Plan social d'Airbus : pas de licenciements secs en France

 |  | 372 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Benoit Tessier)
L'avionneur a indiqué aux syndicats que le plan social en France, en Allemagne et au Royaume-Uni ne se traduirait par aucun départ contraint. La direction a par ailleurs lancé un audit sur la réorganisation industrielle des activités aérostructures.

C'est fait. A l'occasion d'un comité européen, le plan social d'Airbus est achevé en France, même si formellement la procédure sera clôturée en juin. Il n'y aura aucun licenciement sec comme le souhaitaient les syndicats puisque l'avionneur est parvenu à trouver le nombre de candidats volontaires correspondant aux suppressions de postes visées (4.248). Selon des sources syndicales, le groupe pourra même compter sur environ 300 départs volontaires supplémentaires.

Situation compliquée en Espagne

Le plan est également terminé en Grande-Bretagne (1.700 personnes), mais pas encore en Allemagne où il reste environ 500 postes à supprimer, une centaine chez Airbus Commercial Aircraft, près de 400 chez Premium Aerotec. Au total le plan porte sur plus de 5.000 personnes outre-Rhin. Des solutions de mobilités internes au sein d'Airbus devraient permettre de trouver une solution sans départs contraints. En revanche, le plan est extrêmement compliqué en Espagne (900 suppressions de postes), notamment sur le site de Puerto Real.

Le groupe, qui comptait 131.349 salariés au 31 décembre, avait annoncé fin juin la suppression 15.000 postes au niveau mondial en réponse à la baisse de la production de 40% pour faire face à la crise.

"Airbus a tenu une réunion du comité d'entreprise européen le 3 mars dernier au cours de laquelle il a confirmé aux partenaires sociaux que son plan d'adaptation COVID-19 serait formellement conclu au plus tard à l'été 2021. À l'heure actuelle, et grâce à l'efficacité de toutes les mesures sociales déployées jusqu'à présent, Airbus ne voit pas la nécessité de procéder à des licenciements forcés en France, en Allemagne et au Royaume-Uni - en attendant le déploiement réussi des mesures de mobilité interne en cours. Le processus social ayant débuté plus tard en Espagne, les efforts se poursuivent pour atteindre les objectifs du plan d'adaptation dans ce pays", explique Airbus.

Par ailleurs, Airbus a indiqué avoir lancé un audit sur l'activité aérostructures pour aboutir à une meilleure organisation industrielle de ce qui est jugé essentiel. Si l'assemblage et le design sont considérés comme essentiels pour Airbus, la construction de pièces élémentaires ne le sont pas.

Lire aussi : Airbus : nouveau système industriel en vue pour préparer l'avion du futur

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/03/2021 à 9:16 :
Mais combien chez les sous traitants d'Airbus ???
a écrit le 05/03/2021 à 8:51 :
Pour connaître les dessous du scandale de la privatisation de l'aéroport de Toulouse et la manière dont la Chine a dépecé un Airbus A320 pour le copier au profit de son avion commercial, lisez "L'empreinte du Dragon" de Jean Tuan chez C.LC. Editions. Une lecture édifiante et jubilatoire ! Disponible sur amazon.fr et fnac.com
a écrit le 05/03/2021 à 7:25 :
Bonne nouvelle pour Airbus. Des nouveaux projets, plein d'avions a vendre , une victoire sur Boeing,Boeing : tout est au vert pour notre Airbus européen. Vive notre industrie aéronautique et haro total sur la mondialisation chino-americaine. Vive l'industrie en Europe : nous devons nous protéger et protéger les emplois futurs des futurs ingénieurs, cherheurs et autres dans nos centres de recherche, dans nos industries en Europe et en France. Non à la mondialisation chino-américaine. Relocalisation d'industrie de pointe en electronique (processeurs, etc...). Vive Airbus et vive l'industrie 4.0 de l'hydrogène au calcul quantique !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :