Les usines Chrysler arrêtées un mois

 |  | 236 mots
Lecture 1 min.
Le constructeur américain a décidé de mettre au chômage technique toutes ses usines pendant un mois en raison de l'effondrement des ventes de voitures dans le monde. Washington promet une réponse rapide sur l'aide fédérale au secteur automobile.

Nouvelle mesure de grande ampleur pour Chrysler. Le constructeur automobile américain essaie de survivre à la crise qui frappe le secteur automobile par tous les moyens. Dernière décision en date: le groupe va fermer toutes ses usines pendant un mois, le temps d'écouler ses invendus, qui s'accumulent en même temps que les ventes s'effondrent en Europe comme aux Etats-Unis.

Le groupe a annoncé hier mercredi une prolongation des congés de fin d'années déjà prévus. Une décision qui va toucher 30 sites en Amérique du Nord et environ 46.000 salariés. Un porte-parole de Chrysler a précisé que les ouvriers touchés par ce chômage technique recevront une rémunération partielle.

L'avenir de Chrysler, comme celui de ses compatriotes General Motors (GM) et Ford, est suspendu à une aide financière rapide de Washington. Cette aide fédérale d'urgence semble être le seul moyen d'éviter la faillite pour le constructeur.

A ce sujet, le président américain en fin de mandat, George W. Bush a déclaré mercredi que son administration annoncera "relativement vite" sa décision. Il a redit que deux principes guideront sa décision; empêcher qu'une faillite incontrôlée des constructeurs automobiles ne cause "beaucoup de dégât à l'économie, au-delà de ce à quoi nous assistons pour le moment" et "ne pas dépenser d'argent public à fonds perdus".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :