Pertes historiques pour Toyota en 2008/2009

 |  | 390 mots
Le constructeur automobile japonais a enregistré une perte nette de 436,9 milliards de yen (3,3 milliards d'euros) lors de l'exercice 2008-2009 clos fin mars, bien pire que celle qu'il prévoyait. Surtout Toyota averti d'ores et déjà que les pertes seront encore plus importantes en 2009-2010.

Le constructeur automobile japonais Toyota a annoncé ce vendredi une perte nette de 436,9 milliards de yen (3,3 milliards d'euros) lors de l'exercice 2008-2009 clos fin mars, bien pire que celle qu'il prévoyait, et a averti qu'il s'enfoncera davantage dans le rouge en 2009-2010.

Victime de l'effondrement spectaculaire de ses marchés au Japon, en Amérique du Nord, et en Europe du fait de la crise économique, le premier constructeur automobile mondial a subi une perte d'exploitation annuelle de 461,1 milliards de yen (3,5 milliards d'euros), pour un chiffre d'affaires en baisse de 21,9% sur un an à 20.529,6 milliards (154,6 milliards d'euros). Dans ses dernières prévisions, annoncées début février, Toyota avait dit s'attendre à une perte nette de 350 milliards, à une perte d'exploitation de 450 milliards et à un chiffre d'affaires de 21.000 milliards.

C'est la première fois que Toyota , fondé il y a 72 ans, termine un exercice dans le rouge depuis qu'il a commencé à publier ses résultats en 1941.  Ces résultats sont "la conséquence d'une détérioration significative des ventes de véhicules, particulièrement aux Etats-Unis et en Europe, de la rapide appréciation du yen face au dollar américain et à l'euro et à la forte hausse des matières premières", s'est lamenté dans un communiqué le PDG de toyota , Katsuaki Watanabe.

Mais l'avenir n'est guère réjouissant pour le constructeur japoanis. Toyota avertit que ses difficultés vont se poursuivre durant l'exercice 2009-2010 entamé le 1er avril. Il prévoit d'ores et déjà de terminer sur une nouvelle perte nette de 550 milliards de yens, sur un déficit d'exploitation de 650 milliards et sur un chiffre d'affaires de 16.500 milliards (-19,6% sur un an). Pour l'exercice en cours, le constructeur a fortement réduit son enveloppe consacrée aux investissements, la ramenant à 830 milliards de yen contre 1.300 milliards en 2008-2009.
 

Les lourdes pertes annoncées par Toyota pour 2008-2009 et promises pour 2009-2010 tranchent avec le bénéfice net record de 1.717,88 milliards de yen (11 milliards d'euros) et le copieux bénéfice d'exploitation de 2.270,38 milliards (14,6 milliards d'euros) réalisés en 2007-2008. Pour faire face à la crise, Toyota a annoncé ces derniers mois plusieurs mesures de redressement, dont des milliers de suppressions d'emplois. Il va par ailleurs porter à sa tête en juin le petit-fils du fondateur de l'entreprise, Akio Toyoda, 52 ans.

(retrouvez le communiqué de Toyota).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le modèle japonais trouve ses limites et ne vaut finalement guère mieux que les autres modèles. La réalité est plus forte que tout.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Totalement faux du mon point de vue de consommateur.
Je m'en fous que Toyota perde de l'argent, en ce qui me concerne c'est la première fois de ma vie que je ne change pas de voiture au bout de quatre ans. Toyota m'a donné huit ans de garantie sur ma Prius et je compte bien aller jusqu'au bout. D'ci là je ne gaspille pas d'argent en factures d'entretien elevées et j'épargne !!
Le monde est plein de grands économistes qui ne savent pas gérer leur budget familial!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
TOYOTA, ce n'est pas GENERAL MOTORS ! Ils vont s'en sortir tous seuls.

our GM, ce qui leur arrive est bien, c'est scandaleux que les voitures américaines bouffent tout le pétrole de la planète...

On ne va pas pleurer sur les USA. Un peu d'humilité leur fera du bien. Ce n'est pas parce qu'ils ont le dollar qu'ils doivent se comporter comme les rois de la planète.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La vérité sur les constructeurs japonais a enfin éclaté: un taux de change yen/dollars extrêmement favorable pendan des années, pas de charge liées aux retraitres aux USA, un marché américain source de cash machine etc...
Les japonais ne font pas mieux en réalité que les européens.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :