L'Afrique, un continent prêt à se réinventer grâce à la "blockchain"

 |   |  1749  mots
(Crédits : DR)
Même s'il est difficile d'évaluer les effets à moyen et long terme des futurs usages de la "blockchain", le changement de paradigme induit par cette technologie va impacter de nombreux domaines. Les pays émergents, notamment en Afrique, constituent un champ d'exploration exceptionnel pour celle-ci.

La blockchain (BC), véritable vecteur de confiance et de transparence, est un outil puissant dont l'utilisation pourrait offrir de nombreux bénéfices pour les pays africains. Certains considèrent même que cette avancée technologique peut permettre au continent de réaliser un nouveau leapfrogging [saut technologique, ndlr], à l'instar de celui qu'il a connu lors du déploiement de la téléphonie mobile.

Mobile et BC, un mariage à l'africaine

Le parallèle avec la téléphonie mobile « made in Africa », exprime bien les potentialités de structures adaptées et simplifiées, proches des usages quotidiens comme a pu l'être l'explosion du mobile banking. Car s'il existe un créneau à ne pas négliger en Afrique pour se développer dans la banque de proximité, c'est bien celui de la banque mobile. L'Afrique subsaharienne est la région du monde qui compte le plus grand nombre d'utilisateurs de services financiers sur mobile, avec 98 millions de personnes, selon une analyse du Boston Consulting Group. Ce cabinet de conseil en stratégie évalue le potentiel du seul marché des paiements mobiles dans cette zone géographique à 1,5 milliard de dollars en 2019.

Lire aussi : L'Afrique, l'épicentre de la...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :