Mitsubishi négocie l'achat des avions régionaux de Bombardier

 |   |  229  mots
(Crédits : PAULO WHITAKER)
Mitsubishi Heavy Industries a annoncé mercredi qu'il discutait avec le canadien Bombardier pour lui racheter son programme CRJ.

La vente à la découpe de la branche aviation commerciale du Bombardier continue. Après avoir cédé l'an dernier à Airbus le contrôle du programme C-Series aujourd'hui rebaptisé A220, et être en train de finaliser la vente du programme des turbo-propulseurs Q-400 à Longwiew Aviation Capital, le groupe canadien est en discussion avec Mitsubishi Heavy Industries (MHI) pour lui vendre le programme d'avions régionaux CRJ (75 à 100 places), selon le site spécialisé Air Current. Une information confirmée par le conglomérat japonais, qui précise "qu'aucune décision n'a été prise à ce stade". Selon le site spécialisé Air Current, un accord pourrait être annoncé à l'occasion du salon du Bourget, qui se déroulera du 17 au 23 juin.

Les galères du MRJ

Pour l'industriel japonais, ce serait une belle prise en termes de gain de compétences. MHI rencontre de grosses difficultés pour développer son avion régional MRJ, le premier avion "Made in Japan" depuis un demi-siècle. Le premier vol est attendue en 2020, avec quasiment sept ans de retard sur le calendrier initial. Le groupe nippon a reçu quelque 400 commandes. Selon le quotidien économique Nikkei, MHI prépare désormais une version plus petite de 70 places qui serait destinée au marché américain, sous un autre nom, "le Space Jet". Ce nouveau projet devrait être annoncé au cours du mois de juin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/06/2019 à 11:02 :
Petite précision par rapport à l'article : Premier avion CIVIL Made In Japan depuis 50 ans.

Les Japonais ont en effet une industrie militaire méconnue mais néanmoins assez prolifique avec entre autre :
Kawasaki C2 (Transport), Kawasaki P1 (Patrouille maritime), ShinMaywa US2 (Bombardier d'eau) ou encore me Mitsubishi F2 (Chasseur)
a écrit le 05/06/2019 à 19:49 :
Ne serait-il pas intéressant pour Airbus de s'étendre à cette gamme d'avion, sur laquelle son concurrent Boeing est présent depuis qu'il a racheté Embraer ?
Accessoirement, Airbus, en coupant l'herbe sous le pied de Mitsubishi, retarderait d'autan l'arrivée d'un nouveau concurrent ...
Airbus ayant déjà un pied chez Bombardier, et l'affaire s'étend plutôt bien passé jusque là ...
Pour moi, la question vaut d'être posée...
Réponse de le 05/06/2019 à 23:26 :
Bonjour, Pour vous répondre, Airbus a développé ce type d'avion entre 1999 et 2003-2005 sous la dénomination A318. C'était un avion de 100-120 places.
Malheureusement le modèle économique de ce type d'avion est très spécifique et très cyclique.
Il ne sert à rien pour Airbus d'acheter ce type d'actif étant donné qu'ils ont la capacité industrielle et technologique de développer ce type de programme n'importe quand.
Ce sont des avions à moins de 100 millions d'Euros l'unité donc avec des marges très réduites et l'inconvénient de monopoliser des chaînes d'usinage pour encore une fois une marge très faible.
La question vaux d'être posée mais la réponse est d'ordre économique : Faible rentabilité et actif sans intérêt étant donné qu'Airbus possède déjà la technologie.
Réponse de le 06/06/2019 à 1:27 :
@marousan :
merci de votre réponse argumentée... enfin un échange constructif ! merci encore
Réponse de le 06/06/2019 à 10:56 :
Ne pas oublier également que Airbus vend, à travers sa filiale ATR, des avions régionaux de 50 et 72 places qui sont en concurrence directe avec la gamme CRJ. Ce serait créer un doublon au moment où ATR fait des efforts pour "discréditer" l'utilisation d'avion à réaction sur ce genre de distance.

C'est pourquoi d'ailleurs Airbus refuse obstinément (au grand dam de Leonardo) de développer un ATR de 100 place qui attaquerait l'A220-100.
Réponse de le 08/06/2019 à 1:53 :
@Galcian: oui et non.
Le véritable concurrent de l'ATR est le Q400, dont la diffusion reste faible. Le CRJ n'a pas les mêmes capacités, la même rusticité ni la même souplesse que l'ATR, qui se vend très bien dans les pays en développement en ce moment, bien mieux que le Q400 du reste.
Le programme MRJ se déroule mal, c'est de notoriété publique. Si Mitsubishi veut racheter le programme CRJ, c'est mauvais signe pour le programme MRJ. Je vois plutôt cela comme une fuite en avant...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :