Et François Hollande arbitra une nouvelle fois en faveur de la défense

 |   |  544  mots
Lors d'un conseil de Défense, François Hollande a accordé au ministère de la Défense un budget de 32,9 milliards d'euros environ pour 2016.
Lors d'un conseil de Défense, François Hollande a accordé au ministère de la Défense un budget de 32,9 milliards d'euros environ pour 2016. (Crédits : reuters.com)
François Hollande a une nouvelle fois arbitré en faveur du ministère de la Défense, qui était en rupture de paiement depuis le 12 octobre.

Entre l'Hôtel de Brienne et Bercy, François Hollande a une nouvelle fois arbitré en faveur du ministère de la Défense, qui était en rupture de paiement depuis le 12 octobre, comme l'avait expliqué fin octobre à l'Assemblée nationale le Délégué général pour l'armement (DGA), Laurent Collet-Billon, selon des sources concordantes. Entre ses deux amis de 30 ans, le président a fait il y a une dizaine de jours le choix de Jean-Yves Le Drian, son très fidèle grognard, en défaveur de Michel Sapin. Mais le chef de l'Etat en avait-il vraiment le choix? Le contexte international (menace terroriste de haut niveau, faiblesse voire absence de l'Etat dans certains pays comme la Libye, retour des stratégies des puissances comme la Russie, cyberattaques...) n'incitait pas non plus à baisser les bras.

Pourtant Bercy a livré cet automne une nouvelle guerre en coulisse pour rogner les crédits du ministère de la Défense. Une guérilla habituelle entre les deux administrations. Cette fois-ci, le différentiel entre les deux ministères était très, très important. Il s'élevait à près de 1,9 milliard d'euros, soit le montant des crédits gelés du programme 146 (1,858 milliards d'euros). Ce qui conduisait le ministère de la Défense à faire des choix drastiques, qui auraient pu conduire jusqu'à des abandons de programmes. Jean-Yves Le Drian est donc allé voir François Hollande pour lui rappeler à la fois ses promesses budgétaires aux militaires et la persistance des tensions internationales.

32,9 milliards d'euros en 2016

Finalement, lors d'un conseil de Défense, François Hollande a accordé à l'Hôtel de Brienne un "budget" de 32,9 milliards d'euros environ pour 2016. Soit près de 1 milliard d'euros de plus par rapport au budget voté en loi de finances (32 milliards d'euros, dont 270 millions de recettes exceptionnelles). Pourquoi ce bonus ? Pour payer le surcoût des opérations extérieures (OPEX) non budgétés par le ministère. Soit environ 800 millions d'euros en 2016 sur 1,2 milliard d'euros estimés par les armées.

Soulagés les militaires, qui demandaient au total 33,5 milliards, s'en contenteront, bien conscients et heureux d'être passés encore près d'une catastrophe budgétaire. Et Bercy respecte l'arbitrage présidentiel. Le ministère de la Défense peut payer ses fournisseurs grâce aux décrets d'avance prévoyant des ouvertures de crédits (programmes Equipement des forces 146 et préparation et emploi des forces 178).

Soulagement de Jean-Yves Le Drian

C'est également un soulagement pour Jean-Yves Le Drian, qui voulait à tout prix contenir le report de charges à 2,8 milliards, dont 1,6/1,7 milliard pour le programme 146. Ce sera encore le cas fin 2016. "Le report de charges est sous contrôle", a assuré le ministre le 10 novembre dernier à l'Assemblée nationale. La loi de programmation militaire (LPM) initiale et ses actualisations successives ont prévu de contenir le report de charges à 2,8 milliards d'euros d'ici à la fin de l'année 2019.

"Au début de la loi de programmation militaire, c'était 3 milliards, a rappelé Jean-Yves Le Drian. Eh bien j'ai tenu, alors qu'auparavant les reports constituaient une bosse que l'on ne cessait de pousser". L'hôtel de Brienne a gagné une nouvelle bataille. Mais quoi qu'il arrive la guérilla de Bercy va se poursuivre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/11/2016 à 16:05 :
Inde : Un appel d'offres pour un chasseur monomoteur, selon le Financial times.
Si c'est vrai, Dassault va se mordre les doigts d'avoir fermé l'usine à Mirages 2000.
a écrit le 27/11/2016 à 10:50 :
LA FRANCE ET TELLE OBLIGE DE S OCCUPE DE TOUT LES CONFL IS/ AU NON DE L EUROPE? LE RESTE DE L EUROPE DOIT PARTICIPE/ POURQUOI NOTRE PRESIDENT NE PRESENTE T IL PAS LA NOTE DE FRAIS A BRUXELLES/FAIRE LA GUERRE COUTE CHERS /CETTE ARGENT SERAIS MIEUX UTILSE DANS L ECONOMIE REELS PLUS PROCHES DES BESOINS DES FRANCAIS? ???
a écrit le 26/11/2016 à 23:00 :
Tant que Le Drian sera responsable de la Défense, tout se passera bien. L'idéal pour nous tous serait qu'il conserve cette responsabilité encore pendant un ou deux ans ?
a écrit le 26/11/2016 à 20:39 :
Quelque remarques: La Défense s'est le domaine de responsabilite du seul president ( pour les engagements) donc il me semble logique que soit payer les surcoûts des opérations.... Et dernierement , l'industrie de defense a vendu à l'exportation, avion de chasse Raffale, sous- Marin, et autre.... S'est donc des investissements en recherche qui rapporte à notre pays.... Ensuite avec la situation internationnal, le terrorisme intérieur, nous somme dans une période des plus dangeureux, il n'est pas question d'être faible sur les histoires de defense....
Réponse de le 28/11/2016 à 18:39 :
C'est pas parce que Dassault vend des Rafales que l'état récupère de l'argent dessus... Le seul et unique avantage est que les usines sont mise en route et que l'état peut acheter des pièces de rechanges moins cher. L'état vend et les industries de l'armement se frottent les mains !
a écrit le 26/11/2016 à 17:08 :
Défense, sécurité et administration pénitentiaire sont des priorités absolues que le réel nous impose. Il faut réduire la voilure sur tout le reste.
a écrit le 26/11/2016 à 14:22 :
Logique comptable....logique militaire et sécuritaire ....que souhaitent les citoyens au final? Comme d'habitude rien seul l'esprit moutonnier est à l'oeuvre.....
a écrit le 26/11/2016 à 10:56 :
et oui on a plus de munitions tel que l on met des armes américaines sous les ailes des rafales !
a écrit le 25/11/2016 à 22:49 :
Un report de charges, 2 à 3 Md€, qu'est-ce c'est exactement ? des factures impayées, des soldes reportées, des livraisons ou des engagements différés ?
Merci à M. Cabirol de son éclairage.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :