Que dalle ! Vendre à perte ? Jamais.
Réponse de le 09/01/2013 à 0:05 :
Si vous envisagez d'acheter plus grand, votre pouvoir d'achat sera accru apres une baisse de 30% de l immo...et ce meme si vous devez vendre à perte le premier bien !
A contrario, si les prix augmentent de 30%...il est fort possible qu il vous soit impossible d'acheter plus grand...et ce meme si vous avez fait une belle plus value
Réponse de le 09/01/2013 à 11:01 :
C'est pas de chance mais les acheteurs se demandent pourquoi ils devraient acheter à perte!!!!! Attendez le pigeon s'il ne vient pas résignez vous vite!!!!!! Si vous avez le temps, tant mieux pour vous, attendez la prochaine vague!!!
a écrit le 08/01/2013 à 20:11 :
Un krach de 40% et vous allez voir si les transactions repartent ou pas !
a écrit le 08/01/2013 à 19:51 :
Les prix en France sont justes fous ! C'est tout, la soi-disante loi de l'offre et la demande et depuis longtemps caduque et biaisée à grand coup de subventions. De plus, la concentration de l'activité sur quelques régions provoque un manque de foncier.
Alors nous avons les patrons qui veulent tous bosser au même endroit, moins payer pour être plus compétitifs et, en plus, gagner de l'argent avec leur épargne placée dans l'immo. du grand portnawak !! Ne pas acheter, ne pas consommer, faire de l'arbitrage dans les dépenses, laisser l'argent dormir (puisqu'il paraît qu'il n'y a pas d'inflation) et attendre que le système purge les parasites.
Réponse de le 08/01/2013 à 22:20 :
@encore une exception culturelle, Bonne analyse, les communes ont favorisé l'implantation de zones commerciales,
au détriment de l'habitat pour des raisons mercantiles.Il y a du foncier, mais il est capté par une minorité qui fai de la surenchère, les communes et l'état encaissent au passage des taxes et impôts sur la cession des terres et de l'immobilier,
Les politiques depuis plusieurs années favorisent la rente à coup de défiscalisation et c'est au détriment de l'outil travail, de la croissance,les entrepreneurs et les soixante-huitards investissent dans le patrimoine. L'immobilier en période de bulle est risqué, couteux. La négative équity est assurée,. avec un chômage en hausse, être mobile est un atout. J'approuve, Il faut faire un arbitrage des dépenses, consommer moins, consommer mieux stop au gaspillage.
Réponse de le 09/01/2013 à 7:22 :
Et dire que les gens responsables de cette situation ont quand même fait environ 48/100 au présidentielles: ils n'auraient jamais du dépasser 10 avec de tels résultats.
a écrit le 08/01/2013 à 19:11 :
perspectives certaines pour 2013:

-les lobbies vont continuer de chialer ouinouin on veut des aides
-les agents immos vendeurs d'aspis vont se rechercher un VRAI travail
-les acheteurs de la bulle winners vont devenir les vendeurs du krach loosers
-les vendeurs de confort vont arreter de vendre et les vendeurs contraints vont désespérer
-les impots vont augmenter
-les depenses contraintes aussi
-négociez comme un dobermann et envoyez balader les vendeurs sourds qui vous font perdre votre temps

a écrit le 08/01/2013 à 18:51 :
à vos reves de plus-value comme le peintre à son pinceau quand on lui retire l'échelle.....sur ces prix il n'y a pas de demande solvable. si vous ne voulez pas brader, pas grave; vous ferez le bonheur du percepteur et des impots locaux...c'est plié
Réponse de le 08/01/2013 à 19:16 :
Bof, j'en ai vu d'autres des bas autrement plus sévères.
a écrit le 08/01/2013 à 18:50 :
La cause est à chercher dans la modification de la fiscalité des plus values.
Réponse de le 08/01/2013 à 20:51 :
Baratin. Le problème c'est le niveau des PRIX ! Dans ma commune, une villa qui coûtait 600 000 F (ou 90 000 ?) il y a moins de 20 ans vaut aujourd'hui 350 000 ? !!!!! C'est délirant. Résultat des courses, cette commune ouvrière s'est transformée en banlieue dortoir pour cadres endettés sur 30 ans.
Réponse de le 08/01/2013 à 21:25 :
Surtout que dans la bulle immobilière. Les prix ont augmenté de plus de 100% en 10 ans, il fallait bien que la follie s'arrête vu que les salaires n'ont pas augmenté dans la même proportion.
Réponse de le 08/01/2013 à 21:41 :
Mauvaise analyse!
Réponse de le 08/01/2013 à 23:00 :
Votre argumentation est légère, quand on fait une plus valus on vend, car même après impôt on est gagnant. C'est comme en Bourse, mieux vaut une plus valus réalisée quitte à être taxé sur les PV qu'une plus valus lattente car à force de trop attendre on finie par perdre ..... en d'autre terme mieux vaut tenir que courir.

Réponse de le 09/01/2013 à 7:24 :
Super les taxes plaisante.
a écrit le 08/01/2013 à 18:48 :
on commence à comprendre et à dire tout haut que le problème, ce n'est ni l'apport, ni la difficulté à avoir un crédit etc...bref, le blabla habituel...le problème c 'est juste le prix ! les vendeurs sont justes sur une autre planète ... la planète veupabrader
Réponse de le 08/01/2013 à 19:53 :
tres vrai lol
Réponse de le 08/01/2013 à 22:55 :
en général quand on vend un bien immobilier, on a pas l'intention de dormir dans la rue, et on achète un autre bien immobilier au prix du marché, donc cher. Si je vous comprends bien, il faudrait que je brade pour vous être agréable, et racheter plein pot. C' est une bonne idée je n' y avais pas pensé.
a écrit le 08/01/2013 à 18:43 :
Etre proprio why not, mais etre proprio sur ces prix ;: Jamais !!!! cherchez à tout prix à acheter , c est completement hasbeen. Quel interet de payer à un boomer sa passoir énergétique 5 fois le prix qu'il a payé à l epoque.alors qu'on sait qu'elle va nous couter une fortune à mettre aux normes ou en frais de copropriétés...quand on rajoute le cout du crédit, les impots locaux et les frais d'entretiens, je préfaire 1000 fois rester locataire...je dors bien, j'ai de l'épargne, je peux consommer, partir en vacance....vivre ! et luxe du luxe, je peux meme me payer la formation de mon choix si je veux changer de métier ...
Réponse de le 08/01/2013 à 19:48 :
c'est ce que j'ai fait mais ailleur ! j'ai ma "Bastide Provençale" de 120M2 sur 3000 M2 de terrain a 20 minute de la mer, a moins de 100 000? et une imposition de 10% dans un pays Européen...ou suis-je..??? ...en Bulgarie !
Réponse de le 08/01/2013 à 19:55 :
totalement d accord!! bradez votre maison les proprio et a nous la bonne affaire dans 5 à 10ans!!
Réponse de le 08/01/2013 à 20:51 :
Achetez vous une tente Quechua, demain c'est les soldes !
Réponse de le 08/01/2013 à 21:04 :
@proprio: commentaire béotien ! bien sûr que les prix il ya 50ans étaient moins élevés qu'aujourd'hui et au cas très probable où t'aurais pas remarqué, les salaires aussi étaient nettement plus bas :-) Cela dit, à moins que les jeunes n'achètent tous au moins 2 apparts, il y aura forcémenbt pléthore de logements sur le marché à partir de 2030, quand les boomers commenceront à "partir" puisque, démographiquement, ils sont plus nombreux. On peut donc prévoir sans se tromper que la marché immobilier, quoi qu'en dise la FAIM et consorts, va s'écrouler....d'autant plus que les taux d'intérêt actuel très faibles ne se poursuivront pas parce que les banques veulent gagner du fric et pas faire du social :-)
Réponse de le 08/01/2013 à 21:51 :
t'as qu'à acheter du neuf, au est le problème?
a écrit le 08/01/2013 à 18:38 :
Une évolution entre - 2% et 0, ils se moquent du monde, en moins on appelle cela une baisse, mais ridicule, alors que les prix ont augmenté de 150% en 10 ans et que les salaires stagnent depuis +10 ans. Les vendeurs sont bien souvent issus de la génération des 30 glorieuses. Ils devront se faire une raison il n' y a plus d'argent dans les caisses de l'état, plus de pigeons. Ce marché est spéculatif, Les AI ont fait de la surenchère pour avoir les vendeurs, au mépris de toute logique, nous ne sommes qu'au début de la chute.
Réponse de le 08/01/2013 à 21:14 :
Eh ouais!!!!!..... et à chaque fois que quelqu'un tenait ce genre de discours pendant la bulle tout le monde disait bulle??Mais quelle bulle???? FNAIM EN TËTE!!! Alors les prévisions de la Fnaim..... ça vaut peanuts!!!!
a écrit le 08/01/2013 à 18:36 :
Je lis que le manque de logements fait monter les prix ou empêche d'acheter. Mais c'est un mensonge de professionnel, enfumé par ce qu'il apprend, qui le rassure. Il ne manque pas de logements aux prix actuels, tout simplement. Je viens d'acheter un T4 de 93m2 à 366keuros (bon avec une terrasse de 157m2), au centre de Lyon. 80% des logements sont du scellier. Ce dispositif crée des fonctionnaires privés, qui payent une partie du logement par nos impôts, et loue à des subventionnés par nos impôts. Mais ceux qui louent ne peuvent plus acheter depuis longtemps. En fait les prix ont doublés depuis les premières subventions, dans les années 2000, avec l'aide aussi des baisses de taux.
a écrit le 08/01/2013 à 18:36 :
Personne ne parle des biens dont les propriétaires ne veulent pas vendre pour raisons économiques.
Je m'explique.
Mon épouse et moi avons acheté un petit 2 pièces en Seine St Denis que nous louons à un prix très raisonnable.
Le but est que nos 2 enfants, en plus de notre résidence principale, aient quelque chose à vendre si par hasard notre santé nous obligeait à nous mettre en maison de retraite.
En effet, vu les prix des maisons de retraites, nous ne voudrions pas que nos enfants et nos petits enfants aient à subir nos tracas inhérents à la vie.
Donc, c'est pourquoi nos biens, nous ne les mettrons jamais en vente.CQFD.
Et nous ne pensons pas être les seuls à raisonner ainsi, vu le nombre de personnes âgées qui se profile...
Réponse de le 09/01/2013 à 9:52 :
@emi mais on en parle pas car ceux là sont hors bulle et c'est tant mieux pour vous comme pour nous!!!! En vous souhaitant une bonne et longue retraite!!!
a écrit le 08/01/2013 à 18:31 :
bof, etre proprio sur ces prix , c est completement hasbeen. Quel interet de payer à un boomer sa passoir énergétique 5 fois le prix qu'il a payé à l epoque....quand on rajoute le cout du crédit, les impots locaux et les frais d'entretiens, je préfaire 1000 fois rester locataire...
a écrit le 08/01/2013 à 18:29 :
Je suis toujours stupéfait par ces gens qui n'ont pas peur de mettre leurs 30 futurs années de salaires sur la table, tout ca pour avoir le droit de casser un mur si ça leur chante...non , non, franchement j'ai du respect pour eux. j'espère qu'ils ont le sommeil facile et lourd parceque bonjour les nuits blanches quand ils vont découvrir ce que veut dire negative equity...locataire de sa banque jusqu'à la retraite, quel pied ! rester emprisonné dans sa baraque quand il faut etre mobile et flexible pour trouver un job, quel pied ! avoir come concurents sur le marché de l emploi des Espagnols et des Portugais disposés à bosser pour 500 euros par mois, quel pied ! non, non y a pas à dire, les plus grand spéculateurs ne sont pas ceux que l'on croit....
a écrit le 08/01/2013 à 18:23 :
10% des agences immobilières ont dû fermer leurs portes.10.000 emplois perdus....Ca leur donnera le temps de se former sérieusement. Nan, j'déconne. Cette horde de vendeurs de tapis (téléphones portables, fenêtres, capteurs solaires, etc) se dirigent déjà en procession vers le nouvel eldorado qui leur coloriera les claouis en or.J'annonce une bulle sur les sites de ventes de vents en ligne.... quant à ceux qui ont eu les baloches de mettre sur a table leurs futurs 25/30 années de salaires pour à tout prix faire bien à la cafette du bueau et dans les repas de familles...ben je leur souhaite bonne chance. c 'est du Darwinisme social mais là on ne pleurera pas sur leur sort.

Réponse de le 08/01/2013 à 18:32 :
c'est aussi du spanish bulle immobilière
Réponse de le 09/01/2013 à 11:35 :
@darwin: lol c'est tellement vrai. Merci pour la rigolade avec vos métaphores bien senties
a écrit le 08/01/2013 à 18:10 :
Sur Paris les prix devraient être divisés par trois pour revenir au niveau des prix en Allemagne....En 1990 les
prix ont dégringolé de 40 à 60% dans les grandes villes, les promoteurs arrêtaient leurs chantiers faute de crédit...Stagnation des prix, fermeture d'agences immobilières fragiles, consommation en berne, impôts tous azimut, croissance au point mort, tous les ingrédients sont de nouveaux réunis pour une bonne purge!!! Acheter
maintenant c'est ridicule il faut attendre dans la mesure du possible.
a écrit le 08/01/2013 à 18:08 :
Pendant ce temps la mairie paris achete ts les immeubles pour faire du social. Qques privilegies auront ces appart. Les autres....
a écrit le 08/01/2013 à 18:05 :
Les taxes qui viennent d'être votées sont confiscatoires. Pour un propriétaire d'une résidence secondaire par ex, il faudra payer une plus-value même si l'on détient cette propriété depuis plus de 20 ans. 30 ans pour en être exonéré , scandaleux.
Que vont faire les propriétaires, attendre des jours meilleurs. Pour les communes, le résultat sera catastrophique car, elles toucheront moins de droits de mutation. Résultat, c'est le contribuable qui va payer la différence. Les français qui ont voté pour les socialistes vont vraiment le regretter.
Réponse de le 08/01/2013 à 18:41 :
Les français qui ont voté socialistes se sont évaporés : en fait, beaucoup avaient voté soit contre la crise, soit contre sarkozy (qui l'avait un peu cherché...).
Réponse de le 08/01/2013 à 21:11 :
@ça alors: ne pas perdre de vue que ceux qui ont voté Hollande représentent environ 25% des inscrits. Au 2e tour, on vote contre l'autre (Sarko à cette occasion) et cela ne compte donc pas comme voix pour l'élu. Cela dit, le général Mallet, à qui on demandait qui étaient ses complices, répondit "la France entière si j'avais réussi" :-)
Réponse de le 08/01/2013 à 21:19 :
afin de ne pas payer de plus-value, vous pouvez aussi vendre au prix d'achat :-). Ah oui, vous avez durement travaillé pour faire une plus-value. De plus ca n'a rien a voir avec les socialos, mais c'est sarko qui a mis en place cette réforme (quoi de plus biaisé que la mémoire d'un enfant gâté -)
Réponse de le 09/01/2013 à 7:28 :
Ces taxes ne sont absolument pas confiscatoires et sont bien insuffisantes pour beaucoup d'argent gagné en ne faisant rien sur le dos des gens qui se lèvent tôt, c'est la France qu'on a remise au boulot selon l'UMP en fin de compte.
Réponse de le 09/01/2013 à 11:26 :
Mais si votre résidence secondaire a pris de la valeur, tellement que vous allez même être "obligé" de faire une plus-value, ce n'est pas par une opération du saint esprit. Un bien immobilier se compose de foncier et de bâti. Qu'on le veuille ou non le bâti, même bien entretenu se détériore irrémédiablement, le foncier par contre s'apprécie. Pourquoi la valeur du foncier augmente-t-elle ? Parce que le centre ville s'étend, parce que des services nouveaux apparaissent à proximité. Mais qui finance la construction de ces écoles, de ces stades de ces jardins publics qui donnent de la valeur au foncier ? La communauté. Donc il est normal que la communauté récupère une partie (personnellement je serais partisan de la totalité) de la plus-value qu'elle a apportée. L'embellissement du quartier a été financé par les impôts de tous les français, mais un seul type devrait pouvoir s?empiffrer la plus-value ? Que vous ne perdiez pas d'argent à la revente, certes, c'est normal, mais il n'est pas normal que vous en gagnez sur le dos des contribuables. Nous sommes dans une période ou certains craignent pour leur emploi, leur avenir et vous vous craignez pour vos indécentes plus-values ?
Se loger est un droit fondamental (c'est même inscrit dans la loi) comme se réchauffer ou se nourrir. Donc spéculer sur un droit fondamental des français devrait tout simplement être passible de prison.
a écrit le 08/01/2013 à 17:51 :
l offre et la demande se chargeront de fixer le prix ''(zones isolees)

faux ! pourquoi baisser ? faire plaisir aux agents de l immobilier m enfin !! par contre vendre l OR oui
a écrit le 08/01/2013 à 17:40 :
Ce we, j'étais dans la campagne picarde, j'ai vu des maisons entre 150 000 et 250 000? au beau milieu de nulle part. Quand je vois sa, je me pose des questions. Il y'a bel et bien une bulle en France, les prix sont décorellés du niveau des salaires.
Réponse de le 08/01/2013 à 20:01 :
Dans votre campagne picarde quelle est le prix d une maison neuve de 100 m2 ? Etes vous allez voir un constructeur ? Une maison de 100 m2 vaut le même prix qu en aquitaine ou dans le berry autours de 140 000 e . A ce pris il faut ajouter le prix et l aménagement du terrain .Vous pensez comme tout le monde le dit dans ce forum que les prix baisseront de 40 % ? Alors les salaires devront baisser ..
Réponse de le 16/01/2013 à 14:36 :
Mais ils vont aussi baisser, mon canard :-)
Ou ne plus augmenter, ce qui revient au même....

A commencer par les nouveaux chômeurs qui ne vont plus en toucher un, de salaire.

Nos petits franchouillards vont se faire manger à la sauce "agenda 2010/G.Schröder" car la maison mère, à Berlin, en a plus que marre de nos conneries de pizzaïolo tristes.

Dans la même campagne picarde dont parle RED57, un pavillon années 80 se vendait encore 240/250 000 euros il y a trois ou quatre ans. Dans ces coins, le terrain est 40-50 Euros/m2, soit 30-35 000 Euros pour 600/700m2 (la moyenne en lotissement dans ce secteur), soit un total pour du neuf de 140 000+ 30/35 000 + viabilisation si nécessaire, et taxes diverses, 180/190 000 Euros. Avec garantie DO et SANS droits de mutation (+ exonération de foncier pendant 2 ans). Il est clair que le même produit, "d'occasion", avec une décennale morte, et un enregistrement à 6%, ne peut pas dépasser 150 000 Euros, si en bon état. Vu ?
a écrit le 08/01/2013 à 17:36 :
Nombre de transactions sont bloquées parce que les prix sont trop élevés.
Réponse de le 09/01/2013 à 8:00 :
Il ne faut pas le dire le sujet est tabou, pour la cupidité ça représente les prix réels pour assurer leurs petits train de vie bien tranquille.
a écrit le 08/01/2013 à 17:34 :
Taxons encore plus les résidences secondaires ..lC est la doctrine pour faire baisser les prix
a écrit le 08/01/2013 à 17:33 :
Non mais c'est pas 30% de surestimation mais plutôt 150% ! Faut pas déconner quoi...
Et puis même si par miracle les prix baissaient @ 150% au vus de la conjoncture actuelle c'est de la folie de s'endetter au delà de 10-15ans... Bref je préfère investir ailleurs ou l'immobilier et l'économie est bien plus réel (accessible).
a écrit le 08/01/2013 à 17:30 :
Ca commence à paniquer du coté des pro de l'immo, fini de se goinfrer les amis, un marché qui n'est simplement plus en adéquation avec les réalités économiques et sociale d'un pays risque de devenir un marché marginal. Messieurs les banquiers prétez à taux zéro ou négatifs, n'attendez plus rien de la collectivité, prenez vos responsabilités.
a écrit le 08/01/2013 à 17:27 :
le mauvais coefficient d'isolation fait chuté le prix d'un bien, les bons ça va encore
a écrit le 08/01/2013 à 17:26 :
Dans cette affaire, tout le monde se tient par les c... et tout le monde ment. Les agences immobilières maintiennent une sortie de nuage de fumée sur les prix, ainsi que tous les professionnels du secteur qui touchent leur pourcentage sur la valeur de la vente. Les vendeurs, quant à eux, ne peuvent baisser car ils se sont faits berner voici quelques années et ont acheté, à prix d'or, des biens très largement surévalués. Vendre en baissant les prix, c'est leur ruine. Le meilleur conseil pour les acheteurs ? Attendre, attendre, encore attendre. Si vous achetez maintenant aux prix actuels, c'est vous qui vous ferez enfumer lorsque les prix baisseront.
Réponse de le 08/01/2013 à 17:47 :
D'accord à 100%.

Acheter maintenant et dans 3, 4 ans vous êtes morts ! même si les taux remontes.

Il est donc urgent d'attendre !!! pour ceux qui le peuvent ! (plus d'apport, baisse de 10 %à 15% parfaitement possible, moins de frais de notaire etc..)

Exemple d?appartement en vente à 200 000 Euros (FAI).

CAS 1 : Si j?achète aujourd?hui à un taux de 3.20 (hors assurance) / 20 ans :
200 000+7%(notaire) = 214 000
==> Mensualités sur 20 ans de 1 220 Euros.

CAS 2 : J?achète dans 2 ans à un taux de 4.20 (hors assurance) / 20 ans : 200 000-15% (baisse) = 170 000 ? 170 000-7% (notaire) = 181 000 ?
==> Mensualités sur 20 ans de 1 115 Euros.

Economie de 1220-1115 = 105 euros 105*(12*20) = 25 200 euros

Conclusion, il vaut mieux une baisse de prix qu'une baisse de taux.
Réponse de le 09/01/2013 à 1:08 :
C est mathématique. Les boomers : vous avez le temps contre vous. Le fisc et la maison de retraite à 3 000€ en point de mire. Enjoy ...
a écrit le 08/01/2013 à 17:23 :
croyez vous que dans une periode où le chomage explose , les gens soient enclins à investir dans l'immpobilier ? Surement pas ! si on perd son job ; impossible de payer les mensualités du prêt ! et il faudrapeu être démenger pour retrouver un boulot ! c'est une raison majeure
a écrit le 08/01/2013 à 17:10 :
Mais quelle argumentation: le problème n'est pas le niveau de prix mais le manque de transaction! Bon sang c'est parce que les prix sont trop élevés que le nombre de transactions a chuté. Faut quand même pas prendre les lecteurs pour des pigeons, voyons. Je vous garanti qu'avec une baisse de 30% (plusieurs spécialistes estiment que l'immobilier français est largement surestimmé) les ventes repartirons. Mais avec des prix en Euros comme autre fois en Francs (sans rire, il y a des régions en France ou s'est aussi délirant que ça) faut pas rêver.
Réponse de le 08/01/2013 à 17:28 :
Je ne suis on ne peut plus d'accord avec vous. Mais soyons réalistes également : avec une baisse des prix de 30%, qui va vendre ? A part les (très anciens) propriétaire qui malgré une baisse de 30% par rapport aux prix du marché peuvent encore espérer une belle plus value, les nouveau propriétaire ne s'y retrouveraient pas. Le dossier n'est vraiment pas simple...
Réponse de le 08/01/2013 à 17:34 :
Je possède un bien que je revends et croyez moi, il n'est pas vendu trop cher. Si je baisse son prix, je perds de l'argent car je le vends moins cher que je ne l'ai payé (et encore, il était bon marché quand je l'ai eu, c'est pour dire). Mon bien est en centre ville, très bien entretenu, pas de travaux, et je ne trouve aucun acheteur et je n'ai aucune visite car les acheteurs attendent encore et encore que les prix s'écroulent. Que faut-il faire ? vendre son bien a perte ? quelle interet ? ne parlez donc pas d'un marché que vous ne connaissez pas.
Réponse de le 08/01/2013 à 17:37 :
vous n'y connaissez vraiment rien en économie ni en immobilier !!! Un prix est déterminé par l'élasticité de l'offre par rapport à la demande... Tant qu'il manquera considérablement de logements, les prix seront stable et augmenterons. L'encouragement à la construction de neuf est contrairement a ce que pensent les néophytes un stabilisateurs de prix. La hausse des prix du neufs est essentiellement dû à l'élaboration permanente de nouvelles réglementations et normes de construction. La chute des transactions, au delà de la hausse des prix, est dû au manque de confiance des investisseurs (nous vivons en crise, et oui) mais également aux confiscations fiscales qui atomises complètements le marché de l'ancien... Voila une analyse d'un professionnel M., Mme Pigeon...
Réponse de le 08/01/2013 à 17:41 :
100% d'accord avec Line.
On dit que les prix sont hauts en raison d'une hypothétique pénurie de logements, mais en parallèle, on se plaint du manque d'acheteur solvable et d'un nombre de transactions catastrophiques. Arrêtons de sponsoriser les spéculateurs en injectant de l'argent public pour alimenter la bulle immobilière et laissons les prix revenir à un niveau raisonnable permettant à tout le monde de se loger. Tout le monde a intérêt à ce que les prix baissent, sauf les investisseurs/spéculateurs.
Réponse de le 08/01/2013 à 18:17 :
Pas d'accord patron !

Les prix ont augmentés car pour beaucoup l'immobilier s'est peu à peu transformé en investissement, les gents achètent pour faire une plus-value, nous avons affaire à une vraie bulle entretenue par l'argent public.
Lorsque le robinet sera fermé, beaucoup redescendront sur terre. Ceux qui ont acheté récemment pour se loger seront les victimes, quant aux autres, ils apprendront qu'on ne gagne pas toujours en bourse, même avec l'immobilier.

Je passe sur la foutaise du manque de logements qui est plus qu'exagérée. C'est le manque de logements à prix raisonnable qui est un frein à l'accès au logement, des logements vides achetés juste pour voir leur prix augmenté de 100% en 5 ans il y en a des immeubles entiers.

Je crois que l'immobilier vient de se cogner la tête au plafond, je vous laisse imaginer ce qui va arriver !
Réponse de le 08/01/2013 à 18:47 :
Solvabilisons les SDF grâce à de nouvelles dépenses sociales pour qu'ils puissent se loger, et le marché repartira !
Réponse de le 09/01/2013 à 7:33 :
@biasama

C'est le risque d'acheter cher au somment d'une bulle ça on l'a déjà dit mais les gens ne veulent pas l'entendre.
Réponse de le 09/01/2013 à 10:52 :
deux paramètre de fond : la démographie, on est plus de 65 millions en 2012, même en fourguant des vieux en maisons de retraite, la construction ne suit pas!
La réglementation évolutive (norme isolation, handicapé...) interdit toute baisse du neuf (avec le coût du foncier)!
Les "vieux" logements deviennent de plus en plus invendable..... Le marché peut repartir avec l?assouplissement d?aujourd?hui de Bâle 3. Pour anecdote : deux compromis de vente à l'eau, car refus de prêt de la banque (ils avaient de l'apport).
Réponse de le 09/01/2013 à 21:46 :
C est marrant que personne ne parle d'inflation.
Depuis 20 ans, minimum, les banques centrales pretent de l'argent, quasi gratuitement, aux banques de detail qui n ont plus qu a le preter a leur tout, a des taux anormalements faibles aux acheteurs d'immo. L'évolution de M3, soit un bon indicateur de la masse monétaire gloable en circulation , en Europe, par exemple, est supérieure à 6% depuis des lustres.
Ceci siginifie que on crée de la monnaie ex-nihilo, et cet argent fait monter les prix.
Ce faisant nous assistons à une dévaluation de la monnaie qui a perdu depuis 1980 les 3/4 de son pouvoir d'achat ..... Immobilier.
Et oui, car nos dirigeants agissent de façon subtile.
L'inflation réelle est cachée aux salariés.
Si l'inflation c est le cout de la vie ( ce que n est pas l'inflation au sens INSE ), alors elle a étè depuis logtemps supérirure a 5-6%.
Le prix de la po'me de terre a ete multiplié par 40 depuis 1980.
Ets ce a dire que parce que le salaires n ont pas doublé pendant ce temps là, le prix des patates doit, va baisser ?
Bien sur que non.
Les prix élevés de l immobilier sont largement dus à un phénomène classique d'inflation par création monétaire.
Le monde du travail s'aperçoit qu'il a été exclu de la pluie d'argent déversé par les banques centrales sur les possesseurs de patrimoine.
De fait, si mes calculs sont justes, ce ne sont pas les prix qui ont augmenté, c'est leur valeur faciale.
L'argent a vu son pouvoir d'achat immobilier chuter.
En conclusion toutes les classes d age nées après 1960 se sont faites baiser, et les prix ne baisseront jamais car, encore une fois, quand on déverse des milliards de billets de banque sur une économie, les prix ne peuvent que ....monter.
A ce titre d'ailleurs, les 1600 milliards d'euros imprimés par la BCE et dinnés aux banques commencent à se frayer un chemin dans l'économie, ce sui explique les taux à 3% ... aujourd hui, mais a 1% peut etre demain !
C est ce qui explique que tous les prix augmentent fortement depuis deux ans, malgré les efforts de l'INSEE pour le cacher.
Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel, mais plus il pleut des billets de banque, plus ces derniers se déposent au pied de l'arbre en une couche tellement épaisse que la hauteur relative de l'arbre finit par fortement diminuer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :