Avions de chasse : Saab présente son offre finale au Brésil face au Rafale

 |   |  230  mots
Le groupe d'aéronautique de défense suédois a déposé sa dernière offre pour tenter de remporter le marché des avions de chasses de l'armée brésilienne. Mais le Rafale français semble toujours faire la course en tête.

La Suède tente une dernière fois de vendre son Gripen, un avion de combat développé par Saab au Brésil. Pour ce contrat, le groupe est notamment en compétition avec Dassault et son Rafale. Même si le Gripen a déjà été exporté (Hongrie, Thaïlande, République tchèque et Afrique du Sud), contrairement au français, il ne semble pas en position de force dans ce dossier.

"Les nouvelles propositions remplissent toutes les exigences formulées par le Brésil pour développer, produire, utiliser, entretenir et améliorer un chasseur multirôle, ainsi qu'une offre industrielle avec le transfert complet de la technologie", écrit Saab dans un communiqué.

Surtout, pour tenter de rallier le gouvernement de Lula à sa cause, Saab a proposé "l'accès et la participation complets au développement" du Gripen et la production de 80% des Gripen au Brésil avec la création d'une ligne de production. De plus, le suédois se targue d'un coût "significativement inférieur à la concurrence", sans pour autant dévoiler de montant.

Mais début septembre, le président brésilien, Lula, a donné un accord de principe à son homologue français, Nicolas Sarkozy, lors d'une visite officielle. Le Brésil pourrait donc être le premier pays étranger à se doter du Rafale. L'offre déposée par Dassault se monte à 5 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
on est des cons en france trop gourmand et main d oeuvre trop chere tout nous echappe
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
C'est vrai nos gouvernants ne comprennent rien a l'économie.
Pour conserver l'industrie il faut absolument que le travail coute moins chère
Mais qui pourrait leur dire haut et fort en gros titres sur les journaux tel que la tribune
Sont ils en mesures de comprendre l'économie? J'ai des doutes
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pourquoi faire d'acheter des avions de combat? Le Bresil n'a-t-il pas assez de pauvres a nourrir, d'ecoles, d'hospitaux et d'autres insfrastructures economico-sociales a batir d'abord? Ou est-il entrain differmment de beaucoup d' autres nations de notre epoque de recourir a l'armement? Et dans quel but? Cela ne parait pas raisonnable!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il faut voir un peu plus loin, 70 %s de la richesse de la France vient de l'exterieur, non de l'intérieur, ne pas l'oublier, c'est en multipliant des paténariats gagnant gagnant, qu'on pourra progresser, Pour le Bresil, c'est d'abord un choix politique, dependre des usa n'est pas bon pour le bresil, risque de chantage sur les fournitures, de plus c'est de déclarer hostile vis à vis du venuzela, le gripen, c'est 35% de composant americain dont le moteur de F18 (general electric), le choix francais devient incontrounable, l'achat de su 35, serait une déclaration hostile envers les usa et un rapprochement avec les russes, les usa ont installés des bases de f16 en colombie, le bresil considère cela comme une action hostile mais souhaite rester neutre dans l'histoire, le bresil peut negocier d'egal à egal avec la France, l'intérêt economique est non negligeable, le Bresil sera notre representant dans l'amerique du sud, la France representera le Bresil en europe et en afrique, d'ailleurs le duo de choc a frapper, rio a remporté les JO grace à l'aide de Paris. Les anglais ont commencé ce jeux, il n'y a plus de raison pour qu'on s'arrete. En plus, depuis 2008, le rafale f3 devient extremement performant avec l'intégration des nouveaux systèmes.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je ne suis pas sûr qu'actuellement le Rafale fait la course en tête pour ce contrat. Les États-Unis en bon marchand ont attendu toutes les véléités et offres de ses adversaires pour finalement poser la leur. Boeing s'engage à vendre ses FA-18 au Brésil avec transfer de technologie et autres concessions pour la fabrications de ce chasseur-bombardier. Son slogan "nous voulons faire du Brésil un partner et pas un client". De quoi donner de sueurs froides à Dassault et à Sarkozy.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le gros inconvénient du Gripen est que la technologie de beaucoup d'équipements venant des USA ne pourra être transférée, c'est le même cas pour le F18. Les USA arnaqueront les Brésiliens à ce sujet et ne permettront pas le transfert des versions les plus modernes et c?est justement celles-là que veulent les Brésiliens.
Un autre gros inconvénient de l?offre américaine est qu?elle concerne un vieux coucou dont la conception remonte à une quarantaine d?années (1er vol en juin 1974 sous le nom de YF17). Si les Brésiliens recoivent des F18, en 2013, ce sera le même délai qui sépare les premiers Spad (1916) et les Mystère IV (1955).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :