PODCAST La blockchain a 10 ans : derrière la "hype", où en est-on ?

 |   |  201  mots
(Crédits : DR)
Personne ne veut rater la « révolution Blockchain » et surtout pas la finance : elle est le premier secteur à s’être activement intéressé à la technologie Blockchain, née avec la monnaie virtuelle bitcoin. Jeudi 18 avril, "La Tribune" organisait son premier sommet sur la blockchain. Nous vous proposons de vivre ou revivre les meilleurs tables rondes sous forme de podcast.

Les investissements dans les solutions Blockchain ont doublé en un an à 1,5 milliard de dollars dans le monde en 2018 selon le cabinet IDC, tirés par le secteur de la finance (36%). Les dépenses du seul secteur bancaire devraient augmenter de plus de 74% par an d'ici à 2022. Du côté des levées de fonds, les startups du secteur ont récolté 1,3 milliard de dollars au premier semestre 2018 contre 900 millions sur l'ensemble de l'année 2017, sans compter les ICO (plus de 22 milliards de dollars en 2017 et 2018). Le secteur compte déjà plusieurs licornes : Circle, BitGo, Coinbase et Bitfury en Europen en Chine Bitmain, etc. Après les PoC (proofs of concept) et les MVP (minimum viable products), l'heure est au passage à la mise en production : panorama des projets en cours, investissements, prises de participations, etc

  • Claire Balva, Directrice générale de Blockchain Partner
  • Luca Comparini, Blockchain Leader France chez IBM
  • Jean-Michel Mis, Député de la 2e circonscription Loire, Membre de la commission des lois
  • Philippe Mutricy, Directeur de l'évaluation, des études et de la prospective Bpifrance
  • Fleur Pellerin, Cofondatrice et Directrice générale Korelya Capital

Modération: Delphine Cuny - Rédactrice en chef adjointe Banque/Finance à La Tribune

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/04/2019 à 16:51 :
Le blockchain est sûrement une belle invention, mais a) ce n'est jamais qu'un autre système de tiers de confiance, ou un autre système de marché fermé, et il y en a déjà bien assez comme ça, b) ce n'est pas un système inviolable : il n'y a pas de système inviolable, et, c) s'il faut autant de minage que pour le bitcoin, qui va payer la facture d'électricité ?
Quant à la communication foisonnante faite autour du phénomène (cf tous les articles sur La Tribune, sans parler des posts évangélisateurs de ceux qui savent vraiment), ça a un peu l'air d'un lobbying bien pensé.
Pour sauver les lourds investissements dans des data-centers de minage, dont l'avenir brillant semble de moins en moins assuré ?
Et, incidemment, le bitcoin n'est pas une monnaie : je ne peux pas acheter une pizza avec. C'est juste un actif de plus pour spéculer. Il faut bien que tout le monde s'amuse.
a écrit le 26/04/2019 à 17:02 :
Le bon slogan aujourd’hui est Bitcoin not blockchain. Bitcoin a 10 ans, et la blockchain n'est que la base de données sur laquelle Bitcoin repose.

Les propriétés comme la décentralisation, ou le transfert de valeur sans contrepartie, et la résistance à la censure, n’émerge que parce que Bitcoin est une monnaie forte (hard money). Cette caractéristique permet d’obtenir les bonnes incitations. La blockchain n’est qu’un simple élément du mécanisme, rien de plus.
a écrit le 26/04/2019 à 14:59 :
Le bon slogan aujourd’hui est ‘Bitcoin not blockchain’. Bitcoin à 10 ans, et la ‘blockchain’ n’est que la base de données sur laquelle Bitcoin repose.

Les propriétés comme la décentralisation, ou le transfert de valeur sans contrepartie, et la résistance à la censure, n’émerge que parce que Bitcoin est une monnaie forte (hard money). Cette caractéristique permet d’obtenir les bonnes incitations. La ‘blockchain’ n’est qu’un simple élément du mécanisme, rien de plus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :