Airbus : le deuxième semestre sera sportif pour atteindre les objectifs de livraisons d'avions

 |   |  608  mots
(Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
En raison des difficultés de certains fournisseurs, la production d'A320 Neo et d'A350 souffre. Le groupe compte rattraper son retard au deuxième semestre et maintient ses objectifs de livraisons pour l'année.

Le deuxième semestre s'annonce sportif chez Airbus. Le constructeur aéronautique a maintenu ce lundi son objectif de livrer au moins 650 appareils en 2016, 15 de plus que l'an dernier. Un objectif extrêmement ambitieux dans la mesure où, aujourd'hui, en raison de la défaillance de certains fournisseurs sur l'A320 Neo et l'A350, Airbus est en retard sur son plan de marche. Ses livraisons, qui assurent l'essentiel du chiffre d'affaires, sont en retrait de 9,7% par rapport à la même époque de l'an dernier. A fin avril en effet, le constructeur européen pointait avec une vingtaine d'avions en moins au compteur par rapport à l'an dernier : 177 contre 196.

Pour atteindre ses objectifs, Airbus devra donc livrer au cours des huit derniers mois de l'année 34 avions de plus qu'au cours de la même période de l'année 2015. Soit un rythme d'environ 60 livraisons par mois en moyenne d'ici à la fin de l'année, deux par jour ! En mai, Airbus en livré une cinquantaine d'appareils.

L'objectif est "atteignable"

Aussi difficile soit-il en raison de la difficile montée en cadence de l'A320 Neo et de l'A350, "l'objectif est atteignable" a déclaré ce lundi le directeur des programmes d''Airbus Didier Evrard, lors des Innovations Days qui se déroulent à Hambourg. Ceci alors que seuls 6 A320 Neo et 9 A350 ont jusqu'ici été livrés.

Sur l'A320 Neo, Airbus compte rattraper son retard au deuxième semestre. Les soucis observés sur les moteurs Pratt & Whitney (de "temps de mise en route" du moteur, de "messages d'erreur" inexpliqués d'un des ordinateurs de bord et de qualification de pièces du système hydraulique) sont en passe d'être résolus. Ils seront réglés d'ici à cet été assure l'avionneur. A partir de ce moment-là, tous les avions déjà prêts qui attendent les moteurs de Pratt & Whitney à Toulouse ou Hambourg seront équipés de leurs moteurs et pourront être livrés.

"Cela peut aller très vite", explique-t-on chez Airbus.

Obtenue ce mardi, la certification des moteurs Leap de CFM International, la co-entreprise du français Safran et de l'américain General Electric (GE), l'autre motoriste des A320neo, permettra également à Airbus d'améliorer la situation. La mise en service des appareils équipés de moteurs Leap est prévue cet été.

Néanmoins, l'avionneur a reconnu pour la première fois qu'il livrerait moins d'A320neo que prévu cette année, anticipant des livraisons de la version actuelle de l'A320 pour combler les manques dans sa chaîne de production.

"Nous utilisons la flexibilité que nous avons sur les A320 actuels pour compenser certaines de nos difficultés sur les A320neo", a déclaré Tom Williams, directeur général adjoint d'Airbus.

Les A320neo ne devraient pas représenter plus de 20% des A320 livrés.

Zodiac toujours à la peine

Le défi est encore plus grand pour l'A350 qui souffre des difficultés de certains équipementiers, comme Zodiac, de fournir dans les temps et avec la qualité requise des équipements de cabine, notamment les sièges d'avion et des toilettes. Seuls 9 A350 ont été livrés depuis janvier et le groupe compte en livrer au moins de 50.

Cathay Pacific a indiqué sur Twitter avoir reçu son premier A350 ce week-end à la suite de retards que des sources industrielles ont attribués à la fourniture d'équipements de Zodiac Aerospace.

Plus d'une quarantaine d'A350 se trouvent dans la ligne d'assemblage final de Toulouse à des stades d'avancement variables. "Il y a une course contre la montre pour équiper les avions de cabines et terminer leur assemblage", a expliqué Klaus Richter, responsable des approvisionnements chez Airbus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :