United Airlines commande 25 Airbus A350 et 25 Boeing B787

 |   |  319  mots
La troisième compagnie aérienne américaine retirera de sa flotte intercontinentale ses vieux B747 et B767 entre 2016 et 2019. Elle passe également des options sur 50 B787 et 50 A350 supplémentaires.

Pour renouveler sa flotte long courrier, United Airlines, plus gros client d'Airbus aux Etats-Unis, fait jouer la concurrence. La troisième compagnie aérienne américaine a passé ce mardi une commande ferme de 25 airbus A350 XWB ("extra wide body", fuselage très large) et de 25 Boeing B787. Au tarif catalogue, cette commande représente 9 milliards de dollars (6,1 milliards d?euros).

Les premiers exemplaires sont attendus pour 2016. United se donne trois ans, à compter de cette date, pour retirer de son réseau intercontinental ses 25 Boeing B747-400 et ses 35 B767-300 qui auront alors, en moyenne, plus de vingt ans.

La compagnie, membre de Star Alliance, envisage également d?acheter par la suite 50 exemplaires supplémentaires de chaque modèle qui font dès aujourd'hui l'objet d'options. United est l?un des rares clients américains d?Airbus. Sa flotte court et moyen courrier comprend plus de 150 "monocouloirs" (A 319 et A 320). La compagnie américaine est, à ce jour, celle qui offre le plus de capacité entre les Etats-Unis et la Chine.

Le fabricant britannique de moteurs Rolls-Royce a annoncé le même jour avoir décroché auprès d'United Airlines une commande d'une valeur totale dépassant 2 milliards de dollars au prix catalogue. United a commandé au motoriste des moteurs Trent XWB, destinés à équiper sa future flotte d'Airbus A350 XWB et de Boeing "Dreamliner". Le contrat décroché par Rolls-Royce inclut également la maintenance à long terme des moteurs.

Par ailleurs, la compagnie aérienne irlandaise Ryanair va sans doute renoncer in extremis à commander 200 avions à Boeing car le constructeur américain veut modifier ses modalités de livraison, a déclaré ce mardi son directeur général Michael O'Leary.  Il avait averti le mois dernier que les discussions sur ce projet de commande de 200 appareils livrables entre 2013 et 2016 n'avaient que peu progressé et que la situation risquait de pénaliser la croissance de Ryanair . Airbus pourrait en profiter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :