GM et Chrysler : le mariage de la dernière chance ?

 |   |  470  mots
Modèle Ford F-150, le véhicule plus vendu aux Etats-Unis depuis 31 ans.
Le numéro un américain des constructeurs automobile, General Motors, a intensifié ses négociations pour reprendre son rival Chrysler. Mais le géant peine à boucler son plan de financement.

La "rusty belt" (ceinture de la rouille), le c?ur, décati, de l'Amérique industrielle, vit des heures bien sombres. Les négociations pour la reprise de Chrysler par General Motors s'intensifient, mais elles achoppent sur des questions de financement.

Bien que les intéressés n'aient pas confirmé être en négociation, le secteur automobile américain se prépare à vivre un véritable bouleversement avec le très probable rachat de Chrysler, le numéro deux du secteur, par le leader General Motors.

Colosse aux pieds d'argile, GM espère que la reprise de son rival lui permettra de réaliser jusqu'à 10 milliards de dollars d'économies et de bénéficier d'une "stimulation immédiate du chiffre d'affaires" et d'une "hausse des liquidités disponibles", selon le Wall Street Journal.

Mais pour beaucoup d'analystes, l'opération ressemble plutôt à un "deal de la dernière chance". Concrètement, il signerait l'arrêt de mort de la marque Chrysler, vieille de plus de 80 ans et pourrait engloutir jusqu'à 40.000 emplois. Un coup dur pour la région historique de la construction automobile américaine: le Michigan et l'Ohio, deux Etats clés de l'élection présidentielle à venir.

Ce mariage de raison devrait intervenir dans les deux semaines à venir, avant le scrutin présidentiel du 4 novembre, croit savoir USA Today. Mais la question du financement de l'opération demeure.

Loin de se trouver dans une situation financière florissante, GM peine à monter un plan suffisamment solide pour reprendre Chrysler, d'après le Wall Street Journal. USA Today affirme même que le géant américain, ses prêteurs et le fonds Cerberus, l'actuel propriétaire de Chrysler, feraient pressions sur le gouvernement pour obtenir une aide financière pour parvenir à la conclusion d'un accord.

 

 


Chrysler et Ford cassent les prix sur leurs nouveaux modèles
Pour enrayer la chute des ventes, les constructeurs Chrysler et Ford se sont lancés dans une opération de baisse des prix de leurs nouveaux modèles. Les pick-up, véhicules typiques des Etats-Unis, sont les premières victimes du désamour des américains pour les gros modèles, très gourmands en carburant. Symbole d'une Amérique où le galon d'essence ne coûtait pas 5 dollars, les pick-up représentaient 27% du volume des ventes de Ford en 2007 et 17% de celles de Chrysler. En septembre, le F-Series, le modèle star de Ford, a vu ses ventes chuter de 39% sur un an et celle du Ram de Chrysler ont reculé de 28%. Et de nombreux analystes parient sur une poursuite de cette tendance baissière. Pour contrer la morosité des consommateurs américains, Ford offre donc 2500 dollars de réduction sur son célèbre F-150 et Chrysler a mis en place un rabais de 2000 dollars pour son pick-up Ram en 2009.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :