LVMH n'ouvrira pas une enseigne Louis Vuitton à Tokyo

 |   |  330  mots
Le numéro un mondial du luxe abandonne le projet d'ouvrir une grande enseigne Louis Vuitton à Tokyo. La récession affecte les consommateurs japonais qui restent pessimistes.

LVMH, numéro un mondial du luxe, a renoncé à son projet d'ouvrir une grande enseigne Louis Vuitton à Tokyo, dans le quartier très chic de Ginza. Cette annonce révélée par le journal économique Nikkei a été confirmée par Louis Vuitton. L'impact de la crise économique mondiale touche désormais le luxe, la haute couture et le prêt-à-porter au Japon. Les consommateurs japonais sont pessimistes en raison de la récession et de ses conséquences sur l'emploi.

Le numéro un mondial du luxe n'est pas parvenu avec le promoteur immobilier à un accord sur le projet, a simplement déclaré une porte-parole s'exprimant au nom de LVJ Group KK, nom de la succursale de Louis Vuitton au Japon. Le bâtiment devait s'élever sur 12 étages. Son achèvement était prévu en 2010. Il devait dépasser en surface l'immeuble Louis Vuitton de Paris, le plus grand du monde, situé  avenue  George  V  dans le 8eme arrondissement. 

Malgré l'abandon de LVMH , l'immeuble sera construit. "Nous allons inviter d'autres candidats à la location", a précisé le promoteur immobiler du projet, le japonais Hulic. Pour son porte-parole, il n'y a pas d'inquiétude à avoir concernant le taux de remplissage de l'immeuble, grâce à sa localisation. En revanche, Hulic a refusé de dire s'il allait réclamer des réparations au maroquinier français.

LVMH a vu ses ventes au Japon diminuer de 7% au cours des neuf premier mois de l'année, selon le Nikkei. Louis Vuitton a annoncé avoir abaissé ses prix au Japon de 7% en moyenne depuis le 1er décembre, pour les adapter aux variations de l'euro qui s'est déprécié de 30% face au yen depuis septembre. Nombre d'analystes prédisent deux années de récession pour le secteur du luxe, pour la première fois en six ans. La banque japonaise Nomura estime que les ventes mondiales des géants du luxe devraient reculer en moyenne de 4% en 2009 et de 3% en 2010.

 



 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :