Les fabricants de tabac semblent épargnés par la crise

 |   |  726  mots
BAT avec ses marques Dunhill et Lucky Stricke et Japan Tobacco (Winston, Camel) ont vu leurs ventes progresser solidement grâce aux marchés émergents.

Les fabricants de tabac semblent épargnés par la morosité de la conjocnture. Ce jeudi, le britannique BAT et son concurrent japonais Japan Tobacco ont annoncé des résultats plutôt satisfaisants. Le fabricant de cigarettes britannique British American Tobacco (BAT) a vu son bénéfice net part du groupe s'apprécier de 9,5% au troisième trimestre à 657 millions de livres (826 millions d'euros). Le groupe assure ne pas ressentir pour l'instant l'effet de la crise. Le chiffre d'affaires hors droits d'accise est ressorti en hausse de 25,5% à 3,247 milliards de livres sur le troisième trimestre.


Sur les neuf premiers mois de l'année, ce chiffre d'affaires a augmenté de 19% à 8,704 milliards de livres, et le bénéfice net part du groupe de 13,5% à 1,906 milliard de livres. Le groupe met cette progression sur le compte de "taux de change favorables, d'une politique de prix améliorée et de l'acquisition (du turc) Tekel et (du danois) Skandinavisk Tobakskompagni" au milieu de l'année. Il précise que le chiffre d'affaires n'aurait augmenté que de 9% à change constant.

Les quatre marques phare du groupe BAT, Kent, Dunhill, Lucky Strike et Pall Mall ont vu leur volume de vente augmenter au total de 17%. Les volumes vendus par les différentes filiales ont augmenté de 3,9% à 523,9 milliards de cigarettes sur les neuf mois. Les volumes ont augmenté de 3,4% à 186,5 milliards de cigarettes en Europe, de 4,5% à 113,7 milliards en Asie-Pacifique, de 16,3% à 85 milliards en Afrique-Moyen Orient. En revanche ils ont diminué de 2,2% à 108,2 milliards en Amérique latine et de 2,9% à 30,5 milliards en Amérique-Pacifique.


Le président de BAT, Jan du Plessis, a estimé que, "malgré les inquiétudes générales sur les perspectives de l'économie mondiale et le comportement des consommateurs dans les deux ans à venir, ces résultats montrent qu'il n'y a pas encore eu d'effet discernable sur British American Tobacco". "De surcroît, l'impact d'un ralentissement de la consommation dans notre activité devrait être compensé par notre portefeuille de marques équilibré et innovant qui couvre toutes les gammes de prix", estime Jan du Plessis qui ajoute que le groupe "bénéficie de (sa) diversité géographique, ce qui aide aussi à protéger les actionnaires de l'impact de la volatilité sur les marchés de change".

 

Japan Tobacco relève ses prévisions pour 2008-2009

Pour Japan Tobacco c'est même un relèvement des prévisions que le fabricant japonais s'offre. Certes ses résultats vont baisser d'une année sur l'autre mais moins que prévu finalement. Une exception dans le paysage des sociétés nippones qui chacune à leur tour sabrent leurs prévisions. Le groupe a pourtant enregistré une chute de son bénéfice net au premier semestre pour cause de yen fort et de coûts en hausse. D'avril à septembre, le bénéfice net de Japan Tobacco a reculé de 47,5% sur un an à 69,4 milliards de yen (534 millions d'euros), et son bénéfice d'exploitation de 6,7% à 204,5 milliards de yen (1,57 milliard d'euros). Toutefois, le chiffre d'affaires est en progression de 20,0% à 3.497 milliards de yen (26,9 milliards d'euros). 


La baisse du bénéfice d'exploitation s'explique principalement, selon Japan Tobacco, par les coûts d'amortissement des survaleurs liées à l'acquisition l'an dernier du britannique Gallaher Group. La généralisation au Japon des distributeurs automatiques de cigarettes exigeant de l'utilisateur qu'il s'identifie à l'aide d'une carte à puce, mesure destinée à empêcher l'achat de tabac par des mineurs, a gonflé les coûts et fait chuter le bénéfice net. Le groupe dit également avoir souffert de l'appréciation du yen.


Les ventes de cigarettes au Japon, où le groupe se taille la part du lion avec une part de marché de près de 65%, ont reculé de 3,5% en raison de l'érosion continue de la demande due au vieillissement de la population. Mais les ventes de tabac à l'étranger ont bondi de 55,6%, tirées par les marques Winston, Camel et Mild Seven. Les performances ont été particulièrement solides en Russie, en Turquie, en Ukraine, au Kazakhstan, à Taïwan, aux Philippines et au Moyen-Orient, ainsi qu'en Espagne et en Corée du Sud.

Japan Tobacco a donc relevé sa prévision de bénéfice net à 160 milliards de yen (-33% sur un an) contre 148 milliards prévus initialement. Son chiffre d'affaires annuel devrait atteindre le montant record de 6.870 milliards (+7,2% sur un an) au lieu de la prévision initiale de 6.610 milliards.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :