Boeing 787 : Bombardier a renoncé aux batteries lithium à cause d'un risque élevé

 |   |  439  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président de la division avions commerciaux de Bombardier explique qu'au moment du lancement du C-Series en 2008, l'avionneur a préféré renoncer à des batteries lithium en raison des risques observés. Les enquêteurs américains sur les problèmes de batteries du B787 n'ont toujours pas trouvé la cause .

« Dès le début, pour les batteries (lithium-ion), on a dit non, il y a un risque élevé (...) on a pris la décision que compte tenu des risques, on allait rester avec des technologies connues ». Les propos de Mike Arcamone, le président de la branche aviation commerciaux de Bombardier interpellent alors que les batteries lithium-ion du Boeing 787 font l'objet d'une enquête aux Etats-Unis et au Japon après deux cas de surchauffe. Le géant canadien des transports avait envisagé de doter son nouvel avion C-Series (il a été lancé en 2008 et sa mise en service est prévue pour 2014) de batteries lithium-ion lors des premières études, mais cette piste a vite été écartée face aux risques de surchauffe. Lors des premières études réalisées pour la conception de la nouvelle gamme, « nos analyses ont démontré qu'il y avait un risque élevé d'augmentation de chaleur », a indiqué à l'AFP Mike Arcamone.

Les causes toujours inconnues

Des propos qui interviennent alors que l'agence américaine de sécurité des transports (NTSB), qui enquête sur le problème de batterie intervenu le 7 janvier à Boston sur un 787 de Japan Airlines, n'a toujours pas trouvé les causes du départ de feu à bord de l'avion. Dans un rapport intermédiaire dans lequel elle ne tire toujours aucune conclusion. « La NTSB continue aussi à examiner la conception, la certification et les procédures de fabrication du système de batterie lithium-ion du 787 ». Des auditions « pour fournir des informations supplémentaires afin de faire avancer l'enquête » sont prévues en avril. Ces auditions en avril ne signifient pas forcément que le 787 ne pourra pas revoler d'ici là, l'enquête de la NTSB n'étant, selon un porte-parole de l'agence, "pas liée" à l'examen en cours par le régulateur (FAA) des solutions proposées par Boeing pour rétablir l'autorisation de vol du 787. Selon l'agence Reuters, la FAA doit valider dans les prochains jours ces solutions.

La certification des futurs avions sera durcie selon EADS
Pour Tom Enders, le Président d'EADS, les problèmes rencontrés par Boeing vont compliquer la certification des futurs appareils. « Cela ne va pas la rendre plus facile", a-t-il dit. « Je pense que les autorités de certification, que ce soit la FAA (agence fédérale américaine de l'aviation, NDLR) ou une autre, sont probablement un petit peu « erveuses sur ces nouveaux avions qui sortent maintenant, sur les matériaux, les systèmes et les procédures", a-t-il souligné.
Airbus a décidé mi-février d'opter pour la prudence et de renoncer à ces batteries pour son A350.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2013 à 9:27 :
Intéressant, quid des voitures dotées de ce type de batteries?
Réponse de le 08/03/2013 à 10:45 :
On va voir les résultats avec la Zoé.
Réponse de le 08/03/2013 à 10:47 :
Ben, la voiture électrique peut prendre feu, tout comme une voiture à essence en fait ;) Ce n'est pas un vrai risque supplémentaire. Par contre, un feu dans un avion, c'est un souci, on ne peut pas s'arrêter au bord de la route et évacuer.
Réponse de le 08/03/2013 à 11:30 :
@claude34

Il est idiot de croire qu'aucun incendie en plein vol n'est possible avec des milliers de litres de kérosène stocké dans le réservoir alimentant de deux à quatre moteurs. Le véritable problème est humain: les experts des avionneurs ne maîtrisent pas la technologie Lithium-ion et ils sont bien incapables de trouver une solution aux avaries observées si tenté que la cause soit unique. Ils feraient mieux d'embaucher des experts de la NASA bien plus au fait des nouvelles technologies que de se fier à de vieux ingénieurs de l'aviation civile à quelques années de la retraite.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :