STX remporte une commande de deux navires de luxe

 |   |  314  mots
Les Edge 1 et 2, dont la construction débutera à l'été 2016, devraient représenter environ 11 millions d'heures de travail pour STX et ses sous-traitants sur les trois prochaines années.
Les Edge 1 et 2, dont la construction débutera à l'été 2016, devraient représenter "environ 11 millions d'heures de travail" pour STX et ses sous-traitants sur les trois prochaines années. (Crédits : reuters.com)
La lettre d'intention signée entre STX et pour Royal Caribbean Cruises Ltd (RCCL) assure aux chantiers navals de Saint-Nazaire "une profondeur de carnet de commandes jusqu'en 2020".

Les chantiers navals STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) ont annoncé jeudi soir avoir signé une "lettre d'intention de commande" de deux nouveaux navires de croisière qui leur assure "une profondeur de carnet de commandes jusqu'en 2020".

Ces "navires de grand standing" ont été commandés par Celebrity Cruises, la "marque premium" de l'armateur Royal Caribbean Cruises Ltd (RCCL), dont une autre filiale avait déjà commandé à STX en décembre 2012 et en mai 2014 les Oasis III et IV, les deux plus grands paquebots au monde.

11 millions d'heures de travail

Les Edge 1 et 2, dont la construction débutera à l'été 2016, devraient représenter "environ 11 millions d'heures de travail" pour STX et ses sous-traitants sur les trois prochaines années, précisent les ex-chantiers de l'Atlantique. Longs de 300 mètres et larges de 38, ils seront équipés de 1.450 cabines et pourront accueillir 2.900 passagers.

Numéro deux mondial de la croisière basé à Miami (Floride), RCCL est un "client historique" des chantiers de Saint-Nazaire, dont la première commande remonte à 1985. Douze navires leur ont ainsi été confiés entre 1987 et 2002, sans compter les deux Oasis en construction et les deux Edge à venir.

La charge des bureaux d'étude complète jusqu'à 2016

STX se réjouit:

"La charge des bureaux d'étude est à présent complète pour les années 2015 et 2016".

"La charge des ateliers de coque métallique est quant à elle complète jusqu'à début 2019, avec une probabilité de sous-charge le printemps prochain en voie d'être absorbée pour partie".

Cette commande survient alors que des doutes planent sur le sort de deux porte-hélicoptères Mistral construits par les chantiers navals pour le compte de DCNS, dont la livraison à la Russie a été reportée "jusqu'à nouvel ordre" par l'Elysée. STX avait également dû renoncer à la commande d'un "ferry écologique" pour Brittany Ferries, son client n'ayant pas pu boucler son plan de financement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2014 à 18:01 :
Je pense que c'est la réponse des américains face à l'inquiétude des français.
La valeur du contrat est estimée à 1,2 milliards d'euros mais le plan financier n'est pas encore fini d’où juste une lettre d'intention pour le moment.
Quand aux BPC je pense qu'on va soit les intégrer dans la Marine Nationale, soit les vendre à un pays allié... peut être le Canada ?
a écrit le 05/12/2014 à 13:07 :
Désolé mais on se trouve encore devant un papier plutôt bidon. Il ne pipe pas mot du montant du prix de ces bateaux car il n'y en a pas. D'ailleurs avoir signé une "lettre d'intention de commande" et parler d'une "commande" ce n'est pas du meilleur journalisme. Mais bon, pour l'Elysée il va falloir toujours des bobards pour compenser le prix à payer pour la non-vente des Mistral à la Russie.
Réponse de le 05/12/2014 à 15:26 :
roro aime le rififi.
les loulous geignards aussi, c'est bidon.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :