Divisés, les Lacoste pourraient perdre la main sur la marque

 |   |  484  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
Une partie de la famille pourrait céder ses actions, succombant au charme du distributeur suisse Maus Frères, déjà détenteur de 35% du capital.

Lorsque les fondateurs d'une entreprise familiale cotée veulent conserver la mainmise sur l'enseigne, mieux vaut qu'ils soient soudés. Mais dans le cas de Lacoste, la cohésion familiale fait cruellement défaut. Conséquence : Maus Frères est en bonne voie pour devenir détenteur de 65,3% du capital et asseoir son emprise sur le fabricant français de polos.

Le distributeur suisse a annoncé vendredi avoir signé un accord portant sur l'acquisition des 30,3% détenus par un groupe d'actionnaires familiaux, dont l'ex-président Michel Lacoste. Maus Frères n'a pas hésité à mettre 400 millions d'euros sur la table pour convaincre le clan.

Le père attaque sa fille en justice

Un clan qui en affronte un autre au sein même de la famille du fondateur, René Lacoste, champion de tennis du début du XXème siècle surnommé "le crocodile" par la presse américaine d'alors. D'un coté, Michel Lacoste, son frère François ainsi que sept autres membres de la famille ; de l'autre, la fille de Michel Lacoste, Sophie Lacoste-Dournel, et ses alliés. "Notre groupe familial n'est plus en mesure de porter et soutenir l'entreprise, a confié un membre de la famille ayant accepté l'offre de Maus, nous avons pris cette décision car nous estimons que c'est la meilleure pour assurer l'avenir de cette marque et protéger les 25.000 personnes qui vivent grâce au crocodile".

Déchu de la présidence du groupe à laquelle il avait accédé en 2005, Michel Lacoste n'a pas hésité à attaquer en justice sa fille Sophie, pour demander l'annulation de sa nomination à la tête de la société survenue le 24 septembre dernier. Il dénonce une "prise de contrôle irrégulière" par celle-ci, et demande une assignation au tribunal de commerce de Paris, car cette nomination s'était faite "en violation du pacte d'actionnaires". Sophie Lacoste-Dournel est de son côté montée au créneau cette fin de semaine pour défendre sa position, expliquant vouloir assurer "la pérennité de la marque et du contrôle familial de l'entreprise", quitte à racheter les parts de son père. Elle devrait donc refuser l'offre de rachat de ses parts que Maus Frères a prévu de lui adresser en début de semaine prochaine. L'ambition du suisse étant de prendre totalement contrôle de la marque au crocodile.

3 mois maximum pour s'opposer

Il reste un levier à actionner pour Sophie Lacoste-Dournel et ses cousins : leur droit de préemption. Le pacte familial octroie en effet la priorité de rachat à l'ensemble des membres de l'actionnariat si l'un d'entre eux décide de céder ses parts. Mais 400 millions d'euros seront nécessaires pour pouvoir s'en prévaloir, une somme difficile à amasser en trois mois, soit le temps que le pacte familial concède au "clan de Sophie" pour s'opposer à la décision de celui de son père.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2012 à 8:57 :
Leurs cupidité et leurs soif de pouvoir suffit à leurs faire perdre la propriété de leur marque : ils sont trop fort!
a écrit le 28/10/2012 à 18:37 :
Et donc Lacoste deviendrait suisse ? Pas grave, les jeunes des cités s'en fichent de porter des vêtements suisses...
a écrit le 28/10/2012 à 10:03 :
"sur le fabricant français de polos."
Ha bon tout est fabriqué en France ?
a écrit le 28/10/2012 à 4:29 :
la marque lacoste a un passé eclectique,ce qui doit séparer les droits et les avis en deux parties
a écrit le 28/10/2012 à 1:46 :
peut-on parler encore de famille quand ils ont chacun des intérêts qui tendent à prendre la part de l'autre...
a écrit le 27/10/2012 à 19:15 :
ah les pauvres socialos
a écrit le 27/10/2012 à 17:02 :
Et la Suisse à bien des attraits, même pour une entreprise louée pour son bon goût typiquement français!
a écrit le 27/10/2012 à 16:01 :
Ah les guerres de famille ..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :