Pernod Ricard concentre ses efforts sur le whisky écossais

 |   |  551  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Le groupe français va investir 40 millions de livres dans ses distilleries et usines d'embouteillages d'Ecosse.

Pierre Pringuet le répète. "Chez Pernod Ricard, l'année 2012 ne sera pas celle des acquisitions majeures. Pour des raisons financières et d'environnement économique, il serait aventureux de prendre des paris stratégiques cette année", a indiqué à "latribune.fr" le PDG du groupe Pernod Ricard, en marge d'une réunion d'analystes financiers, ce mercredi 30 mai, à Glenlivet en Ecosse. Certes, le groupe français de vins et de spiritueux est en discussions avec HiteJinro pour lui racheter sa participation minoritaire de sa filiale sud-coréenne, Imperial, l'un des leaders du whisky coréen. Mais tout cela ne serait que broutille. Cette année, le groupe veut réduire son endettement en visant un ratio dette nette sur Ebitda de 3,9. Et, il concentre ses investissements sur le whisky écossais, alcool qui lui procure 30 % de ses 7,08 milliards d'euros de chiffre d'affaires mondial.

15 distilleries dans les Highlands

Dans les Highlands, le plus réputé des fiefs du whisky écossais où Pernod Ricard aligne 15 distilleries, 2 usines d'embouteillage et 300 entrepôts, le groupe français promet d'investir 50 millions d'euros par an. Dans quelques semaines, il inaugurera un nouvel atelier de bouteilles faites main pour ses éditions limitées de whisky de 25 ans d'âge. Et dans deux ans, vient-il d'annoncer, il aura relancé la distillerie de Glen Keith pour la production de whisky de malt, destiné à ses assemblages. "Nous en sortirons 6 millions de litres de production par an", précise le PDG de la filiale Chivas Brothers, Christian Porta. Pernod-Ricard relèvera aussi les capacités de distillation dans ses quatre autres usines (Glentauchers, Tormore, Longmorn et Glenallachie).

Les ventes de Chivas s'envolent

Le jeu en vaut la chandelle. Derrière l'anglais Diageo, Pernod Ricard est numéro deux mondial des Scotch whiskies. Depuis le rachat du canadien Seagram en 2001, le groupe a fait envoler les ventes de bouteilles de Chivas (+ 75 %) et The Glenlivet (+ 134 %) à travers le monde. Et depuis qu'il a avalé le britannique Allied Domecq en 2005, le groupe profite de sa marque Ballantine's (+ 19 %). En France, son premier marché, les fils à papa et les étudiants en école de commerce le plébiscitent pour leurs soirées en boîtes.

En Chine, où Pernod Ricard investit plus de 20 % de son chiffre d'affaires dans des campagnes de publicité prestigieuses, l'alcool écossais plaît aux nouveaux riches, dans des bouteilles Chivas ou Ballantine's vendues à plus de 100 euros. Et, dans les karaoké, les classes moyennes de tous le pays s'y convertissent, délaissant l'alcool local, le Baïju. La Russie n'est pas en reste. A en croire le patron de la zone, Eric Laborde, les Russes le préféraient - presque ! - à la vodka. Le whisky, petit segment des ventes d'alcool, y affiche 33 % de croissance en 2011 tandis que les volumes de vodka baissent. "En 2023, la Russie sera le premier des marchés européens du Scotch whisky", assure Eric Laborde.

Résultat : depuis plusieurs années, les ventes de whisky de Pernod-Ricard affichent des croissances de 10 % par an au global. Et l'avenir est aussi rose : les perspectives de croissance au Brésil, en Inde mais aussi en Afrique sont très encourageantes. Signe que la réputation du savoir-faire écossais n'a pas fini de faire le tour du monde. Et que, pour satisfaire cette soif, les distilleries et entrepôts de Pernod Ricard doivent pousser les murs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2012 à 12:26 :
Il faut avouer que le glenlivet de 21 ans est plutôt pas mal quand même.
a écrit le 31/05/2012 à 11:19 :
et pendant ce temps là on se plaint des fumeurs avec leur cancer des poumons, mais rien sur le nombre hallucinant de violences sous alcool, des cirrhoses etc... bonne chance aux associations qui luttent contre l?alcoolisme.
Réponse de le 02/08/2012 à 23:38 :
Le groupe Pernod-Ricard a financé en Ecosse la plus importante campagne de prévention aux risques de l'alcool depuis que le whisky existe.

De plus, Chivas est une marque de Whisky de très grande qualité, et de prix élevé. Comparable en Ecosse à ce qui est le champagne chez nous, je doute fort que cette marque cause beaucoup d'états d'ivresses, contrairement à des marques de whisky plus "bon marché" que l'on retrouve davantage dans les bars et les soirées.

Cordialement.
Réponse de le 18/08/2012 à 1:15 :
Chivas = champagne?????
Tes connaissances en whisky me paraissent restreintes.
a écrit le 30/05/2012 à 20:24 :
En France, son premier marché, les fils à papa et les étudiants en école de commerce le plébiscitent pour leurs soirées en boîtes.

.... apport du journaliste ??
Réponse de le 30/05/2012 à 22:45 :
le journaliste est un fils à papa qui sort en boite et qui boit du ballantines (whisky pas terrible)
Réponse de le 31/05/2012 à 11:12 :
il devrait couler alors... mais ya toujours des bofs un peu nul pour s'envoyer du jaune à l'apéro....
a écrit le 30/05/2012 à 20:10 :
je voudrais juste faire remarquer à l'auteur de l'article que contrairement a ce qu'il écrit et répète, il ne s'agit pas de glenvilet, mais de glenlivet!!dont acte!!
Réponse de le 31/05/2012 à 1:20 :
@ludel: bin, il aurait aussi pu dire Glenladen :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :