Airbus : les livraisons d'avions s'effondrent, les avions sont stockés

 |   |  653  mots
La baisse drastique de la production va provoquer d'énormes sureffectifs parmi les 135.000 salariés que compte le groupe.
La baisse drastique de la production va provoquer d'énormes sureffectifs parmi les 135.000 salariés que compte le groupe. (Crédits : Fabian Bimmer)
Selon nos informations, Airbus n'a livré qu'une quinzaine d'avions en avril. L'avionneur est obligé de stocker les appareils construits. Après avoir baissé ses cadences de 30% à 35%, Airbus réévaluera son plan de production en juin. La baisse de voilure va se traduire inévitablement par des baisses d'effectifs.

Une quinzaine. C'est, selon nos informations, l'ordre de grandeur du nombre d'avions commerciaux livrés par Airbus en avril. Le groupe aéronautique a confirmé en annonçant 14 livraisons. Ce niveau extrêmement bas marque l'accélération de la chute continue des livraisons observée en février (55 avions) puis en mars (36 avions). Au regard de la crise sans précédent que traversent les compagnies aériennes, cette chute n'est pas surprenante. À l'arrêt ou presque depuis fin mars, sans grande visibilité pour la reprise et encore moins sur leur avenir, les transporteurs aériens ont davantage besoin de préserver leur trésorerie que d'acheter des avions neufs. Par ailleurs, les mesures de confinement et les fermetures des frontières empêchent les rares clients souhaitant prendre leurs appareils de se rendre dans les centres de livraison. Au premier trimestre déjà, soixante avions n'avaient pu être livrés pour cette raison.

Les avions sont stockés

Les appareils sont donc stockés. Airbus dispose de capacités de stockage sur ses sites, mais aussi sur d'autres aéroports européens. Quelle que soit leur avancée dans la chaîne de production, ces reports de livraisons sont toujours complexes à gérer. Ils le sont d'autant plus quand les spécificités demandées par les clients ont déjà été installées. Et celles-ci peuvent être intégrées très tôt en amont, comme dans le cas des gros-porteurs.

En cas de reports de livraison très longs, Airbus sera peut-être amené à recaser les avions en les écoulant auprès d'autres compagnies. Pour cela, il devra modifier la cabine. Airbus sait faire. Mais ce travail est compliqué. Surtout sur les gros-porteurs où les éléments de personnalisation de la cabine sont beaucoup plus importants que sur les avions monocouloirs.

Réduction de la production

Pour Airbus et ses fournisseurs, le choc est terrible. Alors que tous les acteurs se préparaient en début d'année à augmenter les cadences pour accompagner la croissance du transport aérien, ils doivent faire machine arrière en un temps record. Décidées il y a trois semaines, les cadences de production d'Airbus ont été réduites d'un tiers, passant de 60 à 40 appareils par mois pour les appareils de la famille A320, d'une dizaine à 6 par mois pour l'A350, et de 3 à 2 par mois pour l'A330. Pour autant, une nouvelle révision à la baisse n'est pas à exclure en juin à l'occasion de l'ajustement du plan de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/05/2020 à 10:35 :
Découvrez la manière dont la Chine a dépecé un Airbus A320 pour le copier au profit de son avion commercial, lisez "L'empreinte du Dragon" de Jean Tuan chez C.LC. Editions. Une lecture édifiante et jubilatoire ! Disponible en librairie et sur les sites internet.
Réponse de le 11/05/2020 à 9:25 :
Ce que les chinois ont fait, tout les pays le font depuis que l'industrie existe. Une fois que vous avez vendu un objet à un client, ce dernier en fait ce qu'il veut. Mais démonter est très facile et après la fabrication des pièces du sous ensemble, c'est une autre paire de manches... Le rétro engineering est quelque chose qui prend beaucoup de temps....
a écrit le 10/05/2020 à 10:29 :
Découvrez la manière dont la Chine a dépecé un Airbus A320 pour le copier au profit de son avion commercial, lisez "L'empreinte du Dragon" de Jean Tuan chez C.LC. Editions. Une lecture édifiante et jubilatoire ! Disponible en librairie et sur les sites internet.
a écrit le 09/05/2020 à 18:22 :
Sa tombent bien , l'Europe attends ses A400M et nos A330MTT ...
Apres tous , nos forçe armee sont des clients comme les autres....
Mais , bon comme toujours nous passerons Apres et nous entendons les demande d'aides financières...
a écrit le 09/05/2020 à 17:21 :
Et pourquoi toutes les lignes d'assemblage des avions reussis sont en Allemagne comme la ligne d'A321 par exemple et il ne sont pas en France et au contraire les lignes d'A380 qui est nul par rapport aux commandes sont en France?
a écrit le 09/05/2020 à 12:00 :
A savoir qu'Air bus à l'exportation nous ramène des devis , comme un petit nombre d'autres entreprises ( Il n'y en a pas tant que ça ! ). Si nous n'exportons plus => plus de devises....
Dans le temps les chinois nous achetaient des produit alimentaires car de bonnes facture . Depuis nous ( les Lobby ) avons << aménagé >> notre label Rouge et autre, au point que même lui n'est plus une garantie .... Et on parle d'écologie! .Une idée Reste plus qu'a exporter de la main d'oeuvre comme ce fut le cas des Polonais, Yougoslave , Italiens jadis vers la France! Avec l’espoir qu'ils envoient leurs paie vers la France!
a écrit le 08/05/2020 à 11:39 :
Je vais acheter un terrain et un A350 à mettre dessus pour l'habitation, peut etre sans les ailes, j'ai deux euros à y consacrer c'est bon, ok ? vendu !
a écrit le 08/05/2020 à 10:06 :
2 mois sans avions, finalement, on se passe très bien de ce moyen de transport parmi les plus polluants . L'amélioration du climat est vraiment perceptible, on peut espérer que la leçon sera retenue, et qu'enfin, on utilisera pas autant d'énergie pour le tourisme de masse
et que les entreprises utiliseront le TV travail ou la vidéo pour les conférences.
Réponse de le 08/05/2020 à 11:02 :
@BA: Il n'est pas interdit de penser qu'on reviendra à la marine à voile et même au char à voile; cela présentera quelques inconvénients pour les porte conteneurs et les paquebots de croisières.Et il y aura les jours sans vent...
Réponse de le 08/05/2020 à 12:02 :
On parle de 2-3 % des émissions carbones. Loin des transports terrestres. Oui, l'aéronautique doit améliorer sans cesse ses émissions, ce qu'elle fait. Non, c'est stupide de jeter avec l'eau du bain l'aviation (soit dit en passant les avions cargos continuent à voler). Et si on n'avait pu compter sur l'aviation pour livrer les masques depuis la Chine, on les attendrait toujours.
Réponse de le 09/05/2020 à 22:17 :
pendant quelques temps, le bilan va être médiocre, avec la distanciation, même avec l'air remplacé toutes les 2 min 1/2 (mi air extérieur mi air intérieur ultrafiltré), avoir moitié de passagers vs la capacité ça va rendre mauvais le bilan CO2/passager au km. Les avions modernes sont annoncés comme presque la consommation de ma voiture (208eHDi Pijot) mais sur longues distances (pour monter en Suède il me faut 2 jours). Plus un avion est rempli mieux c'est.
LeMatin ch : "Les prévisions météo souffrent du coronavirus. La chute du trafic aérien affecte le système d'observation météorologique sur la planète, s'inquiète l'ONU." (ils donnent les infos sur les vents en altitude, les vitesses, la température, tout ça est précieux. Il faudra lancer des ballons sonde pour faire les relevés ?)
a écrit le 08/05/2020 à 9:43 :
Comme quoi c'etait super malin de reprendre le boulot absolument au bout de 5 jours de confinement.

Bravo à la direction d'Airbus pour sa capacité d'anticipation du marché. Tout le monde avait prévu la baisse des livraisons sauf eux... Des capitaines d'Industrie... Seront-ils les derniers à quitter le navire? Pas sûr...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :