Naval Group tout près de monter à bord du capital de STX France

 |   |  617  mots
Le PDG de Naval Group Hervé Guillou devrait disposer d'un droit de veto au conseil d'administration de STX France
Le PDG de Naval Group Hervé Guillou devrait disposer d'un droit de veto au conseil d'administration de STX France (Crédits : DR)
Naval Group a reçu l'autorisation de son conseil d'administration de prendre une participation allant jusqu'à 15% de STX France pour un montant maximum de 20 millions d'euros

A priori le sommet franco-italien, qui se tient à Lyon le 27 septembre, va entériner une prise de participation majoritaire de Fincantieri dans STX France. Tout ça pour ça...Dans ce cadre, Naval Group a reçu des consignes de son conseil d'administration pour entrer dans le capital de STX France aux côtés du groupe naval italien et de l'État français. Le groupe naval français, présidé par Hervé Guillou, a reçu l'autorisation de prendre une participation allant jusqu'à 15% de STX France pour un montant maximum de 20 millions d'euros, selon nos informations.

Les accords de gouvernance ont déjà été négociés avec Fincantieri. A priori ils ne devraient pas changer. Notamment Naval Group devrait disposer d'un droit de veto au conseil d'administration de STX France. Enfin, Fincantieri ne pourra pas se lancer dans la construction militaire avec STX France à l'exception des commandes passées par la France telles qu'un nouveau porte-avions et des pétroliers ravitailleurs ou encore de commandes export concernant des Bâtiments de projection et de commandement (BPC) de type Mistral.

Un accord de gouvernance se dessine

Le ministre italien du Développement économique, Carlo Calenda, a souligné lundi que Rome restait résolu à obtenir pour Fincantieri les 51% de STX France, mais a fait état de l'existence de "conditions pour parvenir à un accord". À la question "les 51% de STX à l'Italie sont-ils intouchables?", Carlo Calenda a répondu: "ils le sont". D'après le quotidien italien La Repubblica, "la solution identifiée prévoit des pouvoirs renforcés et des garanties dans le conseil d'administration et en matière de stratégie pour l'actionnaire français".

"Il me semble qu'il y a toutes les possibilités de conclure un bon accord" lors du sommet franco-italien, a affirmé Carlo Calenda, en marge d'un G7 Industrie à Turin. L'Italie comprend "les préoccupations des Français concernant le transfert du savoir-faire et le maintien des postes de travail" mais a rendu "claires les lignes directrices qui ne peuvent être discutées", a précisé Carlo Calenda.

"Nous sommes en train de travailler. Il y a les conditions pour parvenir à un accord, qui devra tenir compte tant des préoccupations des Français sur l'exportation du savoir-faire, que des nôtres concernant la nécessité d'avoir un contrôle effectif pour faire fonctionner le groupe", a affirmé le ministre dans un entretien au quotidien La Stampa.

Sur le militaire, le ministre italien a estimé que "s'il y a un accord sur les chantiers, on peut faire partir un raisonnement qui conduira dans un délai plutôt serré à un accord paritaire entre Fincantieri et Naval Group. Nous voulons une alliance européenne très importante, mais faite avec toutes les garanties. Pour cette raison nous avons travaillé ces dernières semaines ensemble avec les ministres (de la Défense Roberta) Pinotti et (des Finances Pier-Carlo) Padoan pour coordonner la position des différents acteurs italiens".

Une crise inutile

La crise entre Paris et Rome a éclaté avec la nationalisation "temporaire" fin juillet de STX France, pourtant promis à Fincantieri sous la présidence de François Hollande. Mais son successeur Emmanuel Macron a décidé de rouvrir le dossier, estimant que l'accord n'était "pas suffisamment protecteur des intérêts industriels stratégiques français". Révisant le pacte d'actionnaires, il a proposé à l'Italie un accord 50-50, ce que Rome a refusé.

Pour faciliter un accord, Paris avait évoqué l'idée d'un grand pôle naval, civil et militaire, entre la France et l'Italie, ce à quoi le gouvernement italien s'est montré favorable. Mais, l'alliance se concentrerait dans un premier temps sur la seule composante civile, principalement la construction des navires de croisière

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/09/2017 à 18:43 :
" Enfin, Fincantieri ne pourra pas se lancer dans la construction militaire avec STX France à l'exception des commandes passées par la France telles qu'un nouveau porte-avions et des pétroliers ravitailleurs ou encore de commandes export concernant des Bâtiments de projection et de commandement (BPC) de type Mistral".

Ah quand même.Euh, c'est quoi les commandes futures.
a écrit le 26/09/2017 à 15:21 :
Il faut faire attention à l'indépendance de la défense française. Déjà, si nous nous fâchons avec les américians, les navires nucléaires (sous-marins et Charles-de-Gaulle) seront en difficulté. En effet, puisque nos gouvernements ont laissé General Electric racheter Alstom qui fourni les turbines pour le nucléaire. Avec STx, espérons que nous ne fâcherons pas avec les Italiens.

Je suis toujours surpris par l'impuissance/incompétence (voire la connivence ou la corruption) qui laisse nous gouvernants faire n'importe quoi avec des entreprises françaises sensibles
a écrit le 26/09/2017 à 14:57 :
Il faut faire attention à l'indépendance de la défense française. Déjà, si nous nous fâchons avec les américians, les navires nucléaires (sous-marins et Charles-de-Gaulle) seront en difficulté. En effet, puisque nos gouvernements ont laissé General Electric racheter Alstom qui fourni les turbines pour le nucléaire. Avec STx, espérons que nous ne fâcherons pas avec les Italiens.

Je suis toujours surpris par l'impuissance/incompétence (voire la connivence ou la corruption) qui laisse nous gouvernants faire n'importe quoi avec des entreprises françaises sensibles
a écrit le 26/09/2017 à 12:39 :
Quel gouvernement de fantômes...
a écrit le 26/09/2017 à 12:33 :
moi je suis à la place des italiens je suis dégouté
vu le différence de comportement de l état françai quand c est l allemand Siemens qui achete alstom

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :