"La survie d'Airbus est en jeu, il faut agir maintenant pour reprendre le contrôle de notre destin" (Guillaume Faury)

 |   |  717  mots
(Crédits : Christinne Muschi)
Dans un contexte de crise sans précédent qui frappe le transport aérien, le patron d'Airbus a prévenu les salariés que des plans de réductions de coûts seraient nécessaires pour survivre. La trésorerie chute drastiquement et, après la réduction d'un tiers des cadences déjà décidée, une nouvelle évaluation du niveau de production à maintenir sera précisée d'ici deux à trois mois.

"La survie d'Airbus est en jeu". Le patron du groupe aéronautique et de défense européen n'y est pas allé par quatre chemins pour résumer aux salariés la situation à laquelle le groupe est confronté.

"Il s'agit d'une crise mondiale d'une magnitude jamais connue par notre génération. Malheureusement, l'industrie aéronautique se relèvera beaucoup plus faible et plus vulnérable qu'avant le début de la crise", a-t-il écrit aux salariés du groupe dans un courrier dévoilé par l'agence Reuters que La Tribune s'est également procuré.

Représentant le gros de son activité, sa branche de construction d'avions commerciaux est gravement menacée par la crise sans précédent qui frappe le transport aérien, aujourd'hui quasiment à l'arrêt à cause du Covid-19. À genoux, ne sachant pas si elles seront encore vivantes demain, les compagnies aériennes surveillent leur cash comme le lait sur le feu. L'heure est davantage aux reports de livraisons d'avions et aux annulations de commandes qu'à la réception des avions ou aux prises de commandes. Même quand le trafic reprendra, les compagnies devront se remettre de ce choc sans précédent et prendront du temps avant d'investir comme elles le faisaient jusqu'ici. La reprise sera en effet progressive. Par exemple, Ben Smith, le directeur général d'Air France-KLM, ne prévoit pas un retour de l'activité pré-crise avant 2022. Pour les constructeurs, cela pourrait être encore plus tard.

Lire aussi : Air France-KLM : la dernière copie du plan de sauvetage

Baisse d'un tiers la production

Il y a deux semaines, Airbus a déjà réduit sa production d'un tiers. Mais une baisse supplémentaire pourrait être décidée.

Guillaume Faury a voulu préparer les esprits :

"Nos nouveaux plans de production sur la partie aviation commerciale reflètent la gravité de l'impact de la crise sur nos clients et l'ampleur des risques encourus par Airbus et par nos fournisseurs. Les taux de production de nos avions sont maintenant de 30 à 35% inférieurs à nos plans précédents. En d'autres termes, en seulement quelques semaines, nous avons perdu environ un tiers de notre activité. Oui, un tiers. Et, franchement, nous devons nous préparer à ce que cela puisse encore empirer", écrit-il.

Selon lui, ce nouveau planning de production "restera valable le temps de finaliser notre évaluation de la situation et d'en tirer les conséquences". "Cela prendra probablement entre...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/04/2020 à 10:05 :
Airbus se rend compte que la croissance souhaitée dans l aerien est ubuesque?

La réalité est qu on vit dans un espace fini sous contrainte et que l homme est un animal quelconque.

Avion pollution co2 et inutilité à grande échelle.

Ce virus est une belle piqûre de rappel sur la folie du tout transport.

Soit Airbus fait des avions à empreinte écologique nulle soit ils sont morts et nous aussi.

Les chinois copient le 320 qui a 40 ans

Boeing doit repartir d une feuille blanche.

A terme le low cost va mourir ou alors l humain disparaîtra.

La crise écologique que nous vivons n est que le début de la fin...
a écrit le 28/04/2020 à 12:29 :
Je trouve le PDG d'Airbus très alarmiste ! Il devrait se réjouir ; plus de pression sur lui !

Avec l'argent magique de la BCE et de l'État français, Airbus ne risque rien !

Des milliards d'euros magiques tombent du ciel et sont distribués aux bons vouloirs de l'Administration sur les marchés !
Et Airbus se trouve être dans les petits papiers des génies de l'Administration européiste !

Dans ce contexte,
- Quel intérêt à s'efforcer d'être rentable ? Aucun !
- Quel intérêt à s'efforcer d'être productif ? Aucun !
- Quel intérêt à s'efforcer de tenir des objectifs ? Aucun !
- Quel intérêt à s'efforcer de se former ? ... intégrer la Nouvelle Nomenklatura peut-être...

Les airbusiens vont faire leurs 10h/12h-14h/16h réglementaires, sortir quelques avions et toucher leur part d'argent magique.

Quelques stakhanovistes médiatisés recevront des médailles en carton de la part de ces messieurs Macron, Le Maire et Le Drian et de cette madame Lagarde.

Tranquille...
Réponse de le 29/04/2020 à 1:47 :
Vous confondez Airbus et l'administration de vos rêves. Si cette société est vraiment aussi idyllique que vous semblez le croire, que n'en faites vous pas partie? De tels propos sont insultants pour tous les compagnons et employés qui contribuent au PIB de la France et à sa balance commerciale. Vous devez certainement avoir un travail exténuant, faites nous en part...
a écrit le 28/04/2020 à 11:05 :
Ça y est la France prends le chemin des pays du tiers monde !
Le dernier rempart économique va tomber ! Et nous avec malheureusement
a écrit le 28/04/2020 à 10:51 :
Mais comment font ils pour ne pas profiter, malgré cette crise qui touche tout le monde, des déboires de Boeing qui a fait le pire du pire à savoir mettre en vente un avion défectueux ???
Réponse de le 29/04/2020 à 19:16 :
Le transport aérien est à l'arrêt. Les compagnies suspendent, annulent ou repoussent les acquisitions d'avions neufs, or les vendeurs d'avions sont payés à la livraison. Pour accroitre la crise, les compagnies cessent les locations aux loueurs (qui baissent les prix pour refourguer leurs avions), et vendent d'occasion leurs vieux coucous. Le marché de l'occasion est débordé d'offre, ce qui accroit encore plus la crise du neuf. La crise va être durable dans ce secteur. Airbus est en meilleure position que Boeing, mais ne sera pas épargné pour autant.
a écrit le 28/04/2020 à 10:06 :
Pour connaître la manière dont la Chine a dépecé un Airbus A320 pour le copier au profit de son avion commercial, lisez "L'empreinte du Dragon" de Jean Tuan chez C.LC. Editions. Une lecture édifiante et jubilatoire ! Disponible sur amazon.fr et fnac.com
a écrit le 28/04/2020 à 9:38 :
Par des alliances on essaie de conserver une personne qui échoué à la tête d'une entreprise.
a écrit le 28/04/2020 à 9:38 :
Par des alliances on essaie de conserver une personne qui échoué à la tête d'une entreprise.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :