Les Français paient toujours beaucoup en cash, mais moins que leurs voisins

 |   |  811  mots
En France, 39% des coupures mises à disposition du public par les distributeurs automatiques de billets (DAB) seraient des coupures de 20 euros, 36% des coupures de 10 euros et 24% des coupures de 50 euros.
En France, 39% des coupures mises à disposition du public par les distributeurs automatiques de billets (DAB) seraient des coupures de 20 euros, 36% des coupures de 10 euros et 24% des coupures de 50 euros. (Crédits : Banque de France)
La demande d'espèces a encore augmenté en 2017 (+4% pour les euros dans le monde) malgré toutes les innovations et la progression des paiements par carte, d'après les statistiques de la Banque de France. La France se démarque cependant des autres pays de la zone euro par une utilisation moins importante du cash, concentrée sur les petites transactions.

À l'heure des banques mobiles et autres innovations de paiement, les espèces ont toujours la cote. Le bulletin de la Banque de France de juillet 2018 décrit ce développement un peu paradoxal : l'évolution des modes de consommation et de paiement n'a pas encore enrayé la croissance de la valeur totale des billets et des pièces d'euros en circulation dans le monde, de 4% l'année dernière. Ainsi la somme colossale de 1.170,7 milliards d'euros de billets était en circulation dans le monde fin 2017.

Pourtant, partout le développement exponentiel des paiements en ligne (le chiffre d'affaires de l'e-commerce a atteint 22,3 milliards d'euros au premier trimestre 2018 en France d'après la Fevad) et de solutions pratiques pour les petites transactions (applications de paiement mobile qui fleurissent à l'image de Lydia qui a plus d'un million d'utilisateurs en France, ou encore la carte sans contact qui a représenté 1,2 milliard de transactions l'an dernier) aurait logiquement dû diminuer la part des paiements en espèces.

« Les paiements sans contact sont une alternative aux espèces sur leur segment privilégié : les transactions de proximité de faible valeur », précise le bulletin.

Les montants que représentent les espèces demeurent astronomiques : en 2017 la Banque centrale européenne (BCE) avait assigné à la Banque de France la production de 1,1 milliard de billets. En tout, le nombre net de billets émis (ceux produits moins ceux retirés du circuit) a augmenté de 7,6%, s'élevant à 129 milliards d'euros.

circulation des billets eurosystème

[Évolution de la circulation des billets en euros émis par le système des banques centrales nationales de la zone euro. Crédits: Banque de France]

La France en pointe sur la carte

Plusieurs éléments peuvent expliquer cette augmentation continue des espèces. Elles restent un repère pour les Européens aux comportements très différents, témoignant de leur confiance dans la monnaie commune.

« Ce paradoxe apparent trouve son explication dans la multiplicité des usages des espèces (transaction et thésaurisation) ainsi que dans le rôle international de la monnaie unique » résume la Banque de France.

De plus, la Banque centrale européenne (BCE) estime qu'en valeur « environ un tiers des billets en euros en circulation est détenu à l'extérieur de la zone euro, principalement dans les pays limitrophes ».

L'étude réalisée par la Banque de France met en évidence de fortes disparités d'usages entre les pays de la zone euro. Si les Français sont loin derrière les Suédois qui utilisent leur carte bancaire pour 80% de leurs paiements, ils prennent de plus en plus le tournant du paiement électronique : ils utilisent les espèces pour plus que 68% de leurs transactions (et la carte bancaire pour 27%) contre 79% pour les Européens en général.

repartition moyens de paiement France Europe

[Les Français utilisent la carte bancaire pour 27% de leurs paiements contre 19% pour l'ensemble des Européens. Crédits: Banque centrale européenne]

Le billet de 20 euros, favori des Français

Depuis deux ans, le sans-contact connaît en France un développement impressionnant, empiétant sur le segment privilégié des espèces : les petites transactions (jusqu'à 30 euros ou 20 euros pour les cartes émises avant novembre) dans les commerces de proximité. Cette diminution de leur usage se retrouve dans la baisse de 9,9% en cinq ans du volume de billets usagés en vue d'être recyclés, qui sont récupérés par les professionnels du traitement des espèces (établissements de crédit, transporteurs de fonds), selon la Banque de France.

Le cash est ainsi privilégié dans beaucoup de pays, moins en France où il est utilisé presque exclusivement pour des petits montants. Cela transparaît dans la valeur moyenne d'un paiement en espèces, qui est la plus basse en France (7,50 euros) par rapport au reste de la zone euro (12,40 euros), ainsi que dans la valeur moyenne du billet transporté par les convoyeurs de fonds des banques centrales aux distributeurs, qui s'élève à 24,70 euros en France contre 31,60 euros dans l'ensemble des pays de la zone.

Les banques adaptent ainsi le type de coupures disponibles dans leurs distributeurs automatiques (DAB) à la demande des populations. La part des billets de chaque montant est très différente suivant les cultures. Dans l'Hexagone, selon la Banque de France, 39,7% des coupures mises à disposition du public par les DAB seraient des coupures de 20 euros, 32,6% des coupures de 10 euros et 22,4% des coupures de 50 euros. A contrario, le billet de 50 euros est le favori ailleurs dans la zone euro (32,5% des billets prélevés par les transporteurs de fonds).

prélèvements aux guichets des banques centrales en france et eurosystème zone euro

[La structure des prélèvements effectués aux guichets des banques centrales, en volume, en France et dans les pays de la zone euro. En bleu : coupure de 5 euros. En vert : 10 euros. En violet : 20 euros. En orange : 50 euros. En gros : 100, 200 ou 500 euros. Crédits: Banque de France et Banque centrale européenne]

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/07/2018 à 9:24 :
Le coût des paiements par carte bleue pour les commerçants en limite l'usage, surtout pour les petits achats. Comment payer son pain si le coût de la transaction égale le prix d'une baguette...
a écrit le 23/07/2018 à 12:37 :
Faut-il en déduire que les français ramènent de plus en plus Lydia ?
a écrit le 23/07/2018 à 8:43 :
Pourquoi payer en liquide les peties sommes ? parce que pour ceux qui verifient leur comptes bancaires, la multiplication des fadettes rend les choses plus compliquées.... Trop de petits papiers de différents formats, plus ou moins froissés mélangent les gros montants et les petits : difficile de consolider les comptes. Au dessous de 20 euros, paiement en liquide.... et retrait régulier de 300 € pour ces paiements. Après, beaucoup de gens ne doivent pas vérifier leur comptes !
a écrit le 22/07/2018 à 15:12 :
Les français ont la vue courte et ne mesurent pas la graviter de tout payer en electronique, tiens vous me direz encore un adepte de la théorie du complot, non, à force de tout payer en dematerialisé, plus de liberté, un contrôle de masse, des crédits plus chers, un banquier qui connaîtra la moindre de vos habitudes un gouvernement plus précis que la Stasi, une toute puissance aux banques, voilà ce à quoi il faut s’attendre, et ce n’est que le début
a écrit le 21/07/2018 à 23:15 :
L'argent liquide est utile en Finlande (sauf les pièces de 1 et 2cts réservées aux collectionneurs), pour faire le plein. Les deux fois que j'y ai circulé (pour visiter), les automates me refusaient ma CB Visa française systématiquement, il faut mettre des billets dans la machine (pas aisé de faire un vrai plein, pas de rendu, il faut calculer). Avec ma Mastercard récente, ai pas pu tester, faute d'y être retourné.
En 1990, un DAB avait refusé de me donner la monnaie de l'époque (le Mark finlandais), problème de communication internationale, ai pas insisté. C'est pas universel la CB !
a écrit le 21/07/2018 à 21:06 :
Nous sommes les seuls à limiter le paiement en liquide à 1 000 €. Il est donc normal que le montant moyen etc soient les plus faibles.
a écrit le 20/07/2018 à 13:56 :
trop de gens paient encore par d'autres moyens que les espèces , pourtant le paiement en espèces permet de garder l'incognito, donc être moins épié, suivi et pisté dans votre train de vie
a écrit le 20/07/2018 à 13:40 :
Je paye autant que possible en "sans contact" avec la carte parce que je ne supporte pas les petites pièces rouges des centimes.
Dommage que les prix ne soient pas ronds comme aux USA ou au Canada
Réponse de le 20/07/2018 à 16:24 :
Les prix ronds sont toujours arrondis au niveau supérieur, hélas
Réponse de le 22/07/2018 à 8:05 :
Au Pays-Bas, 0,02 > 0,00 / 0,03 > 0,05.
a écrit le 20/07/2018 à 10:21 :
Le cash est une dernière liberté du citoyen dans le monde surveillé et "développé". Il permet de soustraire une part de l'activité à un Etat insatiable et inquisiteur. Quand il n'y aura plus de cash il n'y aura plus de libertés.
a écrit le 20/07/2018 à 8:54 :
Les francais preferent le billet de 20 euros. Perso, c'est celui de 500. Facile a glisser dans le ceinturon dans son logement prevu a cet effet. Ainsi, je suis a l'aise pendant mes voyages.10 coupures, de quoi voir venir.
a écrit le 19/07/2018 à 21:55 :
pour ceux qui ont la memoire courte, sapin a limite les paiements en liquide a 1000 euros ( contre 2500 avant) dixit ' pour stopper le commerce d'ak47 en banlieue'
( et il a dit ca... un mois avant le bataclan)
Réponse de le 20/07/2018 à 10:23 :
Désormais les armes sont sans doute achetées sur facture en banlieue. Vont pas se mettre en porte à faux avec la législation :-)
a écrit le 19/07/2018 à 18:59 :
Comment blanchir de l'argent noir, si ce n'est que par le liquide sans trace ? Les peuples ont le meilleur exemple avec leurs politiques et les partis, non, je me trompe ?
Réponse de le 20/07/2018 à 10:36 :
vous retardez. les valises de billets c etait du temps de Chirac. maintenant on monte sa societe de conseil (fillon), on fait des fausses factures, on vend des croutes au prix de Picasso (Gueant) ...
a écrit le 19/07/2018 à 18:32 :
'mais moins que leurs voisins'

Rien à faire des voisins.
Réponse de le 19/07/2018 à 20:55 :
Ben non, nous sommes seuls sur la planète. :-)
Quand je me regarde, je me déçois, quand je me compare, je me rassure.
Vous n'avez aucune curiosité, ce qui se passe ailleurs, ça importe peu ?
Quand Mr LeMaire a dit que la France était une exception qui ne devait pas durer : le gazole moins cher que l'essence, le seul pays à faire ça, vous l'avez cru ? Faute de comparer les voisins (où c'est pareil partout, sauf la Suisse, donc aucunement "exceptionnel"), on gobe ce qu'on nous raconte. Il faut voyager (moi c'est camping, pas cher), déjà pour être content de rentrer. :-)
Réponse de le 22/07/2018 à 11:56 :
Le gas-oil est moins cher que l'essence en France , Allemagne, Luxembourg ,Belgique PAys-bas ,Espagne, et j'en passe... d'ou tu sors cette idée de l'inverse?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :