L'Autriche, terre de cash qui veut le rester

Très attachés comme les Allemands au paiement en espèces, les Autrichiens envisagent d'inscrire dans la constitution le droit de payer en liquide.

4 mn

(Crédits : Reuters)

C'est un incontournable des restaurants autrichiens, au même titre que le Schnitzel ou l'Apfelstrudel : le paiement en espèces fait de la résistance dans une des économies les plus prospères d'Europe, qui envisage même d'en faire un droit constitutionnel. A l'heure des monnaies virtuelles et des règlements par smartphone, le projet peut sembler anachronique : graver dans la constitution le droit de payer en liquide.

C'est pourtant ce qu'a proposé ce mois-ci le parti conservateur ÖVP de l'ex-chancelier Sebastian Kurz, en campagne pour sa réélection aux législatives prévues fin septembre: "pouvoir utiliser de l'argent liquide est une condition de base d'une existence autonome", a lancé l'ancien chef de gouvernement âgé de 32 ans.

Loin d'être reçue avec scepticisme, sa proposition a permis au parti d'extrême-droite FPÖ, qui a gouverné avec l'ÖVP jusqu'en mai, de rappeler qu'il avait été le premier à déposer un amendement constitutionnel pour protéger le paiement en espèces. Les sociaux-démocrates ont surenchéri en réclamant plus de distributeurs dans les campagnes et l'abolition des frais de retrait que certains opérateurs imposent.

Mais les aficionados du cash ne se cantonnent pas aux zones rurales. A Vienne, capitale et destination touristique prisée, nombreux sont les commerces, cafés et restaurants à refuser les paiements par carte.

"En Autriche, les mentalités changent lentement", explique Victoria, la trentaine, employée d'un restaurant du centre-ville, "Weinschenke", qui sert des hamburgers à une clientèle branchée tout en affichant dès l'entrée que l'établissement n'accepte "que les espèces". Pour les pourboires, un rituel très codifié en Autriche, "le liquide c'est mieux que la carte", argumente-t-elle. La jeune femme dit elle-même préférer payer en euros sonnants et trébuchants "qui ne laissent pas de trace".

Sphère privée

Selon le professeur de droit financier Werner Doralt, les Autrichiens sont particulièrement attachés à la protection de leur vie privée.

"Si je fais mes courses et qu'on enregistre exactement (via le paiement par carte, ndlr) la quantité d'alcool que j'achète, c'est une ingérence dans ma sphère privée", estime ce professeur émérite de l'Université de Vienne.

Selon une étude de la Banque centrale européenne, 67% de la valeur totale des achats réglés en point de vente en Autriche en 2016 l'ont été en liquide, contre 27% aux Pays-Bas. Même en Allemagne, autre pays où le cash est roi, ce taux n'était que de 55%.

Spécialiste en psychologie économique, l'universitaire Erich Kirchler, avance l'idée qu'Autrichiens et Allemands, du fait de leur expérience des régimes autoritaires, ont une conscience plus aiguë de la menace que représente l'Etat lorsqu'il devient tout-puissant . "Dans de telles circonstances, l'efficacité des institutions publiques devient un danger", explique-t-il.

La théorie trouve un écho chez Philipp Klos, propriétaire d'un café-restaurant dans un arrondissement central de Vienne. Militant du cash, il voit dans l'argent liquide une condition sine qua non de sa "liberté", explique-t-il.

Sur les menus de son établissement, un paragraphe est consacré à la défense des espèces: "Sans cash, nous devenons totalement vulnérables. Un Etat totalitaire aurait un pouvoir illimité sur nous", peut-on lire.

Schillings sous le matelas

Selon un récent sondage effectué par la banque ING dans 13 pays européens, ainsi qu'en Australie et aux Etats-Unis, les Autrichiens étaient les plus réticents à l'idée d'abandonner les paiements en liquide. Cette perspective n'était jugée acceptable que par 10% d'entre eux, comparé à une moyenne de 22% dans les autres pays européens interrogés.

Autre preuve de cet attachement immémorial: presque 18 ans après la mise en circulation de l'euro, de nombreux Autrichiens continuent de découvrir chez eux des schillings, l'ancienne devise nationale. L'Autriche fait partie de la poignée d'Etats de la zone euro qui continuent d'échanger ces vieux schillings en euros. Jusqu'à cette année, un bus de la Banque centrale nationale circulait même à travers le pays durant l'été pour offrir ce service de change. Près de 19 millions de schillings (1,38 million d'euros) ont été collectés cette année.

Pour autant, sanctuariser le paiement en espèce dans la Constitution, comme le souhaitent les conservateurs, n'aurait qu'une dimension symbolique, ont fait valoir des spécialistes : l'Autriche est membre de la zone euro où c'est la BCE qui a le dernier mot en matière de politique monétaire.

4 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 03/09/2020 à 12:41
Signaler
En retirant 50€ dans un DAB en Autriche, Raiffeisenbank m'a facturé 10% de frais. On nous dit que les retraits ne coûtent rien en zone euro ?

à écrit le 27/08/2019 à 18:36
Signaler
Vous voulez dire que la bce, peut décider du jour au lendemain de nous spolier . parce que c'est ça la monnaie électronique : un bouton sur lequel on appuie : un dictateur, Bruxelles ... zet hop, tout le monde n'a plus rien ...

à écrit le 27/08/2019 à 15:17
Signaler
Je me demande comment nous avons pu ouvrir la Communauté Européenne à de tels attardés: en France, nous ne payons plus d'impôt puisqu'il est prélevé à la source et que nous devrions éviter le casse tête annuel de la déclaration de revenus. Bientôt, n...

à écrit le 27/08/2019 à 14:01
Signaler
Admettons, mais alors que le payement par cartes bleues soit gratuits (comme les virements) tout le monde sait que ce sont les commerçants qui payent aux réseaux carte bleues des commissions usuraires qui sont bien entendues répercutées sur les prix ...

le 27/08/2019 à 14:49
Signaler
Les paiements en espèces sont couteux pour les commerçants et les banques. Vous les payiez indirectement dans la marge du commerçant, vos frais bancaires. Rien n'est gratuit

à écrit le 27/08/2019 à 12:00
Signaler
Si même les autrichiens se mettent à douter de l'UERSS empire prévu pour durer mille ans c'est bel et bien que ce dernier ne sait plus où il en est.

à écrit le 27/08/2019 à 10:19
Signaler
Je paie le plus possible par CB parce que je déteste manipuler ces horribles pièces de centimes rouges. Au Canada, ils arrondissent aux dizième le plus proche et c'est donc plus pratique.

le 27/08/2019 à 12:41
Signaler
Celui qui possède un billet ne le dépense pas sur Amazon ou Itunes mais dans le commerce local.... L'état tout puissant est un problème secondaire par rapport à la destruction des milliers d'emplois et de commerces de centre-ville qui disparaissent à...

à écrit le 27/08/2019 à 0:02
Signaler
Ou alors l'Autriche peut envisager de garder le liquide comme moyen de paiement car ses citoyens sont honnêtes et ne cherchent pas continuellement à échapper à leurs devoirs comme en France. D'autres indices ? : Voit on des décharges sauvages en Aut...

le 27/08/2019 à 9:38
Signaler
Les taxes en France servent majoritairement à financer un Etat obèse et une générosité sociale dont nous n'avons plus les moyens. En aucun cas à "corriger" le comportement des Français. Vous confondez fiscalité et amendes.

à écrit le 26/08/2019 à 22:45
Signaler
Il doit me rester une pièce de xx groschen, faut que je fouille mes archives. Les banques ont toujours détesté les pièces, c'est lourd, encombrant (Moneo a été lancé en disant aux gens que ça leur serait pratique, rendrait leur porte monnaie moins l...

à écrit le 26/08/2019 à 21:31
Signaler
En france l’etat Veut tout contrôler et surtout racketter.Le prétexte de lutter contre le terrorisme pour limiter le cash est une escroquerie intellectuelle. L’objectIf est de remplir les caisses. Dans les pays germaniques l’Etat est au service du...

à écrit le 26/08/2019 à 19:36
Signaler
Je ne suis pas un fana de l'Autriche loin s'en faut. Mais là je suis assez d'accord. On devrait à minima laisser le choix au consommateur L'argent dématérialisé réduit la marge de manoeuvre du consommateur et le conditionne à dépenser plus

le 26/08/2019 à 21:33
Signaler
Vous avez des préjugés,c,est très beau l’Autriche ,bien organisé et une économie qui marche.

le 27/08/2019 à 0:03
Signaler
Commentaire un peu sot... l'Autriche est un état européen très riche culturellement et offre des paysages grandioses. la vie y est agréable et facile pour peu que l'on parle un peu l'allemand. Routes excellentes et propres , nourriture variée . Pays ...

le 27/08/2019 à 20:44
Signaler
L avantage du liquife c est aussi les pourboire .. a pars les US j ai pas vue d autre pays gerer les pourboires en CB .. mais je connais pas tout les pays Quand a l Autriche c est bozn j y vais plusieurs fois par ans bosser .. pas e soucis .. hotel...

à écrit le 26/08/2019 à 17:59
Signaler
Tout a fait d'accord. en France, l'état veut tout contrôler...j'aime manipuler les billets et pièces. Avec la CB, tout est enregistré...donc contrôlé...je préfère payer en liquide de toute façon.

le 27/08/2019 à 11:02
Signaler
Ce sont les français qui veulent tout payer par carte. Regardez dans les magasins les paiements par CB pour 2 euros d'achat.

à écrit le 26/08/2019 à 17:03
Signaler
La cash c'est la liberté . . . la CB c'est la surveillance de la vie privé des citoyens et le jackpot pour les banques

à écrit le 26/08/2019 à 14:36
Signaler
Et pourtant l'Autriche n'est pas connu pour être un haut lieu du financement du terrorisme ou du blanchiment d'argent... Cela voudrait-t-il dire que les "bonnes" raisons évoquées pour justifier la disparition du cash en cacheraient d'autres moins avo...

à écrit le 26/08/2019 à 13:54
Signaler
Voila au moins deux pays où se réfugier quand toutes les liquidités sont confisquées au nom de la sécurité, du blanchissement, de l'intérêt général et autres mythes attentatoires à la liberté de propriété. Le plus drole est qu'il faut payer la gesti...

à écrit le 26/08/2019 à 13:10
Signaler
Enfin ça y est, la lumière a jaillit dans les esprits et la résistance s'organise ??

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.