ComparateurAgricole, l'AgTech qui numérise le négoce de céréales

 |   |  747  mots
Connaître le prix de vente est indispensable afin de bien gérer son exploitation, souligne Pierre-Antoine Foreau. Or, jusqu'à présent, les agriculteurs, souhaitant optimiser leurs ventes, devaient s'engager dans des démarches de comparaison longues et compliquées, en raison du grand nombre d'acheteurs potentiels.
"Connaître le prix de vente est indispensable afin de bien gérer son exploitation", souligne Pierre-Antoine Foreau. Or, jusqu'à présent, les agriculteurs, souhaitant optimiser leurs ventes, devaient s'engager dans des démarches de comparaison longues et compliquées, en raison du grand nombre d'acheteurs potentiels. (Crédits : Reuters)
Créée par deux jeunes fils d'agriculteurs, la plateforme permet aux producteurs de blé, maïs, colza etc. de vendre leurs récoltes en ligne, à un prix compétitif et transparent. En un an de vie, il compte déjà 1.300 inscrits et 15.000 visiteurs.

Dans le marché des céréales aussi, la technologie arrive à la rescousse de la transparence. Et cela plaît à un nombre croissant d'agriculteurs. De plus en plus connectés, ils sont déjà 1.300 à s'être inscrits au site ComparateurAgricole.com, qui leur permet de vendre leurs récoltes sur Internet, pourtant disponible dans toute la France seulement depuis le début de l'année. Les visiteurs, eux, dépassent le nombre de 15.000 par mois.

Un prix recalculé toutes les 15 minutes

Créé en avril 2016 dans la Beauce par deux Millennials fils d'agriculteurs, Pierre-Antoine Foreau et Vincent Guilhem, ComparateurAgricole est la première plateforme française de négoce de céréales en ligne. Les producteurs s'y voient proposer "le meilleur prix" pour leurs marchandises, recalculé toutes les 15 minutes en fonction de la quantité, qualité et date d'enlèvement, des frais de transport et de logistique, des cours d'Euronext et de l'offre comme de la demande locale.

Ils peuvent se connecter à plusieurs reprises pour attendre la meilleure opportunité. Mais une fois la transaction conclue, ils sont assurés que le prix ne subira aucune variation. Les céréales sont en effet achetées directement par la société qui gère le site, Biagri, qui les revendra à son tour aux divers acheteurs (transformateurs, exportateurs, coopératives et négociants) dont elle aura préalablement identifiés les besoins.

Un prix qui se situe "dans le haut du marché"

"Connaître le prix de vente est indispensable afin de bien gérer son exploitation", souligne Pierre-Antoine Foreau. Or, jusqu'à présent, les agriculteurs souhaitant optimiser leurs ventes devaient s'engager dans des démarches de comparaison longues et compliquées, en raison du grand nombre d'acheteurs potentiels. Les quelques places de marché numériques lancées avant ComparateurAgricole se limitaient, elles aussi, à recenser les offres et les demandes, affirme le fondateur du nouveau site, dont le premier atout est donc de simplifier et d'offrir de la visibilité. Certaines transactions sont d'ailleurs aussi possibles à des échéances de plusieurs mois: notamment dès lors que les acheteurs veulent sécuriser leurs volumes.

L'avantage de la vente en ligne réside aussi dans la compétitivité: en réduisant les coûts de stockage et en optimisant les flux des marchandises, ComparateurAgricole arrive à proposer un prix qui se situe "dans le haut du marché". "Nous ne cherchons pas pour autant la confrontation avec les coopératives et les négociants, qui peuvent avoir ponctuellement besoin de nos services", tient à préciser Pierre-Antoine Foreau.

Le site insiste enfin sur ses apports en termes de sécurité: "Reconnus comme tiers de confiance, nous coupons le frein des craintes des agriculteurs concernant le paiement", estime Pierre-Antoine Foreau, qui rappelle également le caractère contractuel des relations site/agriculteurs comme site/acheteurs. Des attributs particulièrement remarqués en période de crise, lorsque chaque euro compte. En revanche, en cas de défaillances par rapport aux volumes comme aux qualités promises, Pierre-Antoine Foreau se veut rassurant: il  affirme être jusqu'à présent parvenu à trouver "des solutions", sans litiges. De tels problèmes ont toutefois concerné seulement 2% des transactions, portant dans leur ensemble sur moins de 1% du marché des céréales français, admet-il.

L'Europe en vue

L'ambition de répondre aux attentes des agriculteurs a néanmoins déjà poussé les sept salariés de Biagri a imaginer des évolutions du site. Celui-ci a notamment intégré la possibilité d'acheter des intrants, y compris de plusieurs variétés en une seule livraison, ou en petites quantités avec des voisins. Un service d'alerte en cas de meilleur prix a également été mis en place. A plus long terme, Pierre-Antoine Foreau envisage une offre de conseil stratégique, en matière de ventes comme d'approvisionnement.

Comparateur.Agricole, qui en quelques mois a déjà atteint les 50.000 tonnes de céréales et engrais vendus via la plateforme (dont la moitié depuis janvier), ambitionne aussi de s'élargir géographiquement, notamment en Europe, dont il scrute à présent les marchés. "Techniquement, la plateforme s'y prête. Il s'agit de bien identifier les besoins", explique Pierre-Antoine Foreau. Après avoir compté d'abord sur leurs économies, puis sur des soutiens départementaux et une bourse de la BPI, les fondateurs réfléchissent désormais à une levée de fonds. Entre-temps, toute l'équipe profite de l'écosystème de la Cité de l'Innovation de Chartres, dont Biagri vient d'intégrer les locaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :