La Belgique va à son tour acheter le drone américain MQ-9B Reaper

 |   |  281  mots
Selon Washington, la flotte actuelle d'aéronefs de la composante aérienne belge ne s'est pas révélée suffisante pour soutenir des opérations ISR (Intelligence, surveillance & reconnaissance)
Selon Washington, la flotte actuelle d'aéronefs de la composante aérienne belge ne s'est pas révélée suffisante pour soutenir des opérations ISR (Intelligence, surveillance & reconnaissance) (Crédits : DR)
La composante aérienne belge, qui souhaite améliorer ses capacités ISR, va acheter quatre drones MQ-9B Reaper pour 600 millions de dollars.

Après la décision d'acheter des F-35, la Belgique a officiellement demander aux Etats-Unis de lui vendre quatre drones américains non armés, le MQ-9B Reaper, fabriqué par General Atomics Aeronautical Systems. Le montant du contrat est estimé à 600 millions de dollars. Washington a décidé d'approuver la vente à la Belgique du drone MQ-9B SkyGuardian piloté à distance (RPA) ainsi que deux stations de contrôle au sol. Les Belges souhaitent également un paquet de pièces de rechange pour une période de cinq ans. Le 25 mars 2019, l'Agence de coopération en matière de sécurité pour la défense a délivré la certification requise en avisant le Congrès de cette vente éventuelle.

La Belgique est le sixième pays européen à commander des drones Reaper (Espagne, France, Italie, Royaume-Uni et Pays-Bas). La Belgique a l'intention d'utiliser ses drones  pour assurer la défense de ses troupes déployées en opérations extérieures, la sécurité régionale, la sécurité intérieure ainsi que l'interopérabilité avec les partenaires des États-Unis et de l'OTAN. Selon Washington, la flotte actuelle d'aéronefs de la composante aérienne belge ne s'est pas révélée suffisante pour soutenir des opérations ISR (Intelligence, surveillance & reconnaissance).

Cette vente "permettra à la composante aérienne belge de mener des ISR étendus et persistants, y compris l'acquisition d'objectifs, la désignation d'objectifs, la fourniture de coordonnées de précision pour les munitions assistées par système de positionnement global (GPS), l'évaluation des dommages de combat, le renseignement des signaux, la communication et les relais de données", a précisé l'administration américaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/03/2019 à 21:19 :
Personne en Europe n'a été capable de construire un drone MÂLE ...
Esperons que la coopération militaire europeen permettrera dè regler çe probleme...
Apres tous se n'est pas technologiquement superieur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :