La Bourse table toujours sur une récession « douce »

La décision de la banque centrale européenne de relever ses taux directeurs de 75 points de base n’a pas surpris les marchés. Les Bourses européennes et américaine sont reparties à la hausse, consolidant un rebond sur la semaine. Les anticipations de profits des entreprises restent solides et constituent le principal soutien aux actions. Mais aussi le principal risque en cas de révision à la baisse.
L'indice phare de la place de Paris se maintient au-dessus des 6.200 points.
L'indice phare de la place de Paris se maintient au-dessus des 6.200 points. (Crédits : CHARLES PLATIAU)

Les Bourses européennes et américaines font preuve d'une étonnante résilience alors que les nuages s'accumulent sur les perspectives de croissance et d'inflation. Au lendemain de la décision de la Banque centrale européenne d'augmenter ses taux directeurs de 75 points de base, après une première hausse de 50 points de base en juillet, les actions sont reparties à la hausse avec des gains significatifs aux Etats-Unis et en Europe.

A Paris, le CAC 40 gagne 1,41% vendredi. Soit un gain de près de 1% sur la semaine, pour s'ancrer au-dessus des 6.200 points. A New York, les marchés actions sont également bien orientés à l'ouverture notamment le Nasdaq, l'indice des valeurs technologiques.

La détermination des banques centrales à lutter contre l'inflation et à ramener la hausse des prix vers l'objectif cible de 2% est désormais bien intégrée par les marchés. Ce qui laisse prévoir un taux terminal (taux directeur qui permettrait d'atteindre l'objectif cible d'inflation) de l'ordre de 3,75% aux Etats-Unis à la fin de l'année, et 4% en début de 2023. Les premiers signes d'essoufflement de l'inflation commencent à apparaître outre-Atlantique, même si le marché de l'emploi reste tendu.

« Il serait naturel de voir l'inflation baisser aux Etats-Unis pour des raisons techniques », avance Frédéric Rollin, conseiller en stratégie chez Pictet Asset Management. Mais l'inflation devrait rester élevée, notamment avec la hausse des coûts salariaux et des loyers et « il ne faut pas s'attendre à la moindre clémence de la part de la Réserve fédérale ».

Les profits des entreprises en question

En zone euro, le pic d'inflation est toujours devant nous à la fois avec la flambée des prix de l'énergie mais aussi avec une inflation sous-jacente (hausse des salaires) déjà installée. Le taux de dépôt de la banque centrale est désormais de 0,75% et pourrait atteindre 1,5 % d'ici la fin de l'année (soit au total 200 points de base de hausse sur l'année) avec un taux terminal autour de 2,25% en 2023. Bref, pas plus de mansuétude à attendre de la BCE. Donc, sur le front des taux, il n'y a guère plus de surprise à attendre. Tout est dit.

En revanche, le débat porte désormais sur l'ampleur de la récession à venir. Pour l'instant, les intervenants sur les actions font toujours preuve d'un certain optimisme, tablant toujours sur un « soft landing » de l'économie.

Les anticipations sur les résultats des entreprises restent solides, la dynamique de révisions est même positive, même si un fléchissement commence à se manifester sur les anticipations des marges qui ont été au plus haut en 2021. De fait, les résultats des entreprises (2022 et 2023) représentent le principal risque pour les actions, alors même que les valorisations demeurent élevées, notamment aux Etats-Unis.

« Nous restons prudents sur les actions », avance cependant Frédéric Rollin, et « encore plus sur les actions européennes ». La guerre en Ukraine et les prix de l'énergie pèsent plus sur les entreprises européennes qu'américaines. De fait, les fonds actions européens ne cessent de décollecter alors que les flux restent positifs aux Etats-Unis. En attendant, la hausse des taux profite aussi bien au secteur « value », comme les valeurs financières, qu'aux valeurs de croissance, qui tirent les indices à Wall Street.

Revivez la 1ère journée du Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 10/09/2022 à 10:36
Signaler
Elle donne furieusement l'impression d'être voulue cette récession nous sommes d'accord ? Nous sommes sur un site économique là on devrait pouvoir en parler normalement.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.