Direction et syndicats d'Opel signent le plan de restructuration

 |   |  321  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le 21 mai, Opel avait trouvé un accord avec les syndicats européens sur une série de concessions salariales, levant un des principaux obstacles à l'octroi d'une aide de l'Etat à son plan de restructuration.

Un accord de restructuration concernant Opel a été signé lundi entre la direction et les syndicats, ce qui devrait permettre au constructeur d'économiser 265 millions d'euros par an sur les salaires d'ici 2014, a annoncé Klaus Franz, le dirigeant syndical du groupe.

Le 21 mai, Opel avait trouvé un accord avec les syndicats européens sur une série de concessions salariales, levant un des principaux obstacles à l'octroi d'une aide de l'Etat à son plan de restructuration.

Klaus Franz a indiqué que désormais aucune des parties ne pouvait plus revenir sur cet accord, ce qui supprime le risque d'une validité conditionnée par l'octroi d'un milliard d'euros de garanties de prêts par l'Allemagne.

"Dans le cas peu probable où l'Allemagne n'accorderait pas d'aides publiques, on ne pourra plus nous extorquer de l'argent", a déclaré Klaus Franz à Reuters, en ajoutant que toutes les conditions et les modalités conclues auparavant avaient été adoptées en un accord final engageant.

Les porte-parole d'Opel n'étaient pas immédiatement disponibles pour faire un commentaire.

Toutes les parties impliquées dans cet accord ont signé, à l'exception des représentants de l'usine de Bochum (Allemagne), a précisé Klaus Franz, qui espère que ceux-ci parapheront bientôt ce contrat.

Dans la journée de lundi, les conseillers du fonds de secours allemand s'étaient réunis à Berlin pour discuter d'une éventuelle extension des garanties de prêts à Opel, mais l'issue de ces discussions na pas été révélée.

Cependant même si ces conseillers se sont accordés sur cette extension d'une garantie des prêts, le ministre allemand de l'Economie, Rainer Brüderle a indiqué qu'il faudrait encore du temps pour que l'accord soit définitivement conclu.

La maison mère d'Opel, GM, a demandé des aides publiques aux Etats européens pour l'aider à financer le plan de restructuration de sa filiale, dont la production et effectifs devraient être réduits de 20%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :