Boeing aurait trouvé une solution pour éviter la surchauffe des batteries des B787

 |   |  245  mots
Copyright Reuters
Selon l'agence Reuters, le constructeur compte agrandir l'espace entre les cellules des batteries lithium-ion. Air India indique que Boeing espère remettre en service le B787 en avril.

Plus d?un mois après l?arrêt des vols du B787 après deux incidents observés sur deux appareils le 7 janvier à Boston et le 16 janvier au Japon, Boeing aurait trouvé une solution pour résoudre les problèmes des batteries lithium-ion du B787, selon l?agence Reuters qui cite une source proche de Boeing,
« Les espaces entre les cellules (de cette batterie, ndlr) seront agrandis », a indiqué la source sous couvert d'anonymat. « Je pense que c'est ce qui explique la surchauffe ». La solution pourrait être d'installer des plaques de céramique entre chaque cellule de batterie et d'ajouter un conduit d'aération au caisson, a expliqué à Reuters Kiyoshi Kanamura, professeur de l'université de Tokyo qui a conduit des recherches avec plusieurs fabricants de batteries japonais.

Reprise des vols en avril
Ni l'autorité de l'aviation civile américaine (FAA) ni l'avionneur n'ont souhaité s'exprimer sur le sujet.
Le PDG d?Air India, Rohit Nandan, a assuré que Boeing espérait remettre l?appareil en service début avril. Interrogé sur une possible remise en service en avril, un porte-parole de Boeing à Seattle s'est contenté d'affirmer que « de bons progrès (étaient) en train d'être réalisés ».
« La décision de remettre en service l'avion sera prise par la FAA, et seulement une fois que Boeing lui aura prouvé que la solution est appropriée", a déclaré Kelly Nantel, porte-parole du NTSB. "Nous continuons à enquêter sur les causes du court-circuit. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/02/2013 à 15:23 :
Ce n'est pas la solution, si ça a chauffé, ça recommencera, et il n'est pas raisonnable de seulement envisager d'isoler et refroidir...Il ne faut pas que ça chauffe. Du bricolage n'est jamais une solution durable.
Réponse de le 06/03/2013 à 19:17 :
Oui et non... Bien sur que ca chauffe, on le sait et c'est normal (réaction chimique), de même qu'un moteur à combustion chauffe, et c'est normal aussi. Si on comprend mieux ce qui se passe et que l'on peut calculer le dégagement de chaleur en situation extrême, alors on pourra aussi calculer la taille du processus de refroidissement nécessaire. Tout cela n'est pas du bricolage mais bien de l'ingéniérie...
a écrit le 21/02/2013 à 14:23 :
Pour éviter la surchauffe des batteries, il suffi de les tremper dans un seau d'eau tenu par une hautesse de l'air .
Élémentaire mon cher Watson.
a écrit le 21/02/2013 à 13:37 :
En résumé : on met en place une solution, mais on ne connait pas le problème. Vus les enjeu, c'est à la fois risqué mais obligatoire pour ne pas immobiliser toute la flotte de 787. Suite au prochain épisode.
Réponse de le 21/02/2013 à 14:12 :
non ! ce n'est pas obligatoire . On peut aussi changer de batterie mais cest plus compliqué .La batterie est un élément de sécurité essentiel dans l' avion et faire l' impasse même temporaire, sans avoir compris , est dangereux et pourrait se révéler criminel .
a écrit le 21/02/2013 à 11:41 :
Cela ressemble fortement au problème d'avoir valider les sytèmes par partie, et pas en fonctionnement dans leur ensemble. Cela sent la bataille d'avocats entre Boeing et les concepteurs de sous ensembles.
Réponse de le 24/02/2013 à 17:03 :
Toutes les batteries au lithium du commerce (APN, portable, "xxx"PAD, etc... sont équipées d'un dispositif de contrôle du courant de charge ou de décharge piloté entre par des capteur de température placés sur les enveloppes des éléments des batteries ce qui permet d'enrayer les problèmes connus d'emballement thermique de ces types de batteries.
Qu'a fait Boeing ?
Ces batterie ne sont pas utilisées particulièrement par des dispositifs "sécuritaires" mais surtout elles fournissent l'énergie nécessaire des dispositifs "hydrauliques" conventionnels.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :