Emirates achètera plus d’A380 classiques si Airbus renonce à l’A380 Neo

 |   |  399  mots
La compagnie de Dubai pourrait porter sa flotte d'A380 à 200 appareils lorsqu'elle déménagera vers le deuxième aéroport de Dubaï, ce qui ne devrait toutefois pas intervenir avant 2023.

Tim Clark est-il devenu fataliste ? Alors qu'il presse Airbus depuis bientôt trois ans à lancer une version remotorisée de l'A380 (A380 Neo pour new engine option), l'emblématique directeur général d'Emirates a tenu ce mardi, en marge des résultats annuels du groupe, un discours beaucoup plus mesuré sur le sujet,  En effet, Tim Clark a indiqué qu'Emirates commandera davantage d'exemplaires de la version actuelle de l'A380 si Airbus décidait de ne pas lancer de version remotorisé.

"S'ils décident de ne pas se lancer dans le Neo, nous achèterons davantage d'exemplaires de l'A380 actuel. Nous en avons commandé 140, nous en avons 77 pour l'instant donc il nous en manque quelques uns", a-t-il dit.

On est loin de la pression exercée ces dernières années quand la compagnie promettait de renouveler la totalité de sa flotte d'A380 commandés par une nouvelle version de l'appareil.

Quel avenir pour l'A380?

Mais avant de penser à une éventuelle une version du superjumbo, Emirates semble vouloir déjà s'assurer que la production de la version actuelle continuera. Airbus a annoncé le mois dernier qu'il prévoyait de réduire la cadence de production de l'A380, dont il peine à relancer les ventes, pour se concentrer sur le développement d'une version élargie du long-courrier A350.

Tim Clark a dit qu'Emirates pourrait porter sa flotte d'A380 à 200 appareils lorsque la compagnie déménagera vers le deuxième aéroport de Dubaï, ce qui ne devrait toutefois pas intervenir avant 2023.

"A la question de savoir si cela est suffisant pour convaincre Airbus de poursuivre la production, c'est à eux de répondre, ils doivent en vendre plus et ils s'y emploient avec beaucoup de force", a-t-il déclaré. Emirates envisage aussi une commande de 50 à 70 Airbus A350 ou 787 Dreamliner de Boeing.

La production de l'A350 a aussi été confrontée à des problèmes dans la chaîne d'approvisionnement, ce qui a retardé ses livraisons.

"D'ici à ce que nous prenions une décision et d'ici à ce qu'(Airbus) soit en mesure de fournir ce que nous voulons, le calendrier sera 2019-2020", a dit Tim Clark. "J'espère donc que d'ici là Airbus aura réglé les problèmes (de production) concernant l'A350. Et que de la même manière le 787 sera un programme mûr."

 Lire ici : A380, Airbus a-t-il eu raison trop tôt?

A380, le casse-tête de la remotorisation

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :