Destruction légale de maïs avec des traces d'OGM

 |   |  129  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Des parcelles de maïs avaient utilisé des semences de maïs contenant des traces infimes d'organismes génétiquement modifiés. Elles ont été détruites.

Cette fois, ce ne sera pas la faute de José Bové et de ses adeptes. Si trois parcelles de maïs représentant une trentaine d'hectares ont été détruites dans la Sarthe fin juillet, c'est en toute légalité.

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) avait en effet détecté dans des lots de semence de maïs de la société américaine Pionneer (groupe chimique Dupont de Nemours) en provenance de Hongrie des traces infimes (0,1%) d'organismes génétiquement modifiés, des OGM.

La plupart des sacs ont été récupérés avant d'être mis en terre mais pas assez vite pour trois parcelles qui ont donc dû être détruites.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
moi je n'ai pas aimé le mot "adepte" ça veut trop faire pense rà gourou (on est adepte d'une secte) Quelque chose qui semble loin de vous c'est la possibilité d'un engagement pour le bien commun dans un mouvement populaire.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Si on ne peut plus manger à son propre insu le bon maïs élaboré par les gentils "scientologues de l'agro-alimentaires", si soucieux du bien être de l'humanité, c'est la fin de tout.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il faudrait demander aux habitants du Niger, par exemple, ou d' Ethiopie, ce qu'ils en pensent, pas aux bobos.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pourtant même les enfants commencent très tôt par apprendre le sens du mot : "NON".
Non, c'est non, messieurs.
Cela ne veut pas dire que nous n'avons rien compris au problème en refusant les OGM. Cela veut dire que nous avons refusé de risquer le pire en engraissant des firmes qui entretiennent la faim dans le monde. Nous avons donc dis NON à la majorité.
Autre mot à maîtriser à l'avenir : démocratie.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
les paysans africains que je connais disent surtout enlevez vos griffes de nos pays et laissez nous tranquilles, on aura moins de problemes. Mais bien sur ce sont des africains de souche, pas des r^présentant de sociétés implantées
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les techniques de production intensives mises en place en Afrique on causé la perte des sols de la même façon que dans les pays plus confortablement installés qui peuvent eux continuer à maintenir une terre sous perfusion, aide respiratoire et cardiaque.
Vendre des semences stériles n'est pas une optique durable pour l'autonomie des peuples. Ils ont perdu un savoir-faire ancestral qui doit être de nouveau enseigné. Nourrir les sols (fermentation), protéger les terres de l' érosion (climats + bétail), stocker l'eau, créer des coopératives.
En Inde, une banque de graine est en place qui permet à chaque cultivateur motivé de se libérer des chaînes Monsanto, de redevenir indépendant en s'assurant une production saine. Pourquoi ne pas mettre cela en place en Afrique ? Ce n'est pas un problème économique et climatique, c'est un problème politique. Et ce ne sont pas les multinationales qui vont sauver la planète bien au contraire.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
BIOMAN , vous mangez chaque jour des produits qui contiennent des OGM et si vous n'aimez pas çà, mettez vous à la crevette du Groenland l , c'est bon pour ce que vous avez .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :