Un tableau de Léonard de Vinci vendu 450 millions de dollars

 |   |  368  mots
Christie's n'a pas révélé l'identité du vendeur, se contenant de dire qu'il s'agissait d'un collectionneur privé européen qui avait acheté le tableau à la suite de sa restauration.
Christie's n'a pas révélé l'identité du vendeur, se contenant de dire qu'il s'agissait d'un collectionneur privé européen qui avait acheté le tableau à la suite de sa restauration. (Crédits : REUTERS/Peter Nicholls)
Le portrait de Jesus Christ restauré, vieux de plus de cinq siècles, a dans un premier temps fait partie de la collection privée du roi d'Angleterre Charles 1er, qui a régné de 1625 à 1649. Le précédent record de vente pour un tableau, remontant à mai 2015, était de 179,4 millions de dollars pour "Les Femmes d'Alger" de Pablo Picasso.

Un portrait de Jésus Christ, intitulé "Salvator Mundi", peint par Léonard de Vinci a été vendu mercredi pour une somme record de 450,3 millions de dollars (382 millions d'euros) - soit plus de deux fois plus que le précédent pic historique atteint par une oeuvre d'art lors d'un vente aux enchères - par Christie's à New York. "Salvator Mundi" (Le sauveur du monde) a été acquis par un acheteur inconnu par téléphone à la suite d'une guerre d'enchères qui a duré près de 20 minutes dans la salle des ventes new-yorkaise de la maison des enchères britannique.

Le portrait restauré, vieux de plus de cinq siècles, a dans un premier temps fait partie de la collection privée du roi d'Angleterre Charles 1er, qui a régné de 1625 à 1649. Il a ensuite été vendu aux enchères en 1763 avant de disparaître jusqu'en 1900, lapse du temps au cours duquel on avait repeint le visage et les cheveux de Jésus Christ, selon une pratique de l'époque alors "assez courante" selon Alan Wintermute, spécialiste des maîtres de la Renaissance chez Christie's.

Vendu par Sotheby's, principal concurrent de Christie's, à un collecteur américain pour 45 livres (alors 126 dollars ou 107 euros) en 1958, le tableau a été revendu en 2005 comme une copie retouchée du chef d'oeuvre de Léonard de Vinci.

Le vendeur, un milliardaire russe ?

Le nouveau propriétaire a alors entamé un processus de restauration et, après quelque six années de recherche, le tableau fut identifié comme étant l'actuel chef d'oeuvre, datant de 1500, du maître italien. Il fut présenté lors d'une exposition à la National Gallery de Londres en 2011.

Christie's n'a pas révélé l'identité du vendeur, se contenant de dire qu'il s'agissait d'un collectionneur privé européen qui avait acheté le tableau à la suite de sa restauration. Selon des informations de presse, c'est le milliardaire russe Dimitri Rybolovlev qui a vendu le tableau après l'avoir acheté pour 127,5 millions de dollars lors d'une vente privée en 2013.

Le précédent record de vente pour un tableau, remontant à mai 2015, était de 179,4 millions de dollars pour "Les Femmes d'Alger" de Pablo Picasso.

Graphique Statista Vinci

Un graphique de notre partenaire Statista

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/11/2017 à 10:37 :
Pendant que des gens meurent de faim dans le monde... 🤢
a écrit le 16/11/2017 à 21:52 :
De Vinci ou attribué à VInci ? La main ne serait pas une réussite, selon quelques experts, en tout cas pas de la qualité de VInci.
a écrit le 16/11/2017 à 19:49 :
Je serais l'experte en photo, je ne jetterais pas ma paire de gants. Elle a tenu presque un demi milliard de dollars !
a écrit le 16/11/2017 à 18:21 :
Cela n'a aucun sens. ..en plus il n'y a aucune certitude sur l'auteur du portrait....tout serait dans la main....qui selon les experts ne peut être que l'oeuvre de Léonard....ou d'un élève doué....😁au surplus ces oeuvres devraient être dans des musées...avoir cela, au mieux dans son salon ou plus vraisemblablement dans un coffre est une hérésie....
a écrit le 16/11/2017 à 17:14 :
Cool!!! Rybolovlev va pouvoir se payer Leonel Messi !!!! Ca va etre la fete a Monaco!!!
a écrit le 16/11/2017 à 16:39 :
Les marchés de l'art, de collection, du bitcoin et de l'immobilier se portent à merveille, les fameuses "valeurs refuges", signe que notre économie est en pleine forme comme n'arrêtent pas de nous le dire nos hommes d'affaires et nos politiciens au travers de leurs médias.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :