Mais quand revolera le Boeing 787 ?

 |   |  664  mots
Copyright Reuters
Alors que United a évoqué une reprise des vols le 12 mai, ANA a annulé tous ses vols jusqu'à fin mai, tandis que LOT a fait une croix sur l'exploitation du B787 jusqu'à fin octobre. Boeing a proposé une solution aux autorités américaines de l'aviation civile.

Quand le Boeing 787 revolera t-il ? Six semaines après l'interdiction de vols des 50 appareils en exploitation, les compagnies aériennes manquent toujours cruellement de visibilité sur la remise en service des B787. « La date de la reprise reste inconnue », a indiqué à l'AFP un porte-parole d'All Nippon Airways. Les transporteurs sont donc fortement pénalisés pour élaborer leur programme de vols pour les prochains mois, lesquels impliquent l'organisation des plannings des avions et des équipages. Déjà en temps normal, ces programmes font l'objet d'un travail de longue haleine en amont (quelles destinations à desservir, avec quel type d'appareil...) et couvrent l'ensemble d'une saison, été ou hiver, la première allant de fin mars à fin octobre, la seconde de fin-octobre à fin mars. « C'est un problème énorme pour les compagnies », a déclaré Tony Tyler, le directeur général de l'association internationale du transport aérien (Iata).

Plus de 5.000 vols annulés pour ANA

Face à ces incertitudes, les compagnies n'ont pas toutes réagi de la même façon. All Nippon Airways a, jusqu'ici, procédé à des annulations sur des périodes relativement courtes, le temps d'y voir plus clair sur la durée d'immobilisation de l'appareil. C'est ainsi que la compagnie japonaise a, dans la foulée de l'immobilisation le 16 janvier, annulé des vols jusqu'à mi-février, avant d'étendre très rapidement cette mesure jsqu'à fin mars. Aujourd'hui, ANA n'espère plus une remise en service du B787 dans les prochaines semaines et a étendu la période d'annulations des vols du 787 jusqu'à fin mai. Ainsi, après avoir déjà annulé 3. 601 vols, All Nippon Airways a annoncé ce lundi une nouvelle vague d'annulations de 1.714 vols en avril et mai, parmi lesquels 464 liaisons internationales, dont des vols reliant Tokyo à Séoul, Seattle et Francfort). Ces annulations couvrent donc la période cruciale de la « Golden Week », une série de jours fériés au Japon fin avril- début mai. ANA se donne ainsi un peu de souplesse si l'appareil recevait en mars l'autorisation de revoler.

Solution

Boeing a proposé vendredi une solution pour permettre de lever cette interdiction de vol du 787 et les autorités fédérales de l'aviation l'étudient. Selon des informations de presse, il s'agirait d'entourer chacune des huit cellules des batteries lithium-ion d'une boîte isolante, en titane par exemple, pour éviter la contamination d'une éventuelle surchauffe ou d'un court-circuit à l'ensemble de la batterie.

Reprise des vols le 12 mai pour United?
Jeudi dernier, United indiquait qu'elle repoussait au 12 mai au plus tôt la reprise des vols. "Nous retirons le 787 de notre programme de vols jusqu'au 5 juin, à l'exception de la liaison Denver (Colorado) vers Narita (Japon), que nous comptons relancer le 12 mai", avait expliqué à l'AFP une porte-parole de la compagnie qui avait fait part deux jours auparavant de son intention de faire revoler ses 787 à la fin mars au plus tôt.

Zéro tolérance
Richard Aboulafia, de Teal Group, juge que l'avion pourrait en effet revoler dès le mois d'avril si la solution proposée par Boeing est validée par la FAA. Mais il juge cette possibilité peu probable. "La FAA parle de zéro tolérance et ils accepteraient une solution fondée sur une gestion des incendies? Cela n'a pas de sens". Pour lui, la FAA n'acceptera ce remède que si l'avionneur propose parallèlement une solution plus globale.

La mesure radicale de LOT
C'est pour éviter ce manque de visibilité que d'autres compagnies, comme la polonaise LOT, ont pris des mesures radicales. Mi février, le transporteur polonais a décidé de faire une croix sur le B787 durant toute la saison estivale, qui s'achèvera fin octobre. Pour pallier la gêne, LOT va louer des B767 ou des B777. Pour autant, ce type de décision est d'autant moins compliquée à prendre que la compagnie polonaise ne compte que deux B787 dans sa flotte. C'est effectivement plus problématique pour ANA qui dispose de 17 appareils.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2013 à 11:47 :
Il en faudra du courage pour monter ds cet avion(787) si ces solutions etaient retenues! Non seulement ils veulent rajouter un corps etranger ds leur batterie (ceramique),pourquoi pas!mais il faudrait le tester sur le long terme!et non pour l immediat! En faite ,comme il ne savent pas resoudre le pb,ils proposent un paliatif: renfermer les batteries ds 1 caisson etanche ,avec aeration (tous ca pour contenir le feu eventuel ou emanations!). J appelle ca un INSERT!!et les ingenieurs de Boeing des Mac Gyver.Imaginons :L avion revole ,il y a surchauffe,sur 2 caissons l avion ne brule pas,mais il y a plus d electricite,il tombe! Il faudra qu il supprime ces batteries au litium,par ds batteries classiques,(ce qui n a pu etre fiabilise en 10 ans ne pourra l etre ne 6 mois!) Ca coutera 200 ou 1000kg de plus,,sinon je ne le vois pas autorise de vol ,avant plus d un an et encore! Apres avoir fait 1 avion prometteur,ils vont le transformer en un DC10 de triste memoire!
a écrit le 26/02/2013 à 1:02 :
Il vaut mieux un retard qu'un crash ! Un crash du 787 et cet avion sera cloué au sol à jamais car personne ne voudra le prendre ! Boeing ne prendra pas ce risque.
a écrit le 25/02/2013 à 23:44 :
Les batteries sont "made in japan". Renseignez-vous avant d'écrire des bêtises !!
a écrit le 25/02/2013 à 22:53 :
Voila ce qui arrive quand on laisse les manettes aux commerciaux et aux gens du marketing !!!!!
a écrit le 25/02/2013 à 17:46 :
Quand? Lorsqu'on lui aura remis des tuyaux, des pompes et du liquide hydraulique. Comme pour les humains, le liquide hydraulique étant remplacé par le sang. On ne change pas une solution qui fonctionne depuis des millénaires.
Réponse de le 25/02/2013 à 19:06 :
Preuve flagrante que vous ne connaissez rien à ces deux technologies. L'une comme l'autre ne sont pas une question de temps, mais d'adaptation à l'environnement.
a écrit le 25/02/2013 à 17:34 :
le 787 , revolera quand Boeing changera les batteries Made In France EADS ,par une autres solution technique...
Réponse de le 25/02/2013 à 20:40 :
Pouvez-vous préciser cette histoire de batterie made in France?
Réponse de le 26/02/2013 à 2:24 :
@pipo: C'est inutile de répandre de fausse info. Ça montre bien ton inculte en matière. La batterie sur les 787 sont d'origine Japonaise. En ce qui concerne batterie MADE IN FRANCE, ce n'est pas EADS qui en fabrique. Le fabriquant batterie Français est SAFT.
a écrit le 25/02/2013 à 17:22 :
Pas très sérieux nos "amis" américains:Ca chauffe, alors on va mettre un p'tit peu d'isolant.. avec du titane et s'il y a le feu...Hé ben... on envoie les pompiers avec la grande échelle...ou le croque-mort.
a écrit le 25/02/2013 à 17:12 :
Les Polonais sont dans l'Europe, mais ils achètent leurs avions militaires et civils aux US.
La prochaine fois ils achèteront des Rafales et des Airbus.
Réponse de le 26/02/2013 à 8:31 :
Votre commentaire n'a aucun sens, chez vous tout est français, j'en doute. C'est le petit bout de la lorgnette. On vendrait à qui nos Airbus et nos voitures. Avec des raisonnements comme le votre notre petite entreprise qui travaille uniquement pour l'export hors de l'Europe on pourrait fermer et nous serions tous sur le carreau.
a écrit le 25/02/2013 à 16:48 :
Bon. Pour ceux qui auraient loupé le début de la saga, celle-ci a démarré, entre autre, par de "petits" désagréments tels des parties de fuselage non assemblables, car de dimensions différentes, des ancrages de portes modifiés après études, des isolations de dernière minute de contacts polymères-métal, car créant des boucles de corrosion, une phase de tests comme une certification quasiment sabotés (on dit "alarache", dans le job d'ingé), "certification" faite par des gens ne connaissant rien aux polymères, c'est la première fois qu'ils en voyaient dans un zing à cette dose et à ces endroits. Donc, là, sous couvert des seuls pb de batterie, qui auraient pu être réglés même provisoirement par une batterie de tracteur avec 80 Kg en plus, les cowboys sont en train de faire une revue de TOUS les autres pépins soit, le kérosène qui fuit, les hublots qui pètent, le polymère qui travaille bien plus que l'acier, etc, etc... Bref, poudre aux yeux habituelle de leur part.
Réponse de le 27/02/2013 à 9:55 :
Si il n y avait que çà...Il part en morceau par délamination, son système informatique est perméable aux pirates, le caisson centrale a du être renforcé, il est trop lourd en donc ne remplit pas les engagements de consommation annoncés, etc etc ça dépasse les problèmes de jeunesse, c'est la conception qui est mauvaise...
a écrit le 25/02/2013 à 16:40 :
Dit quand revoleras-tu au moins le sais-tu. (BARBARA)
a écrit le 25/02/2013 à 15:04 :
La solution des plaques en titane ne resoud en rien le probleme de fond qui est un probleme intrinseque a la batterie. Si le probleme de l'emballement thermique est confirme alors il peut s'agir d'un probleme serieux chimique. Il serait peut-etre plus sage de remplacer ces batteries Lithium ion par des elements secs a base de Lithium Metal Poymere LMP.
Réponse de le 25/02/2013 à 16:05 :
Notes, vu les fuites de kérosène, il serait peut-être plus sage de fournir des sacs de sable aux passagers. Et comme ils sont pas mal croyants là-bas, une bible, aussi.
a écrit le 25/02/2013 à 14:33 :
Ce soir, on vous met, ce soir on vous met le feeeu.
a écrit le 25/02/2013 à 14:30 :
"Ca peut bruler, mais on gère..." Ils m'éclatent, les cowboys...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :