Les chaussures Charles Jourdan reprises par le groupe Royer

 |   |  305  mots
Le groupe Royer est spécialisé dans l'importation d'articles chaussants destinés à la grande distribution.
Le groupe Royer, numéro un français du négoce de chaussures sous licence reprend la société Charles Jourdan par décision du tribunal de commerce.

Le tribunal de commerce de Romans-sur-Isère (Drôme) a retenu le groupe Royer, numéro un français du négoce de chaussures sous licence, comme repreneur de la société Charles Jourdan. Les actifs de la société et ses sept boutiques ont été cédés pour un peu plus de 2 millions d'euros.

Le Groupe Royer est un distributeur et grossiste de grandes marques de chaussures connues comme Converse, Kickers, Stéphane Kélian, Keds, Airwalk, Morgan, Paul and Joe Sister, Saucony, ou encore Von Dutch. Pour 2007, le groupe affiche un chiffre d'affaires de 270 millions d'euros. Il vend plus de 28 millions de paires de chaussures par an.

Les salariés craignent une délocalisation car le groupe Royer a  déjà racheté en 2007, les chaussures Kickers et Stéphane Kélian dont la production a été délocalisée. D'ailleurs, Royer précise sur son site que 85% de sa production se situe en Asie. Royer possède désormais les deux grandes marques de la chaussure de luxe française, Stéphane Kélian et Charles Jourdan. Selon, Gilles Apoix, le délégué CFE-CGC, une partie de la production de ces deux marques devrait être « relocalisée » dans leur berceau historique, à Romans.

Pour rassurer, Anne Royer, directrice de la communication du groupe, précise qu'il existe un projet d'"atelier" de fabrication à Romans, qui pourrait voir le jour dans le cadre d'un partenariat avec un industriel local. Mais "tout est en cours de négociation", assure Anne Royer.

Rappel des faits, Charles Jourdan, basé à Romans-sur-Isère, a connu trois redressements judiciaires en cinq ans, le dernier, le 17 décembre 2007, s'est soldé par la liquidation de l'entreprise et le licenciement de ses 197 salariés. Le 13 novembre, le tribunal avait refusé la reprise du chausseur de luxe par le fonds d'investissement suisse Finzurich.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Cela va ravir les chinois, encore une entreprise sacrifié sur l'hotel du saint peze par l'immoleur de service: le krach 40. Coccorico

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :