« Mario Draghi a impulsé une révolution de la communication à la BCE »

 |   |  1092  mots
Bastien Drut est stratégiste senior chez CPR Asset Management.
Bastien Drut est stratégiste senior chez CPR Asset Management. (Crédits : DR)
À l'heure où Mario Draghi passe le relais à Christine Lagarde à la tête de la Banque centrale européenne (BCE), Bastien Drut, stratégiste senior chez CPR Asset Management (Amundi), livre son analyse des points marquants de l'ère Draghi qui a transformé l'institution.

Si Mario Draghi, trop pudique, s'est refusé à dresser son propre bilan, économistes, stratégistes et spécialistes des marchés obligataires sont nombreux à avoir soupesé les huit années de mandat du président sortant de la Banque centrale européenne, concluant en un legs globalement positif, avec quelques bémols.

Dans « Comment les années Draghi ont changé la Banque centrale européenne », qui vient de paraître (Éditions Bréal), les stratégistes de CPR Asset Management (filiale du géant de la gestion d'actifs Amundi, contrôlé par le Crédit Agricole), Laetitia Baldeschi, Juliette Cohen et Bastien Drut ont radiographié les évolutions majeures de l'institution au cours des huit années du mandat de Mario Draghi, notamment la crise de la zone euro, le long chemin vers le quantitative easing (QE), l'expérience des taux négatifs et le nouveau rôle de superviseur bancaire. L'un des co-auteurs de l'ouvrage, Bastien Drut, nous livre son analyse sur les points clés à retenir. Entretien.

LA TRIBUNE - Que retiendra l'Histoire de Mario Draghi ?

BASTIEN DRUT - Il est certain que Mario Draghi restera perçu comme le sauveur de l'euro. Son fameux « whatever it takes » a été considéré comme le...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/10/2019 à 11:04 :
on retiendra qu'il distribue in fine de l'argent gratuit a des etats dispendieux qui n'ont fait aucune reforme
a commencer par la france
en economie ca s'appelle 'moral hazard', c'est ce que les allemands ne voulaient precisemment pas ( que les retraites allemands qui partent a 68 ans payent pour les retraites francais qui genereusement se votent la retraite a 35 ans avec l'argent des autres)
a écrit le 31/10/2019 à 9:30 :
Christine Lagarde cassera le bien le plus précieux de notre Union Européenne: la liaison entre la France et l'Allemagne, et elle vient déjà de commencer..
a écrit le 31/10/2019 à 9:20 :
BEn oui faute de véritable pouvoir on touche à la seule chose qui nous est permise, la communication, le truc qui permet de transformer une catastrophe en demie réussite.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :