Les prêts immobiliers ont chuté en 2012... malgré des conditions attractives

 |   |  372  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : John Taylor)
Malgré des conditions de crédits très attractives et un point bas atteint en décembre à 3,23%, le nombre de crédits immobiliers accordés a chuté de 33,1% en 2012 par rapport à 2011, selon l'Observatoire Crédit Logement.

Après une année exceptionnelle en 2011, le nombre des prêts immobiliers accordés a reculé de 33,1% en 2012, selon l?Observatoire Crédit Logement. Si l?année n?avait pas bien commencé, la production ne s?est pas pour autant ressaisie durant l?été. L?organisme spécialisé dans la caution de prêts à l'habitat pointe la dégradation de la production de crédits immobiliers en décembre (-4,1%), comme cela est généralement habituel à cette période de l?année. Cependant, elle s'affiche en sensible recul par rapport à décembre 2011 ( -38,3 %).

Un point bas atteint en décembre 2012

Les conditions de crédits étaient pourtant très attractives. Le point bas de novembre 2010 (3,25 %) ayant été atteint. En effet, les taux des prêts immobiliers sur l'ensemble du marché (ancien, neuf et travaux) ont continué de reculer en décembre à 3,23% en moyenne contre 3,31% le mois précédent, selon les chiffres de l'Observatoire. Ce qui équivaut à un recul de "72 points de base" depuis mars 2012. "Cette baisse des taux bénéficie autant au marché du neuf (3,22 % contre 3,93 % en février) qu?à celui de l?ancien (3,23% contre 3,97 % en février) ou à celui des travaux (3,24 % en novembre contre 3,93 % en février)", ajoute Crédit Logement.

La durée moyenne des prêts en recul

La durée moyenne des prêts s?est elle établie à 208 mois en décembre 2012. Crédit Logement souligne un recul brutal de la durée constaté en avril 2012 à 200 mois contre 214 mois depuis le début de l?année 2011. Ce qui a "accompagné les difficultés d?un marché en dépression et confronté à la transformation de ses clientèles (suppression du PTZ+ dans l?ancien et recul de l?accession des ménages modestes sur tous les marchés)", commente l?organisme de caution. Depuis, les durées se sont redressées et elles semblent maintenant stabilisées dans l?ancien, soit 217 mois en moyenne depuis avril contre 226 mois en moyenne en 2011, comme dans le neuf , c'est-à-dire 226 mois en moyenne depuis avril contre 233 mois en moyenne en 2011.

 

Pour aller plus loin :

Simulez votre taux de crédit immobilier

Découvrez notre espace crédit immobilier

Découvrez nos calculettes crédit immobilier
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2013 à 18:49 :
Même avec des conditions attractives,le neuf ne se vendra pas mieux...!C'est pourtant simple:le chômage progresse,les salaires "font du surplace",les impôts + le cours de la vie
augmente...On est en pleine régression...Et je connais de jeunes couples qui achètent de
l'ancien et le retapent;ce qui n'est pas plus mal:ils déduisent ce qu'ils peuvent de leur dû
d'IR...La plupart des immeubles et maisons neuves se construisent dans des zones où
il n'y a pas de commerces et de services...en périphérie de bourgs,des centre-villes...Ca
serait sympa que les banques ou des notaires proposent de petits viagers à 40-50 ans,
transmissibles et non révisables,à moins de 500?/mois,non imposables...L'usufruit du
bien serait non cessible et le bénéficiaire du viager non expulsable...L'impôt foncier serait
partager entre les 2 parties.Et comme l'IR serait aboli...
a écrit le 09/01/2013 à 10:31 :
les infos sur les "taux historiquement bas" sont de la pure intox

1) appeler un courtier, n'importe lequel: il vous proposera un taux fixe qui sera 0.5 a 1point superieur a ceux proposé sur leur site internet et ce, meme si vous avez 20% d'apport , etes avec votre epouse en CDI depuis 6 ans, etes fonctionnaires et gagnant 4 fois les mensualités!

2) ils oublient aussi de parler des assurances: car certaines banques ont beau avoir des taux fixes plus faibles que d'autres, ils se rattrappent sur l'assurance!!

Bref comptez plutot sur un taux TEG de 4.5% au lieu des taux 2.85% sur 20 ans fixes dont vous parlent les journalistes, apparemment grands copains des courtiers....
a écrit le 09/01/2013 à 9:58 :
"Les prêts immobiliers ont chuté en 2012... malgré des conditions attractives "

et oui, la propagande journalistique avec les fameux "cest le moment d'acheter, des taux historiquement bas, nia nia nia" ne marche pas!

Avez vous vu hier le reportage sur tf1 JT de 20h: ils ont répétés 4 fois l'expression "taux historiquement bas".. :)))

Changez de disques chers journalistes, merci!
a écrit le 05/01/2013 à 21:04 :
Tant que l'immobilier sera sous perfusion, il y aura spéculation, mais plus rude sera la chute. Les taux bas sont des appâts pour naïfs. Ce qu'il faut prendre en compte, le capital emprunté, la durée de l'emprunt, l'apport personnel. La chute des prix est un risque sérieux de négative équity qui va entrainer dans une spirale infernale les propriétaires l'économie en général.Tout est fait pour préserver le capital de certains et la rente.Nous payons cher une politique dictée par la génération des 30 glorieuses qui a détourné les investisseurs de l'économie réelle, de l'entrepreneuriat. La situation économique n'est pas propice aux primo accédants, l'incertitude économique sociale et fiscale incite à la prudence et la patience.
Réponse de le 08/01/2013 à 9:24 :
voilà pourquoi meme à 40 ans, je ne reve que de quitter ce pays.
Réponse de le 08/01/2013 à 12:01 :
vu qu'il n'ya que des vioeux dans ce pays et qu'il va y en avoir de plus en plus, vu que seuls les vieux votent, les politicards a droite comme a gauche ont tout interet a continuer d'engraisser ces memes vieux..

oui quittons ce pays de vieux!
a écrit le 05/01/2013 à 1:01 :
On tend vers un marché de "troc" animé essentiellement par des secundos qui s'échangent leurs biens. Le prix étant accessoire et déconnecté de la réalité économique. La plupart des primos se contentent de regarder le train passer. D'où baisse des transactions, du crédit malgré des taux historiquement bas alors que les prix restent inlassablement toujours aussi élevés.
a écrit le 04/01/2013 à 20:19 :
les prix sont délirant et démontrent une bulle immobilière et il est grand temps qu?après la chute des volumes de vente (correlé avec celle du credit immo) de 38% en 2012 on assiste à une chute des prix progressive du même ordre. La bourse suite à une telle baisse du volume aurait eu une correction immédiate l'immo est un marché beaucoup plus lent de par sa nature la correction prendra plusieurs années
a écrit le 04/01/2013 à 17:31 :
Acheter aujourd'hui veut dire maintenir les prix au plus haut depuis 10 ans. Faut il s'endetter sur 30 ans pour faire plaisir aux spéculateurs et gouvernement?

Non, le krash est en route et laissons les prix baisser jusqu'à leur corrélation avec le revenu des français.
a écrit le 04/01/2013 à 14:44 :
Taux bas et moins risque !!!
Des taux d'emprunt bas, oui mais les Banques prennent moins de risques. Les emprunteurs sont beaucoup plus sélectionnés et l'accès aux crédits diminue donc mathématiquement. Conclusion : moins de crédits, moins de ventes, moins de constructions, plus de problèmes sur l'immobilier, en résumé, c'est la crise du bâtiment !!!
a écrit le 04/01/2013 à 13:19 :
Quand les taux sont bas, les prix sont élevés et vice versa. Toutes choses égales par ailleurs.
Réponse de le 04/01/2013 à 15:18 :
Les taux sont à 0 au Japon depuis des années et pourtant le pays ne s'est jamais remis de l'explosion de la bulle.....on peut donc pas tout expliquer par les taux...
Réponse de le 04/01/2013 à 16:44 :
J'ai pris soin de dire : toutes choses égales par ailleurs. Le Japon n'est pas la France...
a écrit le 04/01/2013 à 12:06 :
On continue de distiller les incantations et les prédictions comme s'il y avait un marché homogène unique en France, n'importe quoi, les prix baisseront peu sur les centre-ville des cités dynamiques, péricliteront dans les autres villes et baisseront franchement dans les zones moins attractives. Mais il n'y a pas un marché à l'unisson il y a des marchés locaux avec des spécificités locales.
Réponse de le 04/01/2013 à 13:28 :
ca y est après le choc on rentre dans la phase du dénis...suivront la colère, la déprime et enfin l'acceptation c'est pas grave, cela ne change rien au fait que vous etes désormais la cible number one ...du percepteur.
a écrit le 04/01/2013 à 11:03 :
Le source à primp-pigeon est tout simplement à sec....les boomers désormais nets vendeurs sont bien plus nombreux que les primos..et ces primos sont ultra précaires et incapables de payers les prétentions des boomers. les secondos en ont deja repris au taquet ces 5 dernières années, on ne les reverra donc plus...pas la peine de parler de la population Française qui soit disant augmente; on sait tous que le taux de fécondité arrive tout juste à renouveler les générations et que l essentiel de l augmentation de la population s explique par l'immigration. donc une population qui ne pourra pas payer les prétentions démesurées des vendeurs....voilà, l immo chute car sur ces prix, il n y a tout simplement personne qui puisse acheter. et comme les rares acheteurs savent TOUS que la fiscalité locale est entrain d exploser; alors ils rabaissent encore plus le niveau de prix à partir duquel ils veulent s engager....franchement qui peut croire encore que les rares acheteurs qui ont patiemment attendus durant des années vont se precipiter pour acheter aujourd'hui alors que la bulle commence tout juste à éclater....je sors le pop-corn devant ce magnifique spectacle qui ne fait que commencer.
a écrit le 04/01/2013 à 10:45 :
Je vous vends ma Twingo faible kilométrage 30 000 euros, avec un crédit à 2%. Vous foncez les yeux fermés sur ma proposition ? Les prix en France doivent à nouveau revenir en phase avec la réalité, tout comme cela s'est passé dans le reste du monde.
Réponse de le 04/01/2013 à 11:32 :
A mon avis avec un taux à 1.99% au lieu de 2% tu pourrais même la lui vendre avec 130.000 km au compteur ;-)
a écrit le 04/01/2013 à 9:35 :
L'argent investi dans l'immobilier surévalué tue l'economie, taxons le fortement , sauf la résidence principale, l'argent ira se placer en bourse a soutenir les entreprises qui créeront de l'emploi et donnera aux gens l'argent necessaire a acheter une residence (qui sera d'ailleurs devenue moins chère car n'interessant plus les speculateurs) , ce qui créera de nouveau de l'emploi, mais de l'emploi utile, . Pour cela il faudrait que les socialistes aient de l'estime pour l'entreprise, et ne soit pas attachés à leur patrimoine en dur tout comme la droite. Scellier et robien ont ruiné la france en enrichissant en fait les promoteurs, et en donnant l'illusion a des gens qu'ils ont acquis une poule immortelle aux oeufs d'or. Soyez réalistes cette société de propriétaires(de biens même durement acquis)inactifs d'un coté et de misereux ne pouvant se loger ne pourra durer, c'est contraire aussi bien au capitalisme qu'au socialisme.
Réponse de le 04/01/2013 à 10:17 :
rien à rajouter;
Réponse de le 06/01/2013 à 9:42 :
Moi si, entre autres, le PTZ pour l'ancien accordé sans conditions derrière a été une hérésie, et je vous rappelle que la gauche s'y était violemment opposée, mais l'autoroute crée par les scrutins leur a laissé pas beaucoup de poids politique pour stopper ce délire.

D'autre part je pense quand même que l'immobilier attire beaucoup moins la spéculation aujourd'hui: l'espérance de plus value-rapide est je pense mise au placard à présent vu la chute des transactions et enfin l'imposition qui a été renforcée et qui risque encore d'évoluer.
Ce en quoi je suis parfaitement d'accord car l'immo ne doit pas être rentable pour les investisseurs, il doit servir à se loger à prix décent, c'est tout.
a écrit le 04/01/2013 à 9:25 :
Game Over pour le ponzi immo. quand meme un couple de cadre ne peut pas acheter à Paris, quel est son interet d'y rester, voir de rester en France ? voilà, le piège à gogo se referme tout doucement et leur crédit au taquet sur 25/30 piges empechera les petits poissons de sortir de la nasse..Tant mieux, avec la baisse des prix qui arrivera forcement, les entreprises pourront emboucher moins cher des jeunes qui en plus seront d'autant plus mobiles que les prix seront bas...tout le monde l'a compris et déjà accepté, Le Medef, Bercy etc...seuls ceux accrochés à leurs reves de plus value comme une moule à son rocher sont encore dans le dénis....c'est pas grave, la fiscalité sur l'immo qui est amené à exploser (car non délocalisable) finira par les achever...les boomers qui leurs ont vendu ces tas de pierres à ces prix déments doivent bien rigoler en sirotant un cocktail à bord des croisières costa..
a écrit le 04/01/2013 à 8:43 :
Dans le malström des annonces de Mme C.Duflot, de Bercy, de quelques parlementaires en mal d'audience et tutti quanti, qui serait assez sot pour acheter et encore plus pour vendre ? L'immobilier est un investissement long terme (10 ans et plus) et il faut des perspectives stables pour en décider. Côté stabilité, il faudra attendre le retour de politiques plus consciencieux et moins dogmatiques. Moindre construction, peu de mutations et baisse de la qualité (moindre entretien) ne font qu'alimenter la pénurie devant une demande structurellement forte, sauf si un nombre important de Français décident d'immigrer!
a écrit le 04/01/2013 à 3:08 :
Les banques n'acceptent que les meilleurs dossiers et rejettent les autres. Très peu de biens immobiliers en vente : les propriétaires ne veulent pas vendre, les constructions sont à l'arrêt.
Réponse de le 04/01/2013 à 10:36 :
Vous êtes en plein délire.

1- Déjà, les banques font leur job, vont pas financer l'achat d'un palace de 68m² à un couple de deux smicards à 200 000?. Vous avez entendu parler des subprimes?
2- Très peu de biens immobiliers en ventes..? Où avez vous celà? Allez dons sur s.l.ger.fr vous verres les palaces qui trainent depuis des mois. Et si internet vous gonfle, faites un peu de marche, passez devant cinq ou dix agences immo, elles pullulent de partout, et faites vous une idée sur l'activité.
3- Les propriétaires ne veulent pas vendre... Quelle affirmation péremptoire!! Vous essayez de vous convaincre ou de convaincre des acolytes proprios?
La vérité c'est que y a plus d'acheteurs à ces prix stratosphériques pour des daubes en puissance.
4- Les constructions sont à l'arrêt, évidemment moins de subventions publiques payées par le contribuable pour engraisser des promoteurs, c'est visible.
a écrit le 04/01/2013 à 2:17 :
et quand les taux vont remonter, cela declenchera une contraction du marche encore plus forte que celle constatée depuis qq mois !! déjà que les acheteurs se font rares à 3,20% !! que les taux remontent à plus de 4 et ce sera la grande braderie pour espérer vendre...
aux vendeurs actuellement : vendez maintenant !! aux acheteurs : patience !!
a écrit le 04/01/2013 à 1:33 :
Quand je vois les biens mis sur le marché, en tant que primo accédant je ne suis pas prêt de casser ma tirelire, même à un taux inférieur. Beaucoup de vendeurs ont perdu le sens des réalités, avec de plus en plus d'aberrations, même sur des biens au dessus de la moyenne, comme des maisons de campagne au prix d'une maison d'architecte, des appartements des années 60 dans le jus plus cher que du neuf BBC à prestations inférieures, etc. Il n'y a pas que l'amour qui rend aveugle.
Réponse de le 04/01/2013 à 7:42 :
Le gouvernement des 10 dernières années a laissé des traces difficiles à faire partir, en particulier celles de l'argent facile mais il faut laisser le temps au temps.
Réponse de le 04/01/2013 à 12:37 :
avec la baisse des taux, certains vendeurs qui étaient prêts à baisser, vont être tentés d'augmenter leur prix,ou du moins attendre. Après les aides de l'état dans tous les sens, les banques s'y mettent à leur tour. Merci de laisser le marché s'autoréguler, et de ne pas fausser le jeu.
a écrit le 03/01/2013 à 21:10 :
Si nos chers banquiers était moins frileux, ou tout au moins aussi regardant pour eux-même que pour ceux qui les sollicitent, cela irait peut-être un peu mieux.
a écrit le 03/01/2013 à 21:09 :
Eh oui pourquoi les gens n?achètent plus d'immobilier alors que les taux sont si bas ? Parce que les prix de l?immobilier sont très élevés en france : +140% en de 2000 à 2008 , environ 2 fois plus cher qu'en allemagne ( les logement allemand sont pourtant réputés comme étant très perfectionné sur le plan énergétique) .
Clairement le seul intérêt de payer quelque chose 2 fois sa valeur est la perspective de le revendre encore plus cher a l'avenir.
Avec l'immobilier ce n'est plus possible , les perspectives d'augmentation sont inexistantes , les expert les plus optimistes prévoient au max une hausse des prix couvrant l'inflation. En province de nombreuse revente de biens achetés en 2006/2007 se font a perte. La chaîne est cassée , les arbres ne monteront encore pas aux ciel cette fois ci.
Et ce n'est pas parce que les taux d'intéret sont faible que les gens vont surpayer leur achat, si une voiture vaut 30000 euros , vous n'allez pas la payer 45000 euros si on vous fait un crédit avantageux....
Le problème n'est pas le taux du crédit mais le prix des biens .
a écrit le 03/01/2013 à 20:25 :
Accorder des prêts est une chose, mais se les faire rembourser en est une autre!.
a écrit le 03/01/2013 à 19:29 :
N'achetons pas de l'immobilier pour le moment!!! Attendons l'explosion de la bulle!!! Les loyers encadrés et la requisition des biens vacants vont faire diminuer le prix!!! Soyez patient ensemble!!!
a écrit le 03/01/2013 à 19:01 :
Les conditions d'emprunt, les taux, sont certes favorables mais pour acheter quoi ? Pour acheter de l'immobilier beaucoup trop cher, très surévalué, c'est pourquoi il y a eu moins de prèts : pour faire redémarrer le marché, il faut une baisse ds prix (et surtout pas de nouvelles subventions comme continue à le mendier le lobby immobilier, totalement irresponsable, qui souhaite toujours plus de dépenses publiques malgré notre grosse dette publique)
Réponse de le 04/01/2013 à 7:44 :
Et à écouter les médias les taux bas sont décisifs dans une décision d'achat, n'importe quoi.
a écrit le 03/01/2013 à 18:55 :
La baisse des taux, c'est un attrape-nigaud, et n'a aucun impact en période de bulle immobilière. Le capital emprunté, la durée de l'emprunt; l'apport personnel, sont les seuls critères à prendre en compte.La période n'est pas propice à un endettement, chômage, augmentation des impôts, des charges contraintes, stagnation des salaires. baisse des prix et risques de négative équity, L'irresponsabilité de certains banquiers mercantiles entre 2000 et 2011 a plongé de nombreux emprunteurs dans le surendettement et la précarité. Ils devraient être punis.
Réponse de le 06/01/2013 à 9:47 :
Plein pot d'accord, mais ceci dit je ne pense pas que ce soit uniquement eux les responsables de la situation actuelle.
a écrit le 03/01/2013 à 18:24 :
c'est la politique à dufflout , la raison de cette baisse
Réponse de le 04/01/2013 à 10:42 :
dtc = aveuglement d'un papys boomers rentier nostalgique de la période 2002 - 2012 qu'on appellera plus tard dans les livres d'histoire " Période du pigeon et du mouton enflés par le Papys Boomers cupide"
Réponse de le 06/01/2013 à 9:46 :
@dtc

Certainement pas, elle a commencée depuis le début de l'année, encore un qui veut tirer sur la gauche sans voir que c'est la droite qui nous a mise dans le mur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :