Safran signe un premier trimestre en ligne avec les objectifs, les marchés apprécient

 |  | 501 mots
Lecture 3 min.
Le groupe publie un chiffre d'affaires en hausse de 2,4% à 2,48 milliards d'euros au premier trimestre, tiré par les activités de défense-sécurité et malgré un recul dans la propulsion aéronautique. Francis Mer est prolongé à la présidence du directoire jusqu'en 2011.

Le groupe Safran a enregistré au cours des trois premiers mois de l'année 2009 un chiffre d'affaires en hausse de 2,4% à 2,48 milliards d'euros. L'activité a été tirée par les activités de défense-sécurité et ce malgré un recul dans la propulsion aéronautique. La hausse du chiffre d'affaires est de 0,5% à périmètre et devise constants, précise dans un communiqué le groupe spécialisé dans la propulsion et les équipements aéronautiques ainsi que la défense.

Il s'agit "d'un premier trimestre en ligne avec nos objectifs annuels" de ventes stables en 2009, commente le président du directoire Jean-Paul Hertman, cité dans le communiqué.

Par branche, la propulsion, qui représente la principale activité du groupe, a reculé de 4,4% à 1,33 milliard en raison du "ralentissement du rythme des livraisons de moteurs d'avions (en partie lié aux suites de la grève Boeing de 2008) et d'hélicoptères civils", explique Safran, alors que les services associés sont en revanche en hausse."La bonne tenue des services, incluant ventes de pièces de rechange et activités de maintenance-réparation, permet ainsi à l'activité propulsion de bien résister", affirme encore Jean-Paul Hertman.

Ailleurs, les équipements aéronautiques progressent de 6,4% à 700 millions, avec une activité en croissance, sauf pour les premières montes d'avions d'affaires et régionaux. Enfin, la défense-sécurité progresse de 18,8% à 442 millions, tirée en particulier par la sécurité.

Safran a aussi fermement repoussé tout schéma de reprise de la totalité du groupe chimique public SNPE, dont il souhaite seulement reprendre une activité relative à la propulsion. Le conseil de surveillance de Safran "a constaté qu'il n'avait aucun élément allant dans le sens d'éventuelles pressions de l'Etat vis-à-vis de Safran pour une reprise globale de l'ensemble des actifs de SNPE, dont certains sont très éloignés du coeur de métier de Safran", a déclaré Jean-Paul Herteman.

Le conseil -qui compte quatre représentants de l'Etat- "à l'unanimité a considéré que si jamais une telle solution venait à être proposée par l'Etat, Safran n'avait absolument pas vocation à s'aligner sur une telle formule, quitte à remettre à plus tard une opération portant sur le seul périmètre du propergol" de SNPE, a insisté la direction. Safran n'a jamais caché son intérêt pour une reprise de l'activité propulsion de la SNPE, SNPE Matériaux Energétiques (SME), sous la houlette de sa propre filiale Snecma Propulsion Solide (SPS).Les deux sociétés sont complémentaires dans la propulsion des fusées et des missiles et la nouvelle loi de programmation militaire (LPM) doit rendre un tel rapprochement possible.

A la Bourse de Paris, le titre a grimpé de 7,35% à 8,62 euros.

Le mandat de Francis Mer prolongé
Le conseil de surveillance de Safran "a décidé de prolonger le mandat de président de monsieur Francis Mer jusqu'à 2011", Sans le vote de cette disposition, l'ancien ministre des Finances, qui aura 70 ans au mois de mai, aurait été touché par la limite d'âge.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :