Maduro ordonne à ses banques d'adopter le petro, la cryptomonnaie vénézuélienne

 |   |  668  mots
(Crédits : Reuters)
C'est du jamais-vu. Après avoir violemment dévalué le bolivar le 20 août dernier pour tenter de juguler l'hyperinflation qui sévit dans le pays, le président Maduro impose "l'ancrage" de la monnaie nationale au petro, la toute récente cryptomonnaie locale, afin de contourner le manque de liquidités et les sanctions financières des États-Unis.

Le Venezuela a ordonné lundi aux banques d'adopter comme "unité de compte" le petro, la cryptomonnaie vénézuélienne, parallèlement à une offre d'obligations garanties par de mini-lingots d'or, deux nouvelles mesures par lesquelles le président socialiste Nicolas Maduro compte relancer l'économie sinistrée de son pays.

Les banques publiques et privées doivent désormais fournir leurs informations en bolivars (la monnaie nationale) et en petro, la cryptomonnaie avec laquelle le gouvernement entend contourner le manque de liquidités et les sanctions financières des Etats-Unis.

Lire aussi : Venezuela : la nouvelle monnaie hyperdévaluée entre en vigueur

La première fois qu'un pays adosse sa monnaie à une cryptomonnaie

La mesure fait partie d'un "plan de relance" lancé par le président Nicolas Maduro dont le pays est confronté depuis cinq ans à une grave crise économique. Le Fonds monétaire international (FMI) prévoit une inflation de 1.000.000% pour 2018.

Après avoir lancé le 20 août de nouveaux billets amputés de cinq zéros, le programme de réformes du président Maduro envisage "l'ancrage" de la monnaie au petro.

C'est la première fois qu'un pays adosse sa monnaie sur une cryptomonnaie. Les prix et les salaires seront fixés dans ces deux monnaies.

Contourner les restrictions de financement imposées par les Etats-Unis

Chaque petro, selon le dirigeant socialiste, équivaut à environ 60 dollars, sur la base du prix du baril de pétrole vénézuélien, soit 3.600 bolivars souverains (la nouvelle monnaie).

L'économiste Jean-Paul Leidenz estime que cette mesure doit faire face à deux défis: le financement du déficit (20% du PIB) et les restrictions de financement pour le Venezuela, conséquence des sanctions imposées par les Etats-Unis.

Parallèlement, lundi, le président Maduro a lancé lundi une offre d'obligations garanties par de mini-lingots d'or pour promouvoir l'épargne chez les Vénézuéliens qui voient la monnaie locale s'évaporer avec l'hyperinflation.

Lire aussi : Le Venezuela enclenche la seconde phase de son hypothétique plan de relance

Les doutes des experts en cryptomonnaies

Vendredi 17 août, en même temps qu'il annonçait une hausse de plus de 3.000% du salaire minimum mensuel, le président vénézuélien Nicolas Maduro avait également annoncé la mise en place d'un taux de change unique rattaché au "petro", la crypto-monnaie lancée cette année, en février, par le gouvernement.

Lire aussi : Le Venezuela de Maduro met en vente le petro, sa monnaie virtuelle

Avec le petro, monnaie virtuelle basée sur les réserves en hydrocarbures du Venezuela,  le gouvernement cherche à contourner le "blocus financier" que Maduro accuse les Etats-Unis d'avoir imposé à son pays.

Cependant les économistes considèrent que le système des changes, fortement subventionné, est l'une des causes majeures de la crise économique au Venezuela, provoquant une inflation galopante et la chute de la monnaie nationale, le bolivar.

Des experts en crypto-monnaie ont fait part de leurs doutes quant au recours au petro comme instrument financier fonctionnel, notamment face aux sanctions imposées par les Etats-Unis, lesquelles excluent le petro de toute transaction.

Ces doutes ne sont pas nouveaux. Le professeur Steve Hanke, économiste, professeur à la Johns Hopkins University, et contributeur du magazine Forbes, a tiré la sonnette d'alarme depuis le début : à la suite de son analyse publiée dès le 6 décembre 2017, il publiait un tweet extrêmement direct :

"La crypto-monnaie "Petro" de Maduro est une initiative stupide et inutile. Pourquoi les gens investiraient-ils dans un actif non réglementé, qui plus est, contrôlé par l'un des gouvernements les plus incompétents et les plus corrompus de la planète? A mon avis, tout cela court à l'échec."

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/09/2018 à 20:59 :
Je sais que le gouvernement Vénézuélien n'a pas bonne presse mais peut être que ce fait pourra ébranler vos certitudes :voici la liste des pays et personnalités qui ont tenté d'échapper à un moment aux pressions du secteur bancaire international qui contrôle le crédit : L'Irak l'Iran, Soudan, Lybie,Syrie ,Cuba, Corée duNord, Somalie Afghanistan....et Vénézuela.....La seule personnalité américaine qui voulut reprendre le contrôle public de la FED fut ...Kennedy et en Afrique un certain ..Sankara . Un peu rapide ? non ce sont des faits . Et en effet un usage bien fait des monnaies cryptées peut être une alternative mais il faudra gérer avec finesse les requins sont prêts à investir des centaines de milliards pour continuer à vivre sans travailler de la manne de la spéculation financière sur notre dos à nous les petits terriens (1000 milliards sont détournés par ...an en Europe vers les "paradis fiscaux", source officielle de ...Bercy) . La FED est un organisme prive je vous le rappelle ....
a écrit le 28/08/2018 à 15:19 :
Quand les crypto/marxistes … investissent dans le bitcoin … c'est comme mettre une rustine usagée sur la roue de secours d'une automobile en panne sèche ..pour redémarrer le moteur ..! (proverbe de moine Tibétain)
a écrit le 28/08/2018 à 14:53 :
Hausse sensible des cryptomonnaies cette nuit, sans qu'on en connaisse la raison, mais c'est presque toujours le cas avec les cryptomonnaies. Maduro a peut être une bonne idée. Bien sûr, il n'y a aucune logique a acheter des "pétro", mais y avait il une logique a acheter des bitcoins quand il valait 1 dollar? Il en vaut aujourd'hui plus de 7000. Dans ce monde de fous des cryptomonnaies il peut y avoir quelques acheteurs de "pétro" "pour voir", mais sur toute la planète ça peut faire des millions d'acheteurs, donc une hausse. Ensuite c'est quasiment la première cryptomonnaie adossée a quelque chose de précis, le pétrole alors que toutes les autres sont en lévitation au dessus du vide. Enfin oncle Donald sera très en colère mais il ne pourra pas faire grand chose avec ses tweets contre une cryptomonnaie. Je ne suis pas un soutien de Maduro, mais il a peut être réussi un bon coup pour contourner partiellement l'embargo. Quand a savoir, qui entre Maduro et Trump, j'aimerai voir tomber le premier? Je me pose souvent la question.
a écrit le 28/08/2018 à 12:17 :
Il est incompréhensible que M. Maduro n'ait pas encore fait appel aux lumières des grands experts français du mouvement des Insoumis. Ils te remettraient pourtant le Venezuela sur les rails en deux temps, trois mouvements.
Réponse de le 29/08/2018 à 11:51 :
C'est l'inverse. Les insoumis sont un simple parti d'opposition alors que Maduro est du parti au pouvoir depuis 20 ans. C'est lui qui montre l'exemple et le chemin à suivre.
Il n'en est qu'à la première phase. La destruction complète du pays. La reconstruction viendra probablement plus tard. ...
a écrit le 28/08/2018 à 11:05 :
Chacun son Mélenchon.
Que les vénézuéliens se débrouillent avec le leur. Qui, malheureusement pour eux, est au pouvoir.
a écrit le 28/08/2018 à 9:58 :
quand les socialistes ne savent plus qui rincer pour financer leur ideologie, ils sont creatifs!
maintenant y a plus qu'a trouver les imbeciles qui vont acheter le petro! et l'imbecile, c'est comme l'ours blanc, y en a de moins en moins avec le rechauffement climatique!
bon, mais au moins, s'il n'y a plus que des clochards, il n'y aura plus d'inegalites, et ca, c'est l'essentiel pour un socialiste, car ce raisonnement n'est en rien ultraliberal!
Réponse de le 28/08/2018 à 15:24 :
Comme quoi ..les marxo/socialistes ne peuvent survivre , qu'en bluffant et en prenant l'argent les autres …. Normal 1er était un génie en ce domaine….
a écrit le 28/08/2018 à 9:08 :
Le naufrage du chavisme se termine dans le ridicule. Il est plus que temps que Maduro dégage et qu'un nouvel exécutif prenne des mesures de libéralisation de l'économie vénézuelienne comparables à celles qui ont été mises en oeuvre en Europe de l'est dans les années 90 et qui ont permis d'y reconstituer en une quinzaine d'années des économies viables.
a écrit le 28/08/2018 à 9:06 :
C'est une bonne idée entre les mains d'un arriéré, seule option que le néolibéralisme nous laisse hélas du coup alors que cela pourrait permettre au pays de retrouver une indépendance c'est fait dans l'urgence et du coup si cela ne plait pas aux américains c'est l'échec assuré.

Par contre on sait que Goldman Sachs est passé par le vénézuela ce qui pourrait également être un test d'ampleur mondiale en ce qui concerne l'adossement des cryptomonnaies aux caisses publiques leur permettant ainsi d'échapper à la dictature des marchés financiers et de leurs andouilles de milliardaires.

A suivre de très près car vraiment très intéressant mais saurez vous le faire sans vous faire le porte parole du dogme néolibéral ? J'en doute hélas, on va encore entendre des idéologues contre d'autres idéologues et rien n'avancera...
Réponse de le 28/08/2018 à 9:41 :
"Andouilles de milliardaires"
Si ils deviennent système grâce aux marchés , c'est au' a priori ils ne sont pas idiots.
Réponse de le 28/08/2018 à 9:56 :
"Si ils deviennent système grâce aux marchés , c'est au' a priori ils ne sont pas idiots."

Hein !?

Heu... vous avez bien compris mon commentaire ??? Ou bien c'est juste comme d'habitude pour faire bonne figure que vous intervenez svp ? Parce que c'est pas la peine hein... merci.

"Le banquier, l’anarchiste et le bitcoin" https://www.monde-diplomatique.fr/2016/03/CASTLETON/54957 (article gratuit)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :