Taux bas : le soutien appuyé de Bruno Le Maire aux assureurs

Selon le ministre de l'Economie et des Finances, la transformation de l'assurance vie est "inéluctable et irréversible" dans un contexte durable de taux bas. Elle doit toutefois se faire de manière progressive et collective. Il estime aussi que les règles actuelles de Solvabilité 2, auxquelles sont soumis les assureurs, sont "absurdes et contradictoires" avec l'objectif de réorienter l'épargne des Français sur le long terme. Bruno Le Maire plaide ainsi pour un assouplissement réglementaire, largement plébiscité par la profession.
Pour proposer une alternative aux épargnants en quête de placements peu risqués et permettre un meilleur financement de l'économie, Bruno Le Maire mise sur la modernisation du fonds euro croissance, prévue par la loi Pacte.
Pour proposer une alternative aux épargnants en quête de placements peu risqués et permettre un meilleur financement de l'économie, Bruno Le Maire mise sur la modernisation du fonds euro croissance, prévue par la loi Pacte. (Crédits : Benoit Tessier)

L'environnement de taux durablement bas, qui pèse sur la rentabilité des assureurs comme sur celle des banquiers, était le sujet de discussion et de préoccupation numéro un de la 11e conférence internationale annuelle de la Fédération française de l'assurance (FFA), qui s'est tenue ce vendredi 25 octobre.

"C'est la première fois dans l'histoire de notre profession, mais surtout dans l'histoire économique, que l'argent ne coûte rien - on s'enrichit en s'endettant", a rappelé Florence Lustman, la nouvelle présidente de la FFA, en ouverture de cette conférence.

Un cadre clair pour une situation inédite

"Les assureurs du monde entier sont aujourd'hui confrontés à des défis de taille, que ce soit le dérèglement climatique, le vieillissement de la population et les taux d'intérêts négatifs. Et nous avons besoin d'un cadre clair pour pouvoir continuer à exercer notre mission, notre métier d'anticipation et d'investissement dans l'avenir", a-t-elle ajouté en s'adressant au ministre de l'Economie et des Finances, qui a donné, en début d'après-midi, un discours très attendu par la profession.

En effet, ces dernières semaines, le débat sur l'avenir des fonds euros a pris de plus en plus d'ampleur. Ces placements, majoritairement investis en obligations d'Etat et souscrits dans le cadre d'un contrat d'assurance vie, sont très appréciés des Français. Il représentent 1.400 milliards d'euros sur les 1.700 milliards d'euros de l'encours total de l'assurance vie. Le succès du fonds euro est directement lié à la garantie du capital et des intérêts proposée. Mais dans un contexte de taux durablement bas, voire négatifs, ces mêmes garanties deviennent un véritable casse-tête pour les assureurs.

Une transformation inéluctable et irréversible

Face à cette situation économique inédite, Bruno Le Maire s'est montré confiant mais réaliste : "L'assurance n'est pas un secteur sinistré. Cela reste un secteur solide et stratégique mais qui implique une transformation qui doit être collective", a-t-il déclaré. "La transformation du modèle de l'assurance vie est inéluctable et irréversible", a-t-il poursuivi, tout en éliminant l'option de la disparition pure et simple du fonds euros. "Il garde sa pertinence et a vocation à garder une place importante dans l'épargne des Français qui ont besoin de stabilité et de prévisibilité. Pour autant, la diminution du rendement est certain", a-t-il admis.

Pour proposer une alternative aux épargnants en quête de placements peu risqués et permettre un meilleur financement de l'économie, Bruno Le Maire mise sur la modernisation du fonds euro croissance, prévue par la loi Pacte. Ce produit offre aux assurés un meilleur rendement que les fonds euros tout en proposant une garantie du capital à une échéance précise afin d'encourager l'investissement longue durée et permettre aux assureurs une meilleure visibilité.

Le fonds euro croissance comme alternative

Attractif sur le papier, ce placement a toutefois connu un très faible succès (son encours plafonne aujourd'hui à environ 2 milliards d'euros) en raison de sa complexité. Le gouvernement souhaite apporter plus de simplicité, de flexibilité et de lisibilité. "Les assurés pourront connaître à tout moment le rendement de leur fonds euro croissance" a indiqué Bruno Le Maire. Ils pourront aussi choisir librement le terme de la garantie pour adapter l'horizon du produit d'épargne à l'échéance de leur projet personnel.

"La garantie du capital à échéance choisie est un pilier absolu des produits d'assurance vie", a insisté Bruno Le Maire. La suppression de cette garantie remettrait en cause "le contrat de confiance entre les épargnants et les assureurs", a-t-il expliqué.

Des règles absurdes et contradictoires

Par ailleurs, le ministre a souligné le caractère "absurde" et "contradictoire" des règles actuelles de Solvabilité 2 (le règlement européen qui encadre le secteur) liées à la détention d'actions par les assureurs, celles-ci obligeant à mettre des niveaux de capital élevé en réserve. "On ne peut pas demander aux assureurs d'investir plus dans les actions et en même temps charger la mule sur des règles prudentielles liées aux actions", a déclaré Bruno Le Maire. "Pour développer le financement par action, il faut des règles prudentielles qui soient beaucoup moins contraignantes que ce qui existe aujourd'hui", a-t-il ajouté.

La France a dernièrement obtenu un allègement des exigences de capital liées à la détention d'actions de long terme. La charge en fonds propres est ainsi passé de 49% pour le non côté et 39% pour le côté à 22%. Cette mesure vise à encourager la prise de risques et l'investissement de long terme des assureurs. "Il faut aller plus loin", a estimé le ministre. "Le choc de 22% doit s'appliquer à la détention de toutes les actions qui participent effectivement au financement de notre économie", a-t-il plaidé.

"Nous devons réviser Solvabilité 2. C'est une question clé pour le succès du financement des projets économiques européens car, derrière les assureurs, c'est le financement de l'économie dont il est question. Si nous ratons Solvabilité 2, nous ratons le financement de notre économie et nous nous retrouverons dans une situation de dépendance technologique vis-à-vis des Etats-Unis et de la Chine", a prévenu Bruno Le Maire.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 04/11/2019 à 15:38
Signaler
il y avait d'excellents commentaires qui ont disparus, dont celui de churchill qui expliquait très bien l'ensemble des mesures gouvernementales pour gérer toute crise sur le dos des citoyens, faute de bien gérer le monde politique et administratif, c...

à écrit le 30/10/2019 à 15:04
Signaler
suite : car il n'y a pas une france mais 2 : - celle des entreprises, pme, artisans, agriculteurs, indépendants, employés, ceux qui créé la richesse et l'emploi avec des risques sur leurs emplois, en gérant l'incertitude, avec le risque du chômag...

à écrit le 30/10/2019 à 15:03
Signaler
merci churchill d'avoir apporté les déclinaisons concrétes de la gestion diabolique de l'état. on pourrait ajouter en cadrage du fonctionnement, comment un système peut il fonctionner en ayant aucun pilotage par les objectifs, donc aucun pilotage ...

à écrit le 29/10/2019 à 14:54
Signaler
étant donné la difficulté à être publié, même avec des arguments majeurs, factuels et non polémiques, dites nous ce qu'on doit écrire, ça ira plus vite...

à écrit le 29/10/2019 à 14:52
Signaler
merci churchill d'avoir apporté les déclinaisons concrétes de la gestion diabolique de l'état. on pourrait ajouter en cadrage du fonctionnement, comment un système peut il fonctionner en ayant aucun pilotage par les objectifs, donc aucun pilotage ...

le 29/10/2019 à 15:12
Signaler
Quel monde merveilleux. Oui l'état fonctionne comme une machine à protéger les grandes fortunes et ses grands commis. Cependant il faut savoir raison garder. Comment pourrons nous avoir 240milliards de dépenses publiques en moins? (Le budget de lè...

à écrit le 29/10/2019 à 14:51
Signaler
car il n'y a pas une france mais 2 : - celle des entreprises, pme, artisans, agriculteurs, indépendants, employés, ceux qui créé la richesse et l'emploi avec des risques sur leurs emplois, en gérant l'incertitude, avec le risque du chômage, sans com...

à écrit le 28/10/2019 à 16:40
Signaler
car il n'y a pas une france mais 2 : - celle des entreprises, pme, artisans, agriculteurs, indépendants, employés, ceux qui créé la richesse et l'emploi avec des risques sur leurs emplois, en gérant l'incertitude, avec le risque du chômage, sans com...

à écrit le 28/10/2019 à 16:38
Signaler
merci churchill d'avoir apporté les déclinaisons concrétes de la gestion diabolique de l'état. on pourrait ajouter en cadrage du fonctionnement, comment un système peut il fonctionner en ayant aucun pilotage par les objectifs, donc aucun pilotage ...

le 28/10/2019 à 23:53
Signaler
Ah si on n'avait pas des génies comme la CGT, le LFI, les frondeurs du PS etc, on aurait peut être changé depuis longtemps. Comment changer quand une grande quantité de gens approuve toute grève de la SNCF ou de la RATP sans se rendre compte que c'es...

à écrit le 28/10/2019 à 16:24
Signaler
Dans un journal de défense des consommateurs, un journaliste notait que le meilleur placement actuel était les actions; si le gouvernement veut le déplacement de l'épargne vers la Bourse, il lui faudra baisser et simplifier la fiscalité sur achats, v...

à écrit le 28/10/2019 à 16:12
Signaler
Ce que propose monsieur Bruno LE MAIRE aux assureur c'est du vol tout simplement. C'est spolier les adhérents sur le contrat en fonds en euros. J'espère que le plus grand assureur vie va monter au créneau, car avec de tel comportement si d'autres opp...

à écrit le 28/10/2019 à 13:09
Signaler
il faut décourager les bas de laine qui ne financent pas l'économie et donc encourager les placements qui servent l'économie. Il y a 3500 milliards en assurance vie, plus de 400 sur les comptes courants des gens qui ne savent plus où mettre leur arge...

le 28/10/2019 à 14:47
Signaler
j'ai les reponses a vos questions...l'etat est dispendieux et a besoin d'argent, tout en constatant l'effet ricardien des 40 dernieres annees il suffit de faire du bonneteau et de coller des rustines voila le menu la transition du financement de l...

à écrit le 28/10/2019 à 9:01
Signaler
Le prétentieux Bruno continue de prendre les français pour des kongs...les fonds euro croissances n'ont jamais et ne rapporteront jamais un sou aux naïfs qui les souscrivent...!

le 28/10/2019 à 11:07
Signaler
Vous vous trompez. Il y a de très bons contrats euro-croissance qui rapporte nettement plus que le fonds euros. Il faut juste s'informer et comparer.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.