Lindt pessimiste sur les ventes de chocolat en 2009

 |   |  389  mots
Le groupe chocolatier suisse Lindt & Sprüngli a réalisé en 2008 un bénéfice net en hausse de 4,4% à 261,5 millions de francs suisses (169,6 millions d'euros) et, face à une crise économique qui s'accentue, table sur une reprise après 2010.

Le suisse Lindt & Sprüngli - bien connu des gourmands pour ses lapins en chocolat - a satisfait les attentes avec son exercice 2008. Mais l'exercice en cours prévoit un net tassement, le rebond ne devant intervenir qu'en 2010. 

L'année en cours sera une période de "transition". Le groupe ne remplira pas ses objectifs de croissance à long terme. Lindt & Sprüngli s'attend ainsi pour 2009 à une croissance interne de 2% à 5%, au lieu de 6% à 8%, et à un résultat d'exploitation (Ebit) entre 260 millions à 280 millions, soit nettement en dessous des 361 millions de 2008 (357 millions attendu)

Au plus tard après l'année 2010, l'entreprise veut à nouveau poursuivre ses objectifs à long terme, à savoir une croissance organique annuelle de 6-8% et une amélioration de la marge EBIT de 20 à 40 points de base, en partant de la profitabilité de 2008, précise-t-il dans un communiqué.

Lindt & Sprüngli estime que la détérioration de la conjoncture aura des répercussions défavorables au niveau de la consommation - notamment en Espagne et en Italie - et se voit contraint d'agir pour soutenir la croissance à long terme du chiffre d'affaires et des résultats. Ces mesures comprennent un soutien accru des activités de marketing dans des marchés à fort potentiel (Canada, Europe de l'est et du nord), des investissements dans des installations de production et la restructuration de la chaîne de magasins Lindt aux Etats-Unis ainsi que des synergies dans les domaines de la production, de la logistique et de l'administration.

Le groupe s'attend à ce que les prix des matières premières, notamment ceux des fèves de cacao, mais aussi les devises souffriront de volatilités toujours élevées cette année. Lors de l'exercice 2008, le bénéfice net s'est étoffé de 4,4% à 261,5 millions de francs suisses. Le consensus en attendait 260 millions. La marge Ebit s'est améliorée de 40 points de base à 12,3%, à la limite supérieure de la fourchette des objectifs à long terme. Le rendement sur capital investi (ROIC) a atteint 17,9% et les liquidités du groupe s'élevaient à 110 millions à la fin de l'année.

Le groupe avait déjà publié un chiffre d'affaires en hausse de 5,8% en monnaies locales à 2,937 milliards au titre de l'exercice écoulé.

Le conseil d'administration proposera le versement d'un dividende de 360 francs par action nominative et de 36 francs par bon de participation, contre respectivement 330 et 33 francs en 2007.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le chocolat est bon, mais cher. Or le pouvoir d'achat est en baisse et on se rabat sur du moins cher.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pas d'accord, je préfère en manger moins mais de très bonne qualité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :