Boeing explique l'incident sur le B787 Dreamliner, suspendu de vols d'essai

Après "du plus sérieux incident depuis le début des essais" causé par l'incendie d'un tableau électrique, l'avionneur américain a décidé de clouer au sol les six appareils participant au programme de certification du long courrier.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)

Boeing ne souhaite ne prendre aucun risque. Au lendemain de l'atterrissage d'urgence d'un 787 Dreamliner, l'avionneur américain a suspendu mercredi tous les vols d'essai après qu'un feu se soit déclaré à bord de l'un des six exemplaires participant au programme de certification de son long courrier.  Ce vendredi, l'avionneur américain révèle que cet incendie est lié à une défaillance d'un tableau électrique qui a provoqué un début d'incendie des matériaux d'isolation. Le groupe a ajouté qu'il poursuivait les vérifications des installations entourant le tableau électrique et qu'il faudrait plusieurs jours pour les achever. Boeing se dit "déterminé à prendre les mesures appropriées requises pour remettre le reste de la flotte d'essai en service", lit-on dans un communiqué.

Le système électrique avait été endommagé mais le pilote n'a pas perdu le contrôle de l'avion, avaiti précisé le directeur du programme 787, Scott Fencher. "Le feu s'est déclenché à l'intérieur de la cabine et a été éteint avant l'atterrissage" de l'appareil à Loredo au Texas, atterrissage suivi d'une évacuation d'urgence des 42 personnes se trouvant à bord (pilotes, équipage, ingénieurs, techniciens, personnel de l'aviation civile...). L'avion n'a pas été dérouté, a-t-elle précisé, car il était déjà en phase d'atterrissage. "Il s'agit du plus sérieux incident depuis le début des essais", a indiqué Scott Fencher.

Pour l'instant, Boeing n'a pas précisé l'impact éventuel de cette décision sur les livraisons du 787, dont la première est toujours prévue au premier trimestre 2011 à la compagnie japonaise All Nippon Airlines (ANA), avec...trois ans de retard sur le calendrier initial. « Il est trop tôt pour se prononcer », a expliqué Scott Fencher qui n'a pas souhaité faire de commentaires sur un éventuel impact sur le programme. Le groupe basé à Chicago indique qu'il va se concentrer sur les tests au sol durant la suspension des vols d'essai. Environ 2.300 heures de vol ont déjà été effectuées, a précisé l'avionneur, ce qui représente environ 65% du nombre d'heures nécessaires à la certification des avions équipés de moteur Rolls-Royce. L'avion victime de l'incident est le deuxième à avoir entamé les essais en vols. C'était le 22 décembre 2009, sept jours après le lancement de la campagne d'essais. L'avion ZA 002 totalisait 546 heures de vols au cours de 172 vols.

Les marchés redoutent en tout cas un nouveau délai, alors que le programme phare de Boeing (qui a déjà engrangé près de 850 commandes, un record avant le lancement d'un nouvel appareil) accuse déjà près de trois ans de retard par rapport au calendrier initial. Une éventuelle modification d'une pièce prendrait du temps et devrait être portée sur les 29 appareils déjà construits ou déjà en assemblage à Everett, près de Seattle. Outre ANA, JAL ou Air India sont concernés.  Le titre a chute de plus de 3% mercredi à Wall Street . La semaine dernière, la revue spécialisée Aviation Week avait en outre indiqué que Boeing aurait averti plusieurs compagnies aériennes que la livraison des appareils qu'elles ont commandés sera repoussée. Ces délais pourraient atteindre jusqu'à dix mois.
 

 

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.