Daher tente de préparer la sortie de crise

 |  | 433 mots
Lecture 2 min.
L'équipementier aéronautique et de défense souffre mais cherche à maintenir ses investissements. L'assemblée générale a validé aujourd'hui l'augmentation de capital de 80 millions du Fonds stratégique d'investissement (FSI) associé aux fonds Aerofund (Airbus, Safran et la Caisse des dépôts) qui prennent 20% du capital.

"Dans douze, dix-huit ou vingt-quatre mois, nous savons qu?il y aura une sortie de crise. Et que le rebond du trafic aérien sera, comme cela a été le cas dans les crises précédentes, largement supérieur aux 6 % de croissance en moyenne que les experts prévoient sur le long terme. Aussi, nous continuons nos investissements. Notre trésorerie [non précisée, Ndlr] nous le permet. " Le PDG de l?équipementier éponyme Patrick Daher, spécialisé majoritairement dans l?aéronautique, la défense, le nucléaire et l?automobile, a tenu hier matin devant la presse un discours combatif. L?assemblée générale, qui a approuvé dans l?après-midi l?augmentation de capital de 80 millions d?euros du Fonds stratégique d?investissement (FSI) associé aux fonds Aerofund (Airbus, Safran et la Caisse des dépôts), expliquait l?optimisme du patron de Daher.

Cet investissement - soit 20 % du capital de Daher -, permettra de soutenir une nouvelle série d?investissements du groupe de 300 millions d?euros. L?équipementier maintient toujours son objectif de 1,2 milliard d?euros de chiffre d?affaires en 2012. La première phase d?un montant de 250 millions a déjà permis à Daher de financer le rachat à EADS de Socata, spécialisée dans les aérostructures et les petits avions d?affaires, et les coûts de développement des parties du futur long-courrier Airbus A350 confiés par l?avionneur.

Pour autant, cette deuxième vague d?investissements est légèrement décalée en raison de la crise. "Nous avions prévus 300 millions d?investissements supplémentaires sur cinq ans. Ce sera sur six ans. Les investissements en 2009 et 2010 seront moins importants que prévu", a expliqué Patrick Daher. Car le groupe souffre du ralentissement des cadences des avionneurs, mais aussi des reports de livraisons de ses petits avions TBM 850. Sur un carnet de commandes d?une soixantaine d?avions pour l?année 2009, "nous sommes à 50 % des livraisons" prévues en raison de reports demandés par les clients, a indiqué François Lepinoy, en charge du pôle aéronautique.

Le chiffre d?affaires aujourd?hui espéré pour 2009 est déjà 9 % inférieur au plan de marche, à 850 millions d?euros. "La crise a un impact tout à fait significatif", a indiqué Patrick Daher. Pour l?heure, le groupe assure ne pas avoir de plan de mise au chômage technique. Il mise sur la mobilité des effectifs entre ses différentes activités. "Il y a un rôle d?amortisseur dans notre modèle", affirme-ton.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
JE FAIS PARTI DE DAHER TRANSPORT ROUTE DE L EST QU ELLES SONT LES GRANDES LIGNES SUR NOTRE AVENIR,

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :