Tom Enders, le sniper d'Airbus est-il en bout de course ?

 |   |  430  mots
Le président exécutif d'Airbus Tom Enders doit partir en avril 2019 mais...
Le président exécutif d'Airbus Tom Enders doit partir en avril 2019 mais... (Crédits : Reuters)
Tom Enders a survécu à tous les grands patrons français historiques d'Airbus. Il doit partir en avril 2019 mais le veut-il vraiment...

Tom Enders, serial killer des patrons français. Le président exécutif d'Airbus peut se vanter d'avoir un sacré tableau de trophées de chasse de grands patrons français au sein du groupe européen. Ce qui mérite assurément du respect. Beaucoup de respect pour ce succès vraiment très impressionnant. Car l'ancien disciple de Manfred Bischoff, qui était le bras armé de Daimler à la création d'EADS et réputé francophobe, est allé bien au-delà de ce que pouvait imaginer l'ex-patron de DASA... décoré de la légion d'honneur en 2013.

De Noël Forgeard, dont la chute avait été commanditée par Manfred Bischoff, à Fabrice Brégier, Tom Enders a flingué tous les Français qui pouvaient lui barrer le passage ou lui faire de l'ombre (Noël Forgeard, Christian Streiff, François Auque, Marwan Lahoud, Jean-Pierre Talamoni, Fabrice Brégier....). Et bien d'autres comme Jean Botti, directeur général délégué Technologie et Innovation. Du très bel ouvrage même si son travail a été souvent facilité par les divisions et/ou la cacophonie dans le (ou les) camp(s) français. Tom Enders n'a pas non plus hésité à écarter des patrons allemands, comme Stefan Zoller (Airbus Defence & Space) et Lutz Bertling (Airbus Helicopters).

Tom Enders mis sous surveillance par l'Etat français

Ce tableau de chasse prestigieux n'est pas passé inaperçu dans les plus hautes sphères de l'Etat français... même si Tom Enders a fait nommer Guillaume Faury et Bruno Even à la tête respectivement d'Airbus Commercial Aircraft et Airbus Helicopters. Tactiquement plutôt bien joué pour amadouer l'Etat français, fâché contre lui. Mais le patron d'Airbus pouvait-il faire autrement? "Tom Enders a affaibli l'influence française dans un groupe stratégique pour la France", confirme-t-on au sein de l'Etat français. Pas sûr que la France oublie son "exploit".

Et si Tom Enders avait encore des envies de rester à la tête d'Airbus, comme on l'entend assez régulièrement à Toulouse, l'Etat français devrait s'y opposer. Et qu'importe la manière. Quoi qu'il en soit, le président exécutif d'Airbus a informé en décembre dernier le conseil d'administration du constructeur qu'il ne souhaitait pas briguer un nouveau mandat de PDG au terme de celui qui prendra fin au moment de l'assemblée générale des actionnaires en avril 2019. Il n'est pas non plus impossible que Tom Enders n'aille pas aux termes de son mandat compte tenu des enquêtes (SFO et PNF) en cours.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2018 à 10:56 :
Le déplacement du siège à Toulouse n'est que de la POUDRE AUX YEUX
La direction financière et la direction R&D sont à Munich .Fiscalement AIRBUS est une société néerlandaise .
L'aéronautique se construit à partir d'une vision long terme avec des hommes passionnés, de la recherche et des capitaux . ENDERS et L'ALLEMAGNE ont très bien compris cela .
Mon propos est d'OBJECTIVER les faits des 10-15 dernières années au delà d'une politique de communication habile et quelques noms de dirigeants
a écrit le 15/02/2018 à 22:29 :
Je partage l'analyse à savoir une diminution voulue par TOM ENDERS de l'influence française dans cette belle entreprise européenne . Mais cette orientation va bien au delà du haut management
Pourquoi AIRBUS ne publie pas par divisions et par pays les éléments suivants sur une période longue de 10 ans correspondant au règne du Kaiser ?:
-effectifs
-niveau d'investissement de production
-budget de R&T
on objectiverait ainsi cette tendance qui est une des explications à la diminution de l'excédent commercial de la branche aéronautique traditionnellement un des rares points forts de notre économie .Il faut rapidement augmenter notre effort de recherche.
Réponse de le 16/02/2018 à 9:08 :
Enders a transféré le siège ainsi que tous les postes centraux et stratégiques en France. C’eta Le prix à payer pour sa nomination à la tête du groupe imposé par la France.
Même s’il reste un nombre important d’expatriés allemands à Toulouse, celui-ci est voué à baisser considérablement dans les années à venir.
La France a tout gagné...grâce à Tom Enders!
a écrit le 15/02/2018 à 21:12 :
Certe, dernièrement cette entreprise à fait des bénéfices en bourse, mais ils ne faut pas oublier les probleme de gestion... Échec de la gestion du devellopement dè A400m , 5 àns dè retards, des probleme moteur non regler, et un ralentissement important de la chaîne d'assemblage.... Difficulté important sur le programme A380, peux de commandes, un avion develloper pour le transport De masse, alors qu'ils y a un ralentissement du transport aérien ( terrorisme, coups des carburants) ... Abcence dè devellopement spaciale, maintient du savoir faire sur les fusèes, mais aucune recherche sur les voles habiter, des éléments réutilisables, échec multiples lors des exploration dè mars.... Demi échec sur l'exportation du chasseur Europeen...
Il fait revoir la copie, et la direction doit être changé, chaqu'un dois assumer ses Acté....
Réponse de le 15/02/2018 à 21:37 :
Quand on veut se permettre de critiquer quelqu'un comme Tom Enders, on commence par apprendre l'orthographe.
Réponse de le 16/02/2018 à 23:21 :
Jusqù preuve du contraire Airbus a une activité soutenue dans les satellites et le spatial. Pour ce qui est des vols habités il n'y a aucune activité indépendante européenne et cependant Airbus a bien une activité dans ce domaine. Pour les éléments réutilisables il y a des études en cours, encore faut il que ce soit rentable. Quant à mars vous vous trompez de boutique, Airbus n'a eu aucun échec vers Mars. Quant à l'Eurofighter, comparez les ventes avec celles du Rafale.... Bref, merci de ne pas affirmer n'importe quoi.
a écrit le 15/02/2018 à 18:38 :
la question etant ; pourquoi tant de haine ? c'est culturel ? comportemental ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :