Wall Street replonge et efface tous ses gains depuis janvier

 |   |  422  mots
(Crédits : Brendan McDermid)
La Bourse de New York est repartie à la baisse ce mardi 20 novembre, entraînée par les valeurs technologiques, comme Apple. Les indices Dow Jones et S&P 500 ont perdu leur avance depuis le début de l'année, idem pour le Nasdaq.

[Article publié à 16h40 et mis à jour à 22h35]

Il n'y a pas que le Bitcoin qui dégringole. Les marchés d'actions à Wall Street ont accentué leur plongeon ce mardi 20 novembre, au lendemain d'une baisse de 1,56% pour le Dow Jones et de 3% pour le Nasdaq lundi. La Bourse de New York a ouvert en baisse, à nouveau pénalisée par les valeurs technologiques, poids lourds de la cote, mais aussi les pétrolières, alors que le baril de brut WTI est tombé sous les 54 dollars pour la première fois depuis octobre 2017.

L'indice Dow Jones a terminé mardi soir en recul de 2,21%, à 24.465,64 points. Le Standard & Poor's 500, plus large, a cédé 1,82%, à 2.641,89, après avoir perdu jusqu'à 2,2% en séance. Les deux indices ont effacé l'intégralité de leurs gains depuis le début de l'année et se situent désormais en territoire légèrement négatif  : -1% pour le Dow Jones et -1,2% pour le S&P.

Le Nasdaq Composite, qui abandonnait plus de 2,6% en début de séance, a clôturé en repli de 1,7%, à 6.908,82 points, au plus bas depuis début avril. Il accuse désormais une baisse de près de 15% depuis son record de clôture de fin août et clôture juste au-dessous de ses niveaux du 2 janvier.

Apple plus forte baisse du Dow

Les technologiques, aux multiples de valorisation élevés, sont les plus vulnérables aux accès de nervosité ou mauvaise nouvelle, et pèsent sur l'ensemble des indices. La première capitalisation mondiale, Apple, a encore perdu 4,78% ce mardi, la plus forte baisse du Dow, en raison des craintes d'un ralentissement des ventes d'iPhone, sa machine à cash. Sa valeur boursière a fondu de plus de 23%, soit près de 240 milliards de dollars, depuis son record de clôture du 3 octobre, ramenée à 840 milliards de dollars.

Amazon et Netflix ont limité la casse à -1,11% et -1,34% respectivement, tandis que Facebook et Alphabet ont même terminé en légère hausse (+0,67% pour l'un et +0,29% pour l'autre).

Les groupes de grande distribution ont également dévissé, après la publication de résultats trimestriels inférieurs aux attentes : Target et Kohl's ont plongé de plus de 10%.

En Europe aussi, les principales places ont fini dans le rouge mardi. L'indice Eurostoxx 50 a perdu 1,40%.  A Francfort, le Dax a reculé de 1,58% à 11.066,41 points, son plus bas de l'année. A Londres, le Footsie a baissé de 0,76% à 6.947,92 points.

A Paris, le CAC 40 a cédé 1,21% à 4.924,89 points, à ses plus bas niveaux depuis février 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2018 à 16:12 :
Rebondissement de wall street grâce à la «  tech »
Ça c’est «  une preuve »
Que la crise mondiale actuelle est du au fait que les ressources de la «  tech » sont comptabilisés avec les ressources de bourse traditionnelle

Il est impératif pour un «  équilibre mondiale «  de créer une bourse spécifique au «  tech »
Pour que la tech mondiale font une concurrence équitable entre eux

Et l’ouverture est dans ce sens , si c’est ce que veut le FMI.
a écrit le 21/11/2018 à 10:55 :
Vous allez me détester aux usa mais pour un équilibre mondial il faudrait que le Dow Jones descend en dessous de 15000 dollars.
Je trouve cette baisse positive pour l’économie mondiale.
a écrit le 21/11/2018 à 8:43 :
Le problème est de savoir si c'est une correction ou si la descente aux enfers a commencé. Je pencherai plutôt pour un scénario catastrophe. Économiquement, rien ne justifie les niveaux de valorisation atteints sur une période aussi courte. Ça devrait secouer fortement dans les prochaines semaines.
Réponse de le 21/11/2018 à 9:02 :
Tout simplement un krach !
Réponse de le 21/11/2018 à 9:21 :
La troisième vague est finie, donc 50% de plongée à suivre...
a écrit le 21/11/2018 à 0:57 :
Les signes d'une fin de cycle haut aux USA se multiplient. C'est bien, cela va forcer les admirateurs de Trump à un peu plus d'objectivité quant à la politique économique de leur idole.
a écrit le 20/11/2018 à 17:47 :
depuis 18 mois les bourses ont quasiment pris 50% de valeur.

Ça n'a rien à voir avec les fondamentaux économiques et c'est une bulle. Plus elle se dégonfle meilleur c'est.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :