EADS : solide performance opérationnelle saluée par les marchés

 |   |  507  mots
Le groupe européen d'aéronautique et de défense a enregistré un bénéfice d'exploitation de 2 milliards d'euros sur les neuf premiers mois, contre une perte l'an passé. Du coup, il a revu à la hausse ses prévisions de résultat d'exploitation pour l'ensemble de l'exercice. Néanmoins, EADS est toujours pénalisé par les problèmes du programme de son avion militaire A 400 M. La Bourse salue tout de même ces résultats.

Dans un contexte économique tendu, EADS réalise tout de même une solide performance opérationnelle. Le groupe européen d'aéronautique et de défense, maison mère d'Airbus, a publié ce vendredi ses résultats sur les neuf premiers mois, et ces derniers font ressortir un bénéfice d'exploitation de 2 milliards d'euros, contre une perte de 353 millions d'euros sur la même période en 2007.

Du coup, le groupe prévoit de dépasser sa prévision de bénéfice d'exploitation de 1,8 milliard d'euros précédemment annoncé pour 2008. Les prévisions de chiffre d'affaires à plus de 40 millions d'euros restent elles inchangées. Sur les neuf premiers mois, les revenus du groupe ont atteint 29,4 milliards d'euros, en hausse de 7%. Le résult net affiche pour sa part un bénéfice de 1,082 milliard d'euros contre un perte l'an passé de 705 millions d'euros.

Du côté des commandes, EADS prévoit que sa filiale Airbus va enregistrer plus de 850 nouvelles commandes en 2008. Les prises de commandes d'EADS s'élèvent à 88,7 milliards d'euros sur les neufs premiers mois de l'année, contre 82,4 milliard sur la même période l'an passé. A fin septembre, le carnet de commandes du groupe atteint ainsi le niveau record de 57 milliards d'euros.

Reste plusieurs gros points noirs. Dans son communiqué, EADS reconnaît ainsi avoir "enregistré des résultats encourageants sur les neuf premiers mois de 2008 mais doit faire face à des défis dans des programmes clés". Principal concerné : l'avion militaire A 400 M. Au troisième trimestre, EADS a passé une provision de 341 millions d'euros sur l'A400M. Le groupe prévoit d'ores et déjà de "nouveaux retards" sur ce programme pour lequel il a déjà passé une provision au troisième trimestre de l'an passé (1,37 milliard d'euros) et prévient qu'il "remettra à jour la charge comptabilisée au titre de l'A400M" en fonction de l'avancée du programme.

Sur le très gros porteur Airbus A380, le patron d'EADS, Louis Gallois, a indiqué aux analystes financiers ce vendredi : "nous avons prévu de livrer 12 A380 en 2008 et 21 en 2009. Parmi ces 21 prévus en 2009, quelques-uns pourraient être livrés en 2010". Car il a reconnu que "nous sommes en retard dans la préparation de la +vague 2+" de production, soit la phase d'industrialisation du programme.
Mais "globalement, je suis plus confiant qu'il y a quelques mois dans notre capacité à gérer la montée en cadence de la production".

Face au ralentissement de l'économie, EADS indique aussi que "le marché de l'avion commercial devrait ralentir avec des risques de reports voir d'annulations". Sa filiale Airbus "a suspendu la montée en puissance de la famille A320 à 36 avions par mois".

Enfin, le groupe a par ailleurs annoncé un nouveau plan d'économies et "d'intégration" pour les années 2011 et 2012, baptisé "Future EADS" visant au moins 200 millions d'euros d'économies.

En Bourse, le titre EADS, déjà porté ces dernières semaines par la remontée du dollar face à l'euro, a décollé de 3,62% à 12,31 euros.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :