Pourquoi on va bientôt remarcher sur la Lune

 |   |  2330  mots
Buzz Aldrin, astronaute de la mission Apollo 11 pris en photo par son coéquipier, Neil Armstrong, premier homme à marcher sur la Lune, le 21 juillet 1969.
Buzz Aldrin, astronaute de la mission Apollo 11 pris en photo par son coéquipier, Neil Armstrong, premier homme à marcher sur la Lune, le 21 juillet 1969. (Crédits : NASA/JPL-Caltech via Reuters)
La découverte de glace en grande quantité aux pôles lunaires stimule le projet d'une nouvelle économie autour de notre satellite. Et attise les convoitises dans le monde entier, publiques... et privées.

Pour la première fois depuis près de cinquante ans, un appareil américain prévoit d'atterrir sur la Lune. Et il ne sera pas opéré par la Nasa, comme lors de la mission Apollo, mais par une entreprise privée. Le 19 août dernier, Astrobotic, une jeune pousse basée à Pittsburgh, a annoncé à la presse qu'elle entendait faire atterrir un vaisseau chargé de débarquer une astromobile sur notre satellite en 2021. Le lancement sera effectué via une fusée Vulcan, fabriquée par l'United Launch Alliance (ULA), coentreprise de Lockheed Martin et Boeing, spécialisée dans la fabrication de fusées.

La mission vise à réaliser diverses expériences scientifiques sur place, dans le cadre d'un programme de recherche de la Nasa dont l'objectif est d'établir une colonie humaine sur notre satellite. À l'heure où l'on célèbre les cinquante ans de la mission Apollo, la Lune fait de nouveau rêver l'humanité. La Nasa s'est fixé l'ambitieux objectif d'y renvoyer des hommes d'ici à 2024, tandis que l'agence spatiale chinoise souhaite faire alunir ses taïkonautes pour 2030. Et comme le prouve l'exemple d'Astrobotic, les entreprises sont également prêtes à viser la Lune.

On croyait les ambitions lunaires...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/10/2019 à 12:55 :
m trump vous adressez un satisfait site aux astronaute americaine ok mais qui
les a envoyer dans l'espace pas votre industries spatial nul
mais bien en ayant recourt a la russie
a écrit le 10/10/2019 à 10:53 :
Les rats ( les riches?) envisagent donc de quitter la Terre et de coloniser l'espace en emportant avec eux seulement ce qui les interesse...et la liste est longue de ce qui ne les intéresse pas... On ne peut pas leur reprocher non plus, vu le "bazar" qui règne ici bas.
Surpopulation, surexploitation, surconsommation, surproduction, surpollution, surpolitisation, surmédiatisation. Etc... Nous sommes dans une surenchère permanente qui rend pour beaucoup d'humains la Terre invivable. Partir... ailleurs...pourquoi pas...mais est ce que ce sera mieux ?
Réponse de le 10/10/2019 à 13:17 :
Une des premières choses qui a été faite pour permettre au module lunaire d'Apollo XI de redécoller a été de "vider ses poubelle" (= se débarrasser de tout le poids mort) directement sur le sol lunaire, comme un gros beauf de pique-niqueurs des années 60 !! Cet acte symbolique permet largement de douter que ça sera mieux ailleurs !!

En fait si, c'est mieux ailleurs ... tant que l'Homme n'y met pas les pieds !!
a écrit le 10/10/2019 à 8:49 :
Explorer, coloniser l'espace semble être notre chemin, ce serait bien de le dire aux propriétaires de capitaux et d'outils de production avant qu'ils exterminent totalement l'humanité, on a encore de biens belles découvertes à faire...
a écrit le 10/10/2019 à 7:39 :
Et comme elle est beaucoup plus petite que la terre, nous devrions la pourrir beaucoup plus rapidement. Quand le progrès s'y met, rien ne l'arrête.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :