Unilever : les cessions dopent les résultats du troisième trimestre

 |  | 442 mots
Lecture 2 min.
Le groupe anglo-néerlandais a dégagé un bénéfice en hausse de 60% à 1,71 milliard d'euros grâce à la cession de ses lessives en Amérique du nord et de ses marques de sauces et épices américaines.

Le groupe d'agroalimentaire et de cosmétiques anglo-néerlandais Unilever a dégagé au troisième trimestre un bénéfice net en hausse de 60% à 1,711 milliard d'euros, une forte hausse surtout liée à des cessions d'actifs.


Le groupe a enregistré au troisième trimestre un gain de 1,063 milliard d'euros en raison de cessions, notamment de sa division lessives en Amérique du Nord, vendue 1,075 milliard de dollars en cash et 375 millions de dollars en actions au fonds d'investissement Vestar fin juillet. Le groupe a aussi finalisé en juillet la vente de ses marques américaines de sauces et épices Lawry's et Adolph's à son rival McCormick & Company pour 410 millions d'euros.


Ce résultat est au-delà des attentes des analystes interrogés par l'agence d'information financière Dow Jones Newswires. Ceux-ci avaient prédit un bénéfice net de 1,58 milliard d'euros, par rapport au 1,07 milliard d'euros enregistrés au troisième trimestre 2007.

Le chiffre d'affaires d'Unilever, qui fabrique les thés Lipton, le savon Dove, la moutarde Amora, les glaces Magnum, les soupes Knorr et le détergent Cif notamment, est en hausse de 2% à 10,427 milliards d'euros, précise le groupe.


"Dans les neufs premiers mois de l'année, notre croissance sous-jacente des ventes a été de plus de 7%. Nous avons renforcé nos activités dans un environnement difficile. Malgré la hausse des prix dans un contexte de hausses des coûts sans précédent, nos volumes (de ventes) tiennent le cap", estime le PDG d'Unilever, le Français Patrick Cescau, dans un communiqué. Un programme de réduction des coûts et la simplification de la gamme de produits entamés depuis plus d'un an "nous mettent en bonne position pour le futur", ajoute ce dernier, qui doit quitter le groupe à la fin de l'année. Mercredi, l'assemblée générale des actionnaires d'Unilever avait donné son aval à la nomination de son successeur Paul Polman, issu du groupe suisse Nestlé.


Depuis le début de l'année, Unilever a fait un effort de dépense additionnel de 100 millions d'euros en budgets publicitaires. Ce budget a atteint 20 millions d'euros ce trimestre. Ses ventes en Europe et aux Etats-Unis ont progressé en raison d'une politique des prix compétitive, selon Unilever. En Europe, la croissance organique des ventes a été de 2,5% au troisième trimestre, "malgré des conditions difficiles avec des volumes en baisse en Europe de l'Ouest".
Les marchés américains ont vu leurs ventes croître de 8,2%. Sur les marchés émergents, la croissance "a continué à être forte", en raison d'une hausse des volumes des ventes et des prix: elle a atteint 15,7% sur le segment Asie-Afrique, selon le groupe.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :