L'exploitant de Burger King France avale Groupe Flo (Hippopotamus, Tablapizza)

 |   |  514  mots
Pénalisé par un environnement économique difficile aggravé par les attentats de novembre 2015 survenus à Paris, Groupe Flo a en outre publié mardi ses résultats 2016 définitifs, marqués par une perte nette part du groupe de 65,5 millions d'euros et un chiffre d'affaires en repli de 9,9%, à 246,8 millions d'euros.
Pénalisé par un environnement économique difficile aggravé par les attentats de novembre 2015 survenus à Paris, Groupe Flo a en outre publié mardi ses résultats 2016 définitifs, marqués par une perte nette part du groupe de 65,5 millions d'euros et un chiffre d'affaires en repli de 9,9%, à 246,8 millions d'euros. (Crédits : REUTERS/Charles Platiau.)
Le Groupe Bertrand va prendre le contrôle de Groupe Flo via une augmentation de capital d'un montant maximal de 72,3 millions d'euros. Au terme de la recapitalisation, réalisée à 10 centimes par action, Groupe Bertrand détiendra entre 70% et 98% du Groupe Flo. La dette bancaire sera, elle, divisée par cinq.

L'offre avait été formulée il y a près d'un mois, elle va désormais se concrétiser. La société de restauration en difficulté Groupe Flo (Hippopotamus, Tablapizza) a annoncé mardi avoir conclu un accord de restructuration de sa dette prévoyant son passage sous le contrôle du Groupe Bertrand.

Le Groupe Bertrand, qui réalise plus de 1,3 milliard d'euros de ventes à l'enseigne avec 650 restaurants et près de 11.000 salariés en France, va prendre le contrôle de Groupe Flo via une augmentation de capital d'un montant maximal de 72,3 millions d'euros, selon le communiqué du Groupe Flo. Outre Burger King et Quick, il exploite les enseignes Au Bureau et Café Leffe, des concessions (La Villette, Musée des Invalides, Jardin des Tuileries....), des brasseries parisiennes (Lipp, L'Alsace, le Procope, etc.) et la marque Angelina.

Au terme de la recapitalisation, réalisée à 10 centimes par action, Groupe Bertrand détiendra entre 70% et 98% du Groupe Flo. Au moment de la suspension de cotation du titre le 10 avril, l'action avait été soutenue par des rumeurs et valait 1,35 euro. La cotation reprendra mercredi. L'assemblée générale de Groupe Flo se prononcera sur l'augmentation de capital le 9 juin. Le capital du groupe est actuellement détenu à 69,84% par la société par actions simplifiée Financière Flo, détenue par un consortium d'investisseurs réunissant d'une part, la Compagnie Nationale à Portefeuille (CNP) et Ackermans & van Haaren (AvH) et, d'autre part, Tikehau Capital. Le reste du capital est coté.

La dette bancaire divisée par cinq

Parallèlement, un accord a été conclu pour restructurer la dette bancaire, qui va être divisée par cinq à environ 15,4 millions d'euros, BNP Paribas et Banques Populaires ayant accepté de renoncer à 50% de celle-ci, ajoute-t-il.

"Cette opération devrait permettre à Groupe Flo de résoudre les difficultés qu'elle rencontre sur ses marchés et dans ses activités en s'adossant à un grand industriel du secteur disposant de 20 ans d'expérience sur le marché français de la restauration", estime le groupe en difficulté.

Début mars, des représentants syndicaux (CGT, CFDT, CFTC, FO) ont attaqué en référé leur employeur, lui reprochant de "ne pas du tout [tenir] informés ses salariés sur les avancées du dossier de repreneurs éventuels", comme l'avait déclaré à l'AFP l'avocat du Comité du groupe, Me Johann Phillip.

Le chiffre d'affaires en recul de près de 10%

Pénalisé par un environnement économique difficile aggravé par les attentats de novembre 2015 survenus à Paris, Groupe Flo a en outre publié mardi ses résultats 2016 définitifs, marqués par une perte nette part du groupe de 65,5 millions d'euros et un chiffre d'affaires en repli de 9,9%, à 246,8 millions d'euros. Celui-ci était encore de 346,8 millions d'euros en 2013

Tablapizza cédé à Le Duff (Brioche Dorée, Del Arte)

Parallèlement, le Groupe Flo a annoncé être entré en négociations exclusives avec le groupe Le Duff (Brioche Dorée, Del Arte) pour lui céder son enseigne Tablapizza. La réalisation de cette cession "est envisagée d'ici le 30 juin 2017".

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/04/2017 à 10:29 :
Serait-ce que les Français commencent à délaisser ces lieux de perdition alimentaire?
Ces temples de la "malbouffe", de la nourriture industrielle insipide en plus d'être nocive pour la santé. Ce ne serait pas un mal qu'ils retournent vers les petits "bistrot" avec un "menu du jour"de saison, des produits de qualité ET un verre de vin rouge (eh oui, rouge) au lieu d'un soda à bulle... déguelasse (Désolé, je ne vois pas d'autre mot.).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :