Crash de Lion Air : un capteur du Boeing 737 MAX en cause ?

 |   |  322  mots
(Crédits : Edgar Su)
Le constructeur aéronautique américain a publié de nouvelles instructions concernant un problème de sonde signalé par les autorités indonésiennes après le crash d'un 737 de la compagnie Lion Air qui a fait 189 morts la semaine dernière.

Un capteur du Boeing 737 MAX de Lion Air qui s'est abîmé en mer de Java la semaine dernière serait-il à l'origine du drame qui a fait 189 victimes? Aurait-il en effet-faussé des données transmises aux pilotes?

Pour rappel, treize minutes après le décollage du vol JT610 de Lion Air, le pilote de l'avion a demandé à faire demi-tour avant de perdre le contact avec les contrôleurs aériens.

Note aux compagnies aériennes

En tout cas, Boeing a annoncé mercredi avoir adressé une note aux compagnies aériennes rappelant aux pilotes le comportement à adopter en cas de données erronées en provenance des capteurs d'incidence à la suite de la chute d'un B737 MAX8 de la compagnie Lion Air la semaine dernière au large de l'Indonésie.

Après lecture de la boîte noire retrouvée, la commission indonésienne chargée de la sécurité dans les transports a indiqué que le B37 MAX qui s'est abîmé en mer avait reçu des informations erronées provenant de l'un de ses capteurs.

"Le comité de sécurité des transports indonésien a indiqué que le vol 610 de Lion Air a reçu des informations erronées d'un des capteurs d'incidence (AOA, Angle of Attack sensor)", a précisé Boeing.

Un angle trop élevé peut entraîner un décrochage

La sonde d'incidence mesure l'angle des ailes de l'avion par rapport au flux d'air et fournit des données cruciales pour les commandes de vol. Un angle trop élevé peut provoquer un décrochage de l'appareil. Mais Boeing ne précise pas si l'erreur se situe au niveau du capteur ou des systèmes avioniques, ou des deux en même temps, note un expert aéronautique qui ne souhaite pas être identifié, interrogé par l'AFP. Le communiqué de Boeing ne précise pas si cette note concerne uniquement le 737 MAX ou d'autres modèles d'avions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/11/2018 à 22:20 :
Je pense que vous n'avez pas lu la directive de Boeing jusqu'au bout !
Vous dites qu’un « angle d’attaque trop élevé peut entrainer un décrochage ».
Beaucoup plus précis, Boeing indique qu’en présence d’un capteur d’angle d’attaque renvoyant des valeurs incohérentes, le système de commande de vol ordonne automatiquement au stabilisateur horizontal une compensation en piqué, pouvant aller jusqu’en butée, et la répète toutes les 10 secondes tant que l’anomalie subsiste.
L’avion ne s’est donc certainement pas crashé suite à un décrochage (comme le vol Air France 447 Rio-Paris), mais plutôt parce que les ordinateurs l’ont envoyé en piqué vers le sol !
En revanche, vous posez une question pertinente en demandant si ce mécanisme de protection contre le décrochage existe depuis toujours sur les B737 ou bien si c'est une nouveauté de la version MAX. Dans ce cas, Boeing va avoir des comptes à rendre...
a écrit le 07/11/2018 à 19:02 :
un capteur de Thales ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :