Le Royaume-Uni modernise son armée pour contrer de nouvelles menaces "méconnaissables"

 |  | 709 mots
Lecture 4 min.
Photo d'illustration: le 28 janvier 2020, le secrétaire britannique à la Défense, Ben Wallace, en civil, devant le 10, Downing Street, en compagnie de Sir Nick Carter, général de l'armée britannique et chef d'état-major de la Défense auquel le Premier ministre Boris Johnson a demandé le 5 mars de prolonger ses fonctions jusqu'à fin novembre 2021.
Photo d'illustration: le 28 janvier 2020, le secrétaire britannique à la Défense, Ben Wallace, en civil, devant le 10, Downing Street, en compagnie de Sir Nick Carter, général de l'armée britannique et chef d'état-major de la Défense auquel le Premier ministre Boris Johnson a demandé le 5 mars de prolonger ses fonctions jusqu'à fin novembre 2021. (Crédits : Peter Nicholls / Reuters)
Ben Wallace, le ministre britannique de la Défense, détaille ce lundi après-midi la stratégie de modernisation des forces armées du Royaume-Uni devant les députés, près d'une semaine après la décision de relancer la course à l'armement nucléaire. Le projet prévoirait une nouvelle réduction d'effectifs de 10.000 soldats, parallèlement à un accroissement des investissements dans des technologies comme des robots et des drones ainsi que dans les "cyber-guerres".

Le gouvernement britannique dévoile lundi sa stratégie pour adapter ses forces armées à l'évolution des menaces, prévoyant notamment de muscler ses capacités navales mais aussi, selon des médias, de réduire de façon importante les troupes.

Ce plan sera détaillé lundi après-midi devant les députés par le ministre de la Défense Ben Wallace, près d'une semaine après la décision du Royaume-Uni d'augmenter le plafond de son arsenal nucléaire, une première depuis la chute de l'Union soviétique.

Lire aussi : Boris Johnson veut augmenter de 45% l'arsenal nucléaire britannique

Cette annonce controversée était intervenue au terme de la revue stratégique du gouvernement en matière de sécurité, de défense et de politique étrangère, la première depuis la sortie complète du pays de l'Union européenne début janvier.

"Nous ne voulons pas de guerres, nous voulons les dissuader et être utiles dans le monde entier, en partenariat avec nos amis, pour maintenir la paix", a assuré le Premier ministre Boris Johnson lundi en marge d'une visite sur un site du géant britannique de la défense BAE Systems, dans le nord-ouest de l'Angleterre.

Force, robustesse... et réductions d'effectifs

"Pour cela, nous avons besoin de forces armées fortes, robustes", a-t-il ajouté, soulignant vouloir "investir sur le long terme, non seulement à des fins militaires mais aussi pour de "bonnes raisons économiques".

Selon les médias britanniques, le projet prévoit toutefois une nouvelle réduction de la taille de l'armée avec 10.000 soldats de moins pour atteindre environ 70.000, parallèlement à un accroissement des investissements dans des technologies comme des robots et des drones ainsi que dans les "cyber-guerres".

Protéger la navigation, mais aussi les infrastructures sous-marines

Dans un communiqué, le ministère de la Défense a annoncé prévoir de disposer de "davantage de navires, de sous-marins, de marins" et la transformation des Royal Marines en une nouvelle unité baptisée "Future Commando Force (FCF)".

La FCF sera chargée de "protéger les voies de navigation et maintenir la liberté de navigation" et recevra plus de 200 millions de livres (232 millions d'euros) d'investissements directs au cours de la prochaine décennie.

Un nouveau navire de surveillance de la Royal Navy entrera en outre en service d'ici 2024 avec un équipage d'environ 15 personnes, destiné à protéger les câbles sous-marins britanniques et d'autres infrastructures.

S'adapter à des menaces devenues "méconnaissables"

D'après le ministère de la Défense, sur terre sera déployée une brigade d'opérations spéciales "capable d'opérer discrètement dans des environnements à haut risque et d'être rapidement déployable à travers le monde".

Au cours des quatre prochaines années, 120 millions de livres seront investis dans cette unité.

Parallèlement, une autre brigade sera créée, la Brigade d'assistance aux forces de sécurité, destinée à fournir des conseils et une formation aux pays partenaires alliés.

Dans le journal The Telegraph dimanche, le ministre de la Défense Ben Wallace a écrit que les forces armées devaient s'adapter aux menaces qui avaient "changé au point d'être méconnaissables" ces 30 dernières années.

"Nous ne pouvons plus tenir pour acquise la supériorité des forces occidentales. Nos ennemis ont infiniment plus d'options", a-t-il déclaré. "Nous nous retrouvons constamment confrontés dans une 'zone grise' - des actions agressives en dessous du seuil de conflit ouvert".

Un budget de la Défense annoncé en forte hausse

Il a annoncé des investissements supplémentaires pour "le renseignement, la surveillance et la reconnaissance, pour la guerre électronique, pour les capacités de frappe ainsi que pour des capteurs améliorés et des mesures défensives".

En novembre, le Premier ministre conservateur Boris Johnson avait annoncé un investissement dans la défense d'un montant sans égal depuis 30 ans, avec l'ambition de devenir "la première puissance navale en Europe".

Il avait fait état de dépenses supplémentaires de 24,1 milliards de livres (28 milliards d'euros) sur quatre ans par rapport au budget de 2019. Ainsi, le Royaume-Uni compte investir 190 milliards de livres (221 milliards d'euros) dans la défense dans les quatre années qui viennent, soit 2,2% de son PIB.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2021 à 18:52 :
Eh oui les anglais sont libérés de l'emprise européiste et peuvent donc se développer et redevenir une grande puissance militaire....

Redevenir maitre de ses budgets et de son destin est un debut de liberté, sortir de l'UE c'est la liberté.
Qu'attend t'on?
a écrit le 23/03/2021 à 8:39 :
C'est bien, on espère un débarquement bientôt sur nos côtes normandes afin de libérer la France de l'envahisseur allemand. Visiblement cela n'a pas été correctement fait à la fin de la seconde guerre mondiale...

On sait que l'on peut compter sur vous les gars hein, ne nous laissez pas tomber !
Réponse de le 23/03/2021 à 18:54 :
autodéfense et dissuasion, il suffit de lire l'article.
BoJo est un patriote, pas un envahisseur

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :